Le plus beau matin du monde

Inscription sur LeBisou

Une odeur de café me réveille. Elle entre dans la chambre. Elle m'a piqué une chemise. Ils vont refaire l'amour sous la couette.

Réveil en douceur

Je me réveille, tout en douceur, au gré des percussions de cette pluie d’automne qui jongle sur les volets entrouverts de la chambre. J’aime l’idée de ces rentrées pluvieuses. Quelques résurgences d’enfances certainement… J’ouvre les yeux, j‘aperçois ce masque Bantou que mon cousin m’a ramené d’Afrique. Une petite merveille. Il sait que je kiffe ce genre de créations dont se sont largement inspirés nos plus grands peintres, qui se sont bien gardés d’ailleurs de rendre hommage à ces pionniers primitifs. Celui dans ma chambre est particulièrement imposant. Il dégage une véritable âme.

café italien

Mon odorat se met, à son tour, en éveil, je renifle cette petite odeur du café italien que ma mère préparait chaque matin. J’ai eu la chance de récupérer sa cafetière, c’est la seule chose que je souhaitais ardemment. Quelle cafetière ! Le café qu’elle produit, c’est comme la clé de contact d’une voiture. Un signal de départ, la journée peut enfin débuter. Il y a aussi cet air que je reconnais… « Cold Little Heart », 1ère chanson du second album de Michael Kiwanaku, une petite merveille cet album. Curieusement, je n’ai pas mal à la tête. Il faut dire que nous avons bu hier soir 2 bouteilles d’un petit vin Chilien magnifique. Ocio Casablanca. Pas donné mais une véritable merveille. Un copain qui rentrait d’un trek dans les Andes a eu cette gentille attention.

Inscription sur LeBisou

Puis, la porte de la chambre s’ouvre. Elle apparaît avec une tasse de café dans une main, une pêche dans laquelle elle croquera bientôt dans l’autre. J’ai toujours kiffé les filles qui aimaient les fruits. Un signe de bon goût et de simplicité. Car, entre nous, quoi de meilleur qu’un bon fruit ? Mais contrairement à la majorité d’entre vous, j’ai pour habitude de manger les fruits verts, n’en déplaise à Amélie Nothomb. J’aime sentir sous ma mâchoire cette matière solide et résistante. J’aime aussi ce côté âpre dans le goût. Une sensation de combat avec le fruit, peut-être. Croquer. Broyer. En fait, j’aime ressentir les choses, toutes les choses, cela doit être ça. Ressentir.

Une si belle poitrine

Elle a piqué une de mes chemises. Celle à carreau. Elle est ouverte sur sa poitrine. C’est beau les seins d’une femme, non ? Plus j’en vois, plus j’en découvre, plus je les aime. Oui. Il n’y a rien de plus banal aujourd’hui, qu’une paire de seins. On en voit partout. Pourtant, ceux-là me procurent une giclée d’adrénaline incroyable. C’est comme si je les voyais pour la 1ère fois. Elle me tend le café. J’ai envie de les caresser à nouveau. Elle me sourit. Et puis, il y a ce rythme qui revient… Un bijou, ce titre. Je hume le café, mille souvenirs refont surface.

Inscription sur LeBisou

J’avale une 1ère gorgée. Je pose le café juste à côté. Sous ma chemise, elle est nue. J’ignore combien de fois nous nous sommes aimés dans la nuit. Mais, sous ces rythmes, sous cette pluie, sous cette lumière évanescente, sous l’influence de cette odeur chaude et rassurante, sous cette chemise à carreaux, sous cette couette encore toute chaude, j’ai une furieuse envie de la prendre... Poser mes mains sur chaque millimètre de sa peau, de ses longues jambes, jusqu’au bout de ses orteils et puis recommencer ce va-et-vient. Encore et encore. Tenir ses seins dans mes mains. Les posséder. Caresser ses fesses. Si rondes et pourtant si fermes. Je suis la batterie et les voix qui rythment mes caresses. Trouver enfin sa bouche, sa langue. Qu’elle me refuse. Je persiste. Signe. J’aime ce goût du café dans sa bouche. Tout à coup, je suis animé d’une fougue immense, d’une force incroyable.

Nouvelle érotique publiée dans l'Agenda Stéphanois n°507. Vous avez aimé ce récit coquin ? D'autres histoires coquines peuvent vous intéresser :


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Roman photo

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo