Découvrez le programme "Éveil des sens", une initiation au tantrisme, proposé par Nathalie Giraud, sexothérapeute et fondatrice de la société Piment Rose.


Pratique tantrique


Dans toute pratique tantrique, il y a une "prise de rendez-vous", c'est-à-dire que vous prévoyez de consacrer du temps uniquement à votre corps et à votre partenaire pendant une durée déterminée. L'endroit de la rencontre doit être préparé (si cela se passe dans la cuisine, elle doit être propre, si c'est dans la chambre, elle doit être rangée etc.). Pour vous plonger intégralement dans l'état d'esprit du Tantra, vous avez besoin d'accorder toute votre attention à votre partenaire et de vous sentir en harmonie avec la pièce. Évidemment, les téléphones et les ordinateurs doivent être éteints (sauf, bien évidemment, si vous jouez dessus !)







3 modules différents vous sont proposés par LeBisou.





Pour en savoir + sur Nathalie Giraud, cliquez ici













Nouvelle érotique






Le bruit caractéristique d'une allumette qui s'embrase a piqué ma curiosité au vif. De l'autre côté de la porte, je savais que Ben préparait notre salle de bain.







Tout s'était décidé quelques minutes auparavant, lorsque nous avions tiré au sort nos rôles respectifs. Il avait choisi " pile ", moi " face ", le jugement de la pièce de 2 euros jetée en l'air a été sans appel : il serait à mon service durant le temps d'un long bain.







Heureusement que le jeu s'est organisé de la sorte, Ben était du genre méticuleux, attentionné et prévenant, ce qui était absolument parfait pour l'exercice ! Moi, j'étais tout l'inverse, je faisais tout à la hâte et m'irritais facilement si les tâches me prenaient trop de temps. C'est pour cela que nous nous allions si bien ensemble.







Au bout d'un petit quart d'heure qui m'a semblé interminable, il enfin ouvert la porte. Je trépignais d'envie sur place, impatiente, à mon habitude. En me prenant par la main, il m'a lentement engouffrée dans la pièce tant attendue. Je n'ai pu m'empêcher d'ouvrir de grands yeux (et ma bouche, par la même occasion) : elle était méconnaissable ! Des bougies parfumées lui donnaient des notes de vanille, l'eau chaude qui miroitait dans la baignoire emplissait l'espace d'une brume accueillante et tous les produits de douches étaient rangés au sol, dans un ordre allant du plus petit au plus grand.







Fier de son effet, Ben a commencé à me déshabiller, avec une douceur et une attention toute particulière. Je me suis laissée faire, telle une poupée désarticulée. Les bretelles de mon débardeur qu'il faisait glisser de mes épaules me donnaient des frissons, sa bouche suivait au plus près de mes jambes le tombé de ma jupe, et il a retiré ma culotte en caressant du bout des doigts tout l'intérieur de ma cuisse, nue.







Puis, après avoir vérifié la température du bain de son poignet, il m'a lentement plongé dans l'eau, telle une princesse pharaonique. " Que tu es belle, nue. " m'a-t-il soufflé à l'oreille, en badigeonnant sa fleur de douche de lait de corps. Je ne sais comment vous décrire le bien-être que je ressentais à ce moment-là. Je n'avais ni le sentiment d'être surpuissante, ni celui d'être dominante... je me sentais juste en confiance, détendue, acceptée et guidée. Cela m'a fait un bien fou.







J'ai fermé les yeux pendant que Ben lavait mon corps en alternant les caresses de la fleur de douche et celle de sa main douce et virile. Je dois avouer que parfois, j'arrivais à peine à distinguer la différence. Il s'attardait sur chaque centimètre de ma peau et ne délaissait aucune zone de mon corps. Bien évidemment, il n'a pu s'empêcher de me caresser délicatement en passant sur mon entrejambe, sans vouloir me faire jouir. Je sentais qu'il voulait juste éveiller mon clitoris, éveiller tout mon corps au plaisir. Il a fini son nettoyage intégral en me shampouinant tendrement les cheveux. 2 doigts massaient mon cuir chevelu et mes tempes en même temps, un régal !







Je sentais la mousse savonneuse dégouliner le long de mes joues, couler sur mon cou humide, pour enfin finir sa chute sur le haut de mes seins, encore à moitié immergés. Quant il eut fini, il m'a aidé à me sortir du bain en me tenant fermement par les mains. Cela faisait bien vingt minutes que mon corps baignait dans l'eau et mes jambes peinaient à me tenir debout. En me regardant droit dans les yeux, il n'a pu s'empêcher de me sourire. Ce qu'il faisait lui plaisait et ces moments là étaient si rares... Avec une serviette marron, il a frictionné tout mon corps, sauf mon sexe dont il a préféré s'occuper lui-même avec sa langue.







Une fois propre, sèche et neuve, il m'a fait enfiler un peignoir, de la même façon que le font les serveurs dans les grands restaurants, et m'a fait m'asseoir sur la coiffeuse de notre chambre pour me brosser les cheveux. Il y allait très lentement, et bien que je préfère le rythme plus soutenu du coiffeur, je me suis tue. D'autant que je m'en souvienne, les garçons ont toujours eu un peu de mal avec les cheveux des filles.







" Ca ne sent pas le brûlé ? " me suis-je écriée d'un coup. Immédiatement, Ben s'est rué dans la salle de bain, alarmé. J'ai entendu le bruit du lavabo couler et les grognements incompréhensibles de Ben s'y mêler. Il est ressorti de là penaud, ma petite culotte cramée à la main. Les princes charmants des temps modernes ont encore quelques progrès à faire !



Aidez Lebisou en partageant ce scénario sur Facebook