Erotik News

Inscription sur LeBisou

Présentation

Focus sur Max Heratz

Max Heratz est un auteur érotique reconnu. Bercé très tôt par les mots, il s’intéresse pendant son enfance et son adolescence à la poésie et à la littérature classique.

Adulte, la vie lui offre la chance de rencontrer de nombreuses femmes. Très vite, plusieurs amies lui réclament un roman coquin. C’est ainsi qu’est né "Je t’aime, moi non plus."

Max Heratz a voulu partager avec vous un extrait d'Erotik News, recueil de nouvelles érotiques auquel il a participé. Erotik News est un petit livre de poche contenant 9 nouvelles écrites par 9 auteurs. Le thème principal du livre est l'érotisme. Au fur et à mesure de la lecture de ce livre, on se rend compte que les 9 auteurs ont tous un regard différent sur l’érotisme.

Avis lecteurs

" De superbes nouvelles toutes plus surprenantes les unes que les autres ! J'ai adoré ;-)"

" Des auteurs à la plume très agréable que j'espère retrouver rapidement dans cette même collection."

" Ca change de ce qu'on peut trouver à côté. J'aime beaucoup et j'espère que les tomes suivants ne tarderont pas."

Extrait

Nom de la nouvelle : La Putain de ces Messieurs

Extrait du livre : Erotik News (illustration de la pochette du livre ci-dessus).

Auteur : Max Heratz

—       Ecartez les cuisses, Madame Ménillant !

À plat ventre sur le bureau de son banquier, Clarisse s’exécute. Bien plantée dans ses escarpins noirs à boucles dorées, il lui faut écarter davantage les jambes pour compenser les quinze centimètres de talon qui la rehaussent, obligeant ainsi son pourfendeur à se mettre sur la pointe des pieds. Etant à présent à sa portée, il la fouille avec ses doigts et elle a honte de lui laissé découvrir l’état d’excitation dans lequel elle se trouve. Les doigts de l’homme sont si trempés en ressortant de son intimité qu’il lui enfonce son majeur dans l’anus. Il glisse tellement bien qu’elle ne ressent rien. Pourtant jamais personne ne s’était aventuré dans cette région !

Soudain, elle sent le sexe mâle qu’elle vient de sucer s’enfoncer en elle. La jupe blanche relevée sur la taille, la jolie blonde aux yeux bleus est sans aucun doute la plus belle femme de cette ville de province que bien des hommes convoitent. Hélas pour eux, son cœur n’est plus à prendre. Elle est mariée à Vincent Ménillant et très amoureuse de ce jeune architecte qui vient de s’installer dans une maison de Maître, un héritage familial auquel il tient particulièrement.

Inscription sur LeBisou

Vincent est un artiste. Il dessine, modélise, rêve d’une ville modèle pour un monde exemplaire. Il s’inscrit à tous les appels d’offre et le plus souvent il termine parmi les finalistes. Hélas, il ne dépasse jamais ce stade et la décision finale lui a toujours échappée.

[…….]

Quand Clarisse a été convoquée par le banquier pour trouver une solution à l’état catastrophique de ses comptes, elle a plaidé pour le projet sur lequel son mari travaille. Ennuyé, Jean-Bernard Reinhar lui a expliqué qu’il allait être obligé de bloquer les comptes jusqu’à ce que ces derniers soient régularisés :

—       Ne faites pas ça, s’il vous plaît ! Si vous bloquez les comptes vous tuez Vincent !

—       Mais que puis-je faire d’autre ? Vous avez vu le découvert que vous avez ? Si Paris voit ça je me fais virer ! J’ai pas envie de perdre mon poste non plus ! La maison est hypothéquée et les frais de succession ont été réglés avec un de mes prêts, encore un ! Vous n’avez plus de capital sur lequel je pourrais prendre des garanties !

Clarisse laisse ses larmes couler lentement, en silence :

—       Vous avez raison… Mon mari me dit souvent que son seul capital c’est moi !

—       Et c’est la plus belle chose qu’il possède, n’en doutez pas chère madame.

—       Il faut qu’on trouve une solution !

Soudain les yeux du banquier s’éclairent. Il se lève de son fauteuil, croise les mains derrière son dos et, pensif, il fait de grands allers-retours avant de se rendre à côté de son interlocutrice qui est restée assise en le regardant, interrogative :

—       Il y aurait peut-être une solution…

—       Dites la moi monsieur Reinhar !

—       Et bien, disons que si votre mari possède un capital, je pourrais être intéressé par les intérêts de ce dernier…

Peur d’avoir mal interprété, elle lui répond :

—       Comment ça ?

Le banquier caresse la joue de la jeune femme qui vient de réaliser qu’elle avait très bien compris. Elle ferme les yeux, laissant ruisseler sur son visage, les larmes qui redoublent d’intensité. Elle se sent vaciller, à deux doigts de faire un malaise. Non, ce n’est pas possible, pas ça, pas à elle ! Elle ne sent même pas la main de l’homme d’affaires glisser dans son décolleté. Alors qu’il se saisit d’un sein, il lui triture le téton entre le pouce et l’index. Surprise, elle ouvre les yeux et en sursautant légèrement elle laisse échapper un « oh » de surprise. L’homme enlève sa main et regagne sa place :

—       Alors Madame Ménillant, on fait quoi ? On bloque les comptes ou j’encaisse les intérêts sur le coin du bureau ?

J'achète le livre

Inscription sur LeBisou

Lien pour en savoir + sur le livre et ses 9 auteurs érotiques : http://www.estelaseditions.com/2017/02/15/erotik-news-details/

 D'autres extraits de Max Heratz sur le blog Lebisou : 


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Movember

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo