Street Art, Part I

Inscription sur LeBisou

Episode 1

Je suis parvenue à convaincre mon homme. Cette fameuse exposition de street art, à laquelle je rêve d’assister depuis longtemps, nous nous y rendons enfin par un bel après-midi de printemps. Le soleil et la chaleur m’ont poussée à me vêtir légèrement d’une jolie petite jupe bouffante et d’un chemisier estival. Je porte dessous un corset pour affiner ma taille, mais rien d’autre puisqu’il est question de laisser libre cours à son imagination dans ce genre de lieu… C’est bien mon intention !

Quant à Monsieur, un classique jean- t shirt, ce qui lui sied toujours merveilleusement bien. Son simple regard rempli de désir suffit à m’allumer de toute façon. Nous voilà donc à admirer des œuvres colorées, rivalisant d’imagination et de messages forts. Je me régale également du regard des hommes sur ma taille et ma tenue légère, tandis que Monsieur s’amuse à les narguer en me caressant savamment les fesses sous ma jupe.

Ce que je n’avais pas prévu, c’est que, dans cet ancien complexe sidérurgique désaffecté et transformé en lieu culturel, le vent s’engouffrait régulièrement par rafales, quelle que soit la météo extérieure. Je m’évertuais tant bien que mal, telle Marylin plantée au dessus de sa bouche d’aération, à maintenir le tissu léger qui virevoltait, découvrant allégrement mes cuisses à intervalles réguliers. Nous en riions de bon cœur avec Monsieur et cela ne faisait que pimenter un peu plus notre petit jeu de séduction.

Le dédale de l’usine regorgeait de petites venelles, avec parfois une seule œuvre tout au bout. Bien souvent, ces impasses, excentrées du parcours habituel, étaient désertées. Nous nous trouvions dans l’une d’elles, tout occupés à décrypter le message un peu obscur d’une fresque magistrale, quand soudain une bourrasque plus violente que les autres souleva totalement ma jupe. Je me retrouvai les fesses à l’air ! Et m’aperçus alors qu’un homme se trouvait à quelques mètres de nous, visiblement ravi du spectacle…

Inscription sur LeBisou

Episode 2

Je ne sais qui, de mon homme ou de moi, se rendit le premier compte que ce petit voyeur passait un bon moment à nos dépens, mais je sais que nous décidâmes en même temps de prendre nous aussi du plaisir vis-à-vis de lui. Ainsi Monsieur glissa son bras autour de ma taille et me fit tourner le dos à notre témoin. J’étais, à ce moment-là, plongée dans la contemplation de cette œuvre finalement plutôt explicite, ce qui n’a fait que décupler mes sensations. Je sentais mes tétons durcir sous mon chemisier et, à chaque baiser que mon homme y déposait, un frisson me parcourait tout le dos jusqu’en bas de la colonne vertébrale. Frisson qui était ensuite prolongé par sa main sur mes fesses jusqu’entre mes jambes. Je sentais mes lèvres se gonfler et s’ouvrir de désir. Tout mon bas-ventre palpitait au rythme de ces baisers et notre voyeur n’en perdait pas une miette !

Inscription sur LeBisou

Je décidai alors à commencer de supplicier ce coquin et sous le regard complice de mon homme, je relevai outrageusement ma jupe jusqu’à mes fesses. De là où il était, il ne devait apercevoir que mes cuisses et l’arrondi de mon postérieur. Mon homme, décidé à lui en faire voir un peu plus, me tourna un peu sur le côté et lui dévoila un de mes seins qu’il dévora aussitôt à pleine bouche. Collée comme j’étais à son torse, je sentais l’excitation l’envahir à son tour et je me demandais si notre spectateur était dans le même état que nous. Je fus renseignée par un coup d’œil en sa direction. En effet, il avait les yeux rivés sur nous et la jolie bosse oblongue sous sa braguette trahissait son émoi à lui aussi.

Toujours avec l’objectif de rincer l’œil de notre voyeur, Monsieur releva complètement ma jupe de manière à exposer aussi mon sexe. Il passa les doigts de sa main libre sur mes lèvres et en fit entrer un dans ma bouche pour que je le suce, ce que je fis sans me faire prier. Je commençais à être très excitée et ce doigt augurait beaucoup de plaisir à venir ! Lorsqu’il l’estima suffisamment léché, il utilisa une de ses jambes pour écarter les miennes et plongea ce doigt directement entre mes autres lèvres, ce qui me fit échapper un râle de plaisir…

Je tressaillis sous l’onde de choc et mes jambes se dérobèrent presque sous moi tant la sensation de cette encore discrète pénétration était divine et intense. Imperceptiblement, j’écartais davantage les cuisses et sentais que mon sexe désormais bien ouvert ruisselait d’envies. Mon homme commença comme il se doit un lent va et vient que je ponctuais deci delà de petits gémissements d’extase. Je sentais également que je me cabrais davantage, que mon corps enfiévré se raidissait sous les caresses intimes que me prodiguait mon homme.

La jupe relevée, les fesses tendues à souhait, cuisses écartées et couinant de plaisir, je devais offrir un joli spectacle à cet inconnu que je n’osais plus regarder !

Inscription sur LeBisou

Episode 3

Sans ménagement, mon compagnon arracha les boutons de mon chemisier qu’il fit prestement glisser de mes épaules, délaça le corset qui me comprimait la taille et faisait pigeonner mes seins. Mes tétons se dressèrent, se durcirent encore, sous les effets conjugués du vent vif qui s’engouffrait toujours dans le couloir et à l’idée que mon voyeur profitait maintenant d’une vue quasi globale de mon anatomie.

Arriva alors ce que j’espérais. Mon homme, d’un geste tendre et ferme à la fois, m’invita à m’accroupir devant lui, la jupe toujours relevée. Il déboutonna son jean et sortit son sexe dressé tel une hampe médiévale, preuve s’il en est que la situation l’excitait à un point incommensurable. Je saisis sa verge de la main, la parcourut d’exquis baisers, la léchai de la garde jusqu’au gland avant de l’engouffrer totalement avec délectation dans ma bouche. Je m’aperçus alors, d’un rapide coup d’œil curieux, que notre voyeur s’était sensiblement rapproché, puisque 2 petits mètres à peine nous séparaient de lui et que, à notre instar, il arborait son sexe, bandé, et qu’il se masturbait vigoureusement en nous regardant. Croisant mon regard, il m’esquissa un charmant sourire qui en disait long sur ses intentions…

Sourire que je lui rendis comme une invitation à se joindre à nous. Et il ne se fit pas prier ! L’audacieux s’avança donc de 2 mètres et vint se placer aux côtés de mon homme pour être sûr que celui-ci l’avait bien vu et obtenir tacitement son accord pour participer à nos espiègleries. Mais je ne lui laissai pas le temps de jauger mon homme et empoignai directement son sexe pour à son tour le titiller, le lécher, le gober pendant que de mon autre main, je continuais à masturber mon homme. Je levais les yeux vers chacun d’eux pour voir quel effet ce petit ménage à 3 leur faisait. Leur regard en feu et leur sourire vorace me confirmèrent ce que leurs queues me disaient déjà : ce petit trio leur plaisait au moins autant qu’à moi et les excitait autant l’un que l’autre ! Bien moins que moi en revanche…

Je pris le parti de les gâter autant l’un que l’autre et je les léchais à tour de rôle, les engouffrais dans ma bouche, descendais vers les testicules de l’un pour remonter par celles de l’autre, tant et si bien qu’ils n’y tinrent bientôt plus et que presque simultanément ils s’éloignèrent de ma bouche et de mes lèvres encore si avides de leurs membres bandés à l’extrême. Alors mon homme me releva , me débarrassa carrément de mon chemisier cette fois et me tourna vers cet inconnu pour lui offrir la splendide vue que je devais offrir : celle d’une femme excitée, les seins pointés vers le ciel, les jambes écartées, le regard en feu, avide de plaisir et en proie aux plus violents désirs. 

Episode 4

Notre compagnon de jeux coquins me détailla de la tête aux pieds, s’arrêtant plus longuement sur des parties choisies de ma personne. Il était manifeste que je lui plaisais énormément… Il s’avança vers moi, maintenue aux épaules par mon homme et totalement à sa merci, et commença à effleurer délicatement ma peau. Chacun des contacts de sa main sur mon corps provoquait en moi un séisme d’émotions et d’attentes mêlées. Il commença par caresser très délicatement ma joue, frôla mes lèvres et descendit flatter mes épaules qu’il caressa plus fermement. Puis, ses mains se portèrent vers ma poitrine. Il soupesa à peine mes seins, remonta par le sillon de ceux-ci, puis redescendit enfin sur eux.

Inscription sur LeBisou

Ses caresses malicieuses, faites de petits ronds concentriques autour de mes auréoles, se rapprochant de plus en plus de mes tétons pour finalement s’en éloigner, me rendaient dingue. Douce sensation que d’être ainsi offerte, soumise, par son propre compagnon, à un inconnu qui, je dois bien l’avouer, était loin de me laisser insensible… Enfin, il prit les pointes de mes seins entre ses doigts, les titillant, les pinçant prudemment mais subtilement. Il approcha les lèvres de mon buste et s’attela à ce qui s’avéra être un véritable festin, pour lui comme pour moi. Sa langue habile tournoyait autour de mes mamelons, ses lèvres serraient mes tétons fermement, ses dents les mordillaient doucement. Une petite musique courait dans ma tête, les sublimes paroles de « Sur les pointes », d’Allain Leprest, de circonstance tant par le lieu évoqué que par le sujet.

« J’ai picassoté sur ta peau
Et quand j’ai fini le tableau
J’ai encadré nos amours peintes
J’l’ai accroché dans mon cerveau
Sans un marteau, sans escabeau
Sans une pointe »

Oui, mon bel inconnu picassotait bel et bien sur ma peau, jouant lui aussi avec mes pointes ! Je tremblais de tout mon être, attendant avidement qu’il explore de la même manière le reste de mon corps, ce que mon homme semblait souhaiter lui aussi puisqu’il ne me lâchait pas. Je le sentais derrière moi, collé contre moi et sentais son sexe plaqué contre mes fesses. L’inconnu releva la tête et me regarda droit dans les yeux. Je compris immédiatement qu’il allait dans la seconde poursuivre ses découvertes. Effectivement, ses mains se portèrent sur mon ventre . Il survola ma discrète toison, cajola mes fesses, passa la main dans l’intérieur de mes cuisses, s’arrêtant une nouvelle fois au moment crucial. Quel supplice !

Inscription sur LeBisou

Alors que moi-même envisageait de le supplicier de prime abord ! Il s’agenouilla devant moi et plongea son visage dans mon sexe béant. Sa langue, que je savais d’ores et déjà experte, longea prodigieusement mes lèvres, fourragea mon intimité et dénicha le bouton sacré, s’érigeant immédiatement. Il l’agaça, le lécha, sa langue jouait à merveille de mon instrument favori. Mes jambes avaient peine à me porter…

Episode 5

Je crus d’abord que j’allais exploser sur sa langue mais c’était sans compter son expertise et sa sensibilité ! Il s’arrêta pile au moment où toutes les barrières allaient s’effondrer et me contempla d’un œil plein de malice. J’étais là, à me tortiller entre la douleur et le plaisir de cet orgasme attendu, désiré et qu’il venait si violemment de me refuser. Cela se paierait très cher mais plus tard car pour le moment, j’étais toujours à la merci de ces 2 hommes et comme j’allais m’effondrer sur moi-même, mon homme m’attrapa par la taille d’une main et souleva une de mes cuisses de l’autre.

Inscription sur LeBisou

Je n’étais ni plus ni moins qu’une marionnette entre ses mains, poupée de chiffon imbibée de plaisir et dont le désir ruisselait sur l’autre cuisse. Il me maintenait ainsi pour le plus grand plaisir de mon bourreau qui s’extasiait de l’effet qu’il avait eu sur moi tout en se masturbant ostensiblement. Je sentis mon homme sourire dans mon dos et pas que ! Il bandait tellement fort que j’étais sûre d’avoir la marque de son sexe imprimée sur mes fesses! Toujours est-il qu’il entreprit de remuer son bassin et de faire glisser sa queue le long de la raie de mon cul. Il montait et descendait ainsi à un rythme lent mais régulier. Je l’entendais commencer à gémir et son souffle devint rauque dans ma nuque. Il avisa le mur derrière lui et me fit reculer pour pouvoir s’y adosser et me laisser reposer encore un peu plus sur lui. Cela libéra également la main qui m’enserrait par la taille et je me doutais qu’il avait déjà décidé quoi en faire !


Préoccupée comme je l’étais par son petit manège, je n‘avais pas remarqué que notre charmant inconnu brandissait son sexe avec l’évidente intention de me prendre sans plus de cérémonie !

Il se rapprocha de nous et sans même que j’ai eu droit au moindre doigt avant, il m’empala sur une des queues les plus raides qu’il m’ait été donné de voir. Mille étoiles explosèrent devant mes yeux et alors qu’il commençait un lancinant va-et-vient, je sentis certains réflexes se mettre en marche chez moi.

Automatiquement mon vagin enserrait sa queue chaque fois qu’il venait et le délivrait dès qu’il commençait à se retirer. Mon bassin ondulait au même rythme que le sien et je me rendis vaguement compte que celui de mon homme s’était immobilisé. Je compris pourquoi lorsque je l’entendis suçoter un de ses doigts juste avant qu’il ne vienne titiller avec mon petit trou épargné jusque là par mes assaillants…

La suite très prochainement

Un grand merci à Sam et Soaog pour ce superbe récit. 

Pensez-vous que c'est une histoire vraie ?

Inscription sur LeBisou

Consulter le profil de Sam

Consulter le profil de Soaog


Les commentaires

Hello-darling à 22:16, le 11 janvier 2018


oui


Découvrez notre défi photo : Photo risquée

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo