Comment rédiger un contrat BDSM ?

Inscription sur LeBisou

Pour vous accompagner dans la mise en place de votre relation BDSM, Lebisou vous propose un modèle de contrat. Simple et efficace, il sera idéal pour commencer votre histoire sur de bonnes bases.

Le contrat BDSM est destiné à un usage privé dans le cadre de pratiques BDSM. Pour en savoir + sur les relations BDSM : soumission, punition, safe code,... vous pouvez consulter notre article ici

Il est important de prendre son temps pour rédiger le contrat. N'oubliez pas d'ajouter en annexe le barème des punitions et la checklist des pratiques que vous acceptez.

Que met-on dans le contrat BDSM ?

Le contrat BDSM doit se baser sur une relation win-to-win. Chaque partenaire doit y trouver son compte et ne pas se sentir lésé (même le soumis). Même si le BDSM est composé d'un Maître et d'un Soumis, les 2 doivent prendre du plaisir pendant les jeux sexuels. L'esclave doit bénéficier d'une certaine liberté et le maître ne doit pas avoir de limites trop contraignantes pour pouvoir jouer.  

Le contexte, la forme

  • L’attitude générale de la personne soumise. Il faut définir et noter dans le contrat la manière dont elle doit parler (type de langage) et la manière dont elle s'adresse à son Maître (Monsieur, Maître, Messire,...). Il est aussi important (pour éviter toute punition déplacée) de mentionner le comportement que le soumis doit adopté en présence du Maître ( tête baissée, cheveux attachés,...)
  • La tenu du soumis. Un contrat BDSM peut notifié le type de vêtements que doit porter la personne soumise : noir, en cuir, ... Un contrat BDSM peut aller très loin dans l'intimité du soumis. Il est par exemple possible de choisir un parfum spécifique, un type d'épilation, ...
  • Le lieu des séances de jeu. Dans le milieu plus "professionnel", les pratiques sexuelles se font généralement dans un donjon. Le Maître ou Maîtresse y a installé tout son matériel. Il est important de définir une pièce dédiée à ce type de jeux. Il est fortement recommandé de pratiquer le BDSM en privé ou en cercle très restreint. Comme évoqué dans l'article "La relation BDSM", cette partie de vous ne doit pas nuire à votre vie. Vos amis, collègues de travail, enfants ne doivent pas connaître vos penchants sexuels.

Les envies et objectifs

  • Les désirs du Maître et de l’esclave. Il faut lister tout ce qui pourra se produire pendant les séances de soumission.
  • Les objectifs des séances. Le Maître se doit de fixer des objectifs lors de chaque séance pour améliorer la qualité de son esclave. Il lui enseigne les préceptes pour être un bon soumis.
  • Le rapport au plaisir. Le contrat doit déterminer le niveau de plaisir autorisé du soumis. A-t-il le droit d'atteindre l'orgasme ? Peut-il se masturber seul ? Est-ce qu'il peut draguer une tierce personne ? Tout cela doit bien sûr être notifié dans le contrat BDSM.

Inscription sur LeBisou

Les limites

  • La liberté d’expression. Un Safe code (appelé aussi Safe Word) doit être défini et écrit noir sur blanc sur le contrat BDSM. Ne pas oublier de le remplacer par une "clochette" si le soumis ne peut pas parler. Le Maître peut aussi offrir au Soumis, à la fin de la séance, un moment de "libre discussion et d'échanges".
  • Les pratiques sexuelles. Pour cela, compléter la checklist est une étape essentielle de l'élaboration du contrat. 
  • Les limites de la douleur. Un seuil de douleur maximum autorisé doit être défini. Il peut s’agir de refuser d’être molesté sur tel ou tel zone du corps, de refuser certains instruments trop douloureux, d’accepter ou non de jouer aussi du côté des plaisirs anaux, …
  • Les limites dans le temps. Il faut fixer la fréquence des séances sexuelles dans le contrat et notifier si le soumis reste esclave de son Maître en dehors de ses séances de jeu. Par exemple, l'homme soumis doit-il porter une cage de chasteté en dehors de séances ? 
  • Les limites dans l’espace. Voir rubrique "Le lieu des séances de jeu"
  • Les punitions : Réaliser entre le Soumis et le Maître un barème de punitions : quelles punitions pour quelles erreurs ? Des exemples de punitions : cravache, fouet, privé d"orgasmes, être attaché,...

Matériel BDSM en cuir

Jouets pour parties BDSM : menottes, collier, bâillon

Inscription sur LeBisou

La forme du contrat

Le contrat BDSM n’a aucune valeur juridique. En cas de lourds préjudices, le contrat n’est qu’un accord consensuel de principes et n’a aucun poids aux yeux de la loi. 

Lebisou vous conseille de rédiger le contrat BDSM comme un contrat professionnel entre 2 sociétés :

  • langage de type juridique
  • Articles numérotés et ordonnés
  • Date
  • Mention des noms des deux parties
  • Signature en bas de chaque page + "Mention pour bon accord"

Dans la trilogie « 50 Nuances », un contrat de cette forme est passé entre Anastasia Steele et Christian Grey.

EXEMPLE - CONTRAT BDSM DE SOUMISSION

 

Déclaration préliminaire :

Les parties s’accordent pour que ce contrat BDSM soit une valeur morale reliant les deux contractants d’un accord mutuel. Il n’a pas valeur légale au sens strict de la loi.

1 - Clauses communes :

1.1 Cet accord prend effet à compter de la date de la signature par les deux parties.

1.2. Il lie le (la) soumis(e) à sa Maîtresse  (son Maître) pour une période de …………….  sous réserves des conditions d’annulation énoncées à la section Dissolution du présent protocole.

1.3. Le contrat BDSM ne peut être modifié qu’en accord des deux parties.

1.4 Aucun mensonge de la part des deux parties ne sera toléré, ainsi que toute forme de moquerie.

1.5 Le contrat peut être à tout moment modifié. Le but de la modification/réédition est d'instaurer un climat de confiance et non pas un moyen de se défaire de ses obligations.

Inscription sur LeBisou

2 - Droits et Obligations de la Maîtresse (du Maître) :

2.1 Elle (Il) s’engage à tenir compte des exigences familiales, professionnelles et financières de son esclave.

2.2 Elle (Il) dispose de tous pouvoirs sur le (la) soumis(e) tant sur son physique, son sexe et son intellect. Elle (Il) peut se jouer de toutes pratiques sexuelles ou non, chasteté obligée, punitions et humiliations.

2.3 Elle (Il) respecte les limites physiques de son (sa) soumis(e).

2.4 Elle (Il) doit se tenir informé(e) de l’état physique et psychologique de son (sa) soumis(e) et en tenir compte lors des jeux BDSM.

2.5 Elle (Il) a le droit de prêt sur son (sa) soumis(e) sans avoir à se justifier.

2.6 La Maîtresse (Le Maître) a le droit d’avoir autant de soumises, soumis ou d’esclaves qu’ Elle (Il) le souhaite. Sa vie est ses pratiques en dehors de Sa relation avec son (sa) soumis(e) appartiennent à sa vie privée et prive son (sa) soumis(e) de toutes observations.

2.7 Elle (Il) peut filmer ou photographier son (sa) soumis(e) en accord avec la check List.

2.8 Elle (Il) peut rompre le pacte sans préavis

2.9 Elle (Il) s'engage à ne pas utiliser les conversations, échanges, mails, SMS. Le Maître (Maîtresse) ne peut utiliser ses écrits, tout comme l'identité du Soumis (soumise) à d'autres fins que personnelles. Personne d'autre que lui n'est autorisé à lire ou diffuser quelconque écrits sur cette relation.

2.10 Elle (Il) a le droit d'obliger le soumis à faire des achats (jouets coquins, lingerie,... Si le soumis ne peut accepter pour des raisons financières, le Maître (Maîtresse) s'engage à en assumer les frais.

2.11 En ce qui concerne la nourriture de l’esclave, la quantité, la fréquence, la nature et la qualité relèvent de l’autorité de la Maîtresse (le Maître). Des aliments tels que pain sec et eau peuvent être le repas quotidien de l’esclave, pain et urine féminine, excréments féminins sont des mets occasionnels ne constituant pas le quotidien et ceci pour des raisons évidentes d’hygiène.

3 - Droits et Obligations de la soumise dans le contrat BDSM :

3.1 le soumis (la soumise) comprend et accepte la Domination de Sa Maîtresse (Son Maître) et devient Sa propriété exclusive.

3.2 le soumis (la soumise) sait que Le corps de La Maîtresse (Le Maître) est sacré et qu’il (elle) ne peut le toucher sans son autorisation. Toute infraction serait punie et le soumis (la soumise) pourrait même être répudié(e) assortie d’une rupture du protocole de soumission.

3.2 le soumis (la soumise) comprend et accepte les désirs et plaisirs de La Maîtresse (Le Maître). Lui seul à le droit au plaisir, au confort, au bien-être, au repos, à l’amusement, à la distraction, au luxe, aux vacances et à la paresse. le soumis (la soumise) se mettra à son service pour qu’il puisse jouir des plaisirs de la vie.

3.3 le soumis (la soumise) accepte que son dévouement ne réponde pas à ses fantasmes ou attentes sexuelles mais a celles seules de La Maîtresse (Le Maître).

3.4 le soumis (la soumise) s’exprimera avec respect sous peine de punition. La Maîtresse (Le Maître) peut éventuellement lui demander d’émettre un avis, qui doit être le plus sincère possible.

3.5 En qualité de soumis (soumise), le soumis (la soumise) renonce à sa liberté et à ses droits en remettant son corps et son âme entre les mains de son protecteur.

3.6 Le soumis (soumise) ne doit pas être contraint à consommer de l'alcool ou des drogues qu'elles qu'elles soient. Il n'a pas non plus le droit d'agir sous l'emprise d'une des substances suscitées.

4 - Le contrat BDSM impose :

4.1 le soumis (la soumise) s’engage à accepter toutes les pratiques sexuelles ou non et humiliations que ce soit en public ou en privé.

4.2 le soumis (la soumise) s’engage à porter tout accessoire sexuel ou tenue imposée en tout lieu et à tout moment.

4.3 le soumis (la soumise)  laisse l’accès et le contrôle total de sa sexualité et de son intimité à sa Maîtresse (son Maître).

4.4 le soumis (la soumise)  n’a aucun secret pour sa Maîtresse (son Maître) et a obligation de vérité dans ses réponses.

4.5 le soumis (la soumise) a droit à un Safe Code.

Tout manquement implique une punition ou la résiliation du present traité.

Inscription sur LeBisou

5 – Safe Code :

5.1 Un Safe Code est prévu pour être utilisé lors des séances. Si le soumis (la soumise) ne peut parler, un Safe Code alternatif est choisi.

5.2 S’il est employé, La Maîtresse (Le Maître) interrompt la séance et écoute le soumis (la soumise).

5.3 Si le soumis (la soumise) l’utilise, il (elle) doit être en mesure d’expliquer pourquoi.

5.4 Il ne sera utilisé que dans les cas extrêmes. Utilisé sans motif valable, il oblige une punition exemplaire.

6 - Dissolution :

6.1 La Maîtresse (Le Maître) peut dissoudre le contrat de soumission en libérant le soumis (la soumise) sans aucune justification.

6.2 le soumis (la soumise) peut en demander l’annulation en cas de non respect de la present convention ou s’il n’y a plus d’entente entre les participants.

6.3 Ce contrat  peut aussi être rompu s’il devient impossible de continuer les séances et pratiquer la relation BDSM.

6.4 Dès le contrat rompu, le soumis (la soumises) et la Maîtresse (le Maître) n'aurons plus rien à voir ensemble. Tout ce qui s'est passé restera strictement confidentiel, photos comprises ou échanges (mails, SMS, conversations,...). Ces documents, à la demande de l'un des 2 parties, pourront aussi être détruits.

J’ai pris connaissances du présent contrat BDSM et c’est librement que je m’engage à le respecter dans son intégralité.

Document établi en double exemplaires

 

 Le ……...............................…… à ……..........................................……

 

              Signature de La Maîtresse (Le Maître)

Signature de le soumis (la soumise)     

précédée de la mention manuscrite " Lu et approuvé. Bon pour engagement"      

Inscription sur LeBisou

Le contrat BDSM est destiné à un usage privé dans le cadre de pratiques BDSM. Lebisou ne pourra être tenu responsable en cas de problème.

Annexe - Checklist des pratiques sexuelles


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Liste au Père Noël

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo