Des petits jeux coquins ...

Sexe primé

Présentation du livre

Livre de Stella Tanagra - sexe primé

 

Titre du livre érotique  : « Sexe Primé »

Genre : recueil de nouvelles érotiques

Auteure : Stella Tanagra

Editeur : Tabou éditions

 

Résumé

Aussi roses que noires, des pulsions (in)humaines s’expriment en 10 nouvelles dangereusement excitantes. A chaque page tournée, transgressions sexuelles et désirs interdits se croisent et s’entrechoquent. Sombrez au fil des lignes dans la décadence de fantasmes indicibles. Pulsions morbides, vices obsédants et passages à l’acte déraisonnables, les désirs s’expriment mais à quel prix le sexe prime ? Entre érotisme sans tabou et perversions assumées, Sexe Primé déflore les convenances. Des corps se mélangent et se perdent, d’autres s’adonnent à des étreintes trop soutenues… Des verges s’affolent et des soubresauts de plaisir s’emballent au gré d’honteuses envies, les nôtres pourtant ?

 

Si Stella Tanagra a bien une étiquette qui lui colle à la peau, c'est celle de "spécimen" de sorte qu'une seule obsession guide ses mots : se (dé)jouer des normes. Avec Sexe Primé, elle poursuit son aventure littéraire et libertine en questionnant la nature humaine et plus particulièrement les pulsions et les tabous. Stella Tanagra est née en 1988. Entre fantasmes et folies, son corps, son coeur et son cerveau balancent. L'écriture ponctue ses expériences libertines depuis plus d'une dizaine d'années. Nymphette jusqu'au bout des ongles, elle est aussi modèle de charme et bloggeuse sexo. Stella est l'auteur de Sexe cité, (IS Edition, 2015) et a participé au collectif Osez 20 histoires de soumission sexuelle, (Editions La Musardine, 2016). Elle intègre l'équipe des auteurs de Tabou avec un recueil où transgressions et interdits se côtoient jusqu'au bout du vice : Sexe Primé, (Editions Tabou, 2017).

 

Stella Tanagra est une membre très fidèle du site Lebisou. Elle publie régulièrement de très jolies photos d'elles. Un article sur le blog lui a été dédié. En plus d'une description, il regroupe ses plus belles photos. Découvrez cet article de blog en cliquant ici.

 

Extrait

 Sexe primé - Stella Tanagra

 

Nouvelle : Les profondeurs

 

Présentation du récit : devant le glory hole…

Extrait : Si seulement je pouvais jouer de mes yeux verts pour le séduire de quelques œillades assassines. Je suis certaine qu’il ne résisterait pas non plus à ma crinière ondulée qui me confère cet air tapageur de tigresse. Sans doute adorerait-il aussi ma peau ferme et bronzée dont les reliefs s’équilibrent parfaitement entre mon petit cul rebondi et mes seins rondelets. Quant à mes longues jambes, j’ose croire qu’elles lui donneraient un vertige érogène.

Il est à ma merci. Je joue le jeu par mimétisme avec mes camarades de luxure. Elles se saisissent toutes d’un des sexes vulnérables. Ensemble, nous suçons ces hommes sans visage. Démunie de tout jeu de regard et autre apparat du désir, je fais de mon mieux car je n’ai que ce double décimètre tendu devant moi pour procurer l’allégresse à cet humanoïde. Je passe ma langue le long de sa verge, sentant les ramifications de ses veinules dopées par l’excitation. Suis-je un homme ou une femme pour ce prétendant sans nom ? Qu’importe ! Aux seules sensations prodiguées, il est à l’écoute. Son gland se love au creux des contours de ma bouche. En communion, je personnalise ce sexe car je n’ai guère que lui pour m’exciter. Je voudrais ressentir cet homme vibrer, voir ses yeux me quémander et découvrir son corps fébrile, trémuler sous mes succions appliquées. Livrée à ma propre imagination, ce lieu est définitivement celui de l’affabulation où chacun se perd aux confins de ses fantasmes qu’aucune règle ne régule. Une parenthèse enchantée s’offre à nous ; chacun en fait son échappatoire avant de remonter à la surface pour retourner sur les rails socialement édictés comme d’illustres inconnus. Certes ! Alors je profite de mon moment de gloire. J’entends les voix implorer qu’on les fasse jouir, de l’autre côté du mur. En chœur, les unes et les autres se mélangent en canon de sorte que je ne puisse distinguer celle de mon pénis ambulant. Les consonances de lamentation nous conjurent d’exprimer davantage notre éloquence buccale. J’ai l’impression d’être un disciple lors d’une messe noire où les protagonistes entrent en transe, s’influençant dans la débauche en s’adonnant con jointement et sans limites. Chacun cautionne son voisin prêcheur en agissant tout aussi hardiment. La frénésie ambiante déchaîne les démons qui nous habitent et ne s’exorcisent qu’à la nuit tombée. Je sens le sexe noir se contracturer dans ma bouche tandis que je suis surprise par cette main droite qui se fraie un chemin dans un trou concomitant afin de rejoindre ma chevelure. Cette verge a une main !

 

Nouvelle : Un gentil garçon

 

Présentation du récit : dangereux penchant…

Extrait : Il prend la tête de sa belle entre ses mains dans un élan d’affection intense. Dépossédé de lui-même, il voit, impuissant, ses propres mains s’agripper au cou de Camille. Elle accueille les penchants de Robin avec beaucoup d’excitation. Elle suffoque sans pouvoir exprimer son consentement. Ses yeux exorbités semblent avoir vu un ange tandis qu’elle accepte son sort consensuel. Entre deux spasmes compulsifs, sa bouche esquisse un rictus d’appréciation l’invitant à poursuivre sa tâche. Le visage de la belle blonde rougit à l’épreuve de la strangulation maintenue pendant que son compagnon se réjouit de voir apparaître sa veine frontale bleutée, dessiner un « Y ». Le souffle coupé pendant de longues secondes, elle adore lire dans les yeux qui la dévorent, le degré de surexcitation se mesurer au rythme de son asphyxie. Plus elle se sent oppressée par la tendresse brutale de Robin, plus elle a l’impression d’avoir de contenance. Elle plante ses doigts sur les pectoraux sèchement dessinés de celui qui l’étreint, en réponse à son visage qui bleuit. Elle ne réalise pas l’effet qu’elle produit sur son homme en se soumettant ainsi mais elle a la certitude qu’il y trouve le contentement nécessaire à ce qu’elle le retienne à ses bras. Toutes les compromissions sont envisageables pour elle dont la corruptibilité est intarissable tant qu’il s’agit de garder une place dans le cœur de son beau brun. Ce dernier accélère la cadence de ses va-et-vient puissants. Ses bras contracturés tremblent tant la compression qu’il exerce sur la gorge de celle qu’il protège est insistante. Il n’hésite pas à asséner des gifles soutenues sur les joues de Camille afin de libérer ses pulsions. Elle les reçoit telles des marques de tendresse gravées sur sa peau rosée. Les mains de son homme se referment à nouveau en étau autour de son cou. Il aime attendre jusqu’au dernier souffle qu’elle expulse avant de la ressusciter et répète la manipulation tout au long de l’ébat. À mesure qu’il voit le visage de sa bien-aimée se figer sous la pression, il donne davantage d’ardeur à ses coups de reins. Entre les cuisses mollement étendues de celle-ci, il décharge toute la vigueur dont il ne sait que faire. Elle absorbe tout ce qu’il lui donne en se complaisant du dolorisme. Elle reçoit chacune de ses accablantes pénétrations afin de le contenter.

 

Nouvelle : Sans sortir

 

Présentation du récit : ce que cache l’homme idéal…

 

Extrait : Mes ressentis deviennent exponentiels à mesure que ses mains parcourent la surface de mon corps. Il s’affaire ensuite à attraper la peau de mes fesses pour la malaxer doucement afin de la préparer à recevoir ce qu’il a à me donner. Mon antre se descelle sous l’emprise de ses convictions érotiques. Fessant ma croupe, l’afflux sanguin se dynamise en créant une chaleur intense et des rougeurs de plaisir sur mon derme fin. Ses caresses se répandent le long de mes cuisses et me provoquent une chair de poule. Sa bouche dévale chaque zone érogène de mon corps en s’attardant davantage sur ma fente entrouverte. Sa langue, comme une plume chatouillant le creux dessiné entre mes lèvres, prend le temps de me taquiner en convoitant de me mettre hors de moi. Les ondes montent graduellement de la pointe de mon clitoris au bout de mon sternum. Enveloppée dans un nuage d’adrénaline, le flot écumeux avance ici et là et s’en va partout autour, confiné dans mon ventre. L’énergie se diffuse en fréquences irrégulières ravivant le suspens de ses attouchements linguistiques. Impatiente qu’il me comble encore plus, mon point G se gonfle au point de doubler son gabarit par l’excitation ambiante. Je suis prête à l’accueillir.

 

 

Acheter le livre