La sapiosexuelle

Inscription sur LeBisou

Inscrit sur un site de rencontres extra-conjugales depuis de nombreuses années, je finis par tomber sur un pseudo qui éveilla ma curiosité. Ce pseudo correspond à mes critères d’âge et de lieu, je décide donc d’investir les crédits nécessaires pour lui envoyer un message relatant grossièrement ce que je recherche, qui je suis, ma vision de ces relations extra-conjugales, saupoudrée d’un zeste d’humour. J’ai un message type de base que j’essaie de personnaliser autant que possible avec le peu que j’ai sous la main. Je lui envoie donc ma création, comme une bouteille à la mer, je verrai bien si cette bouteille sera récupérée et son message lu.

Amie clandestine

Par chance, non seulement le message a été lu, mais en plus, ce pseudo est intéressé par le concept d’ » amie clandestine » ! La réponse est matinée d’humour, est recherchée et j’en sens la curiosité suscitée. J’ai donc fait mouche ! Ce pseudo a un joli prénom, ce n’est plus quelque chose d'abstrait. Nous enchaînons les messages, mon intérêt monte crescendo pour ce prénom qui s’avère être une jeune femme cultivée, sachant très bien exprimer ce qu’elle ressent, avec une pointe d’humour que l’on peut sentir sous la bienséance dont nous faisons preuve tous les deux. Nous garderons un moment le vouvoiement, j’apprécie cette douce retenue, peut-être mon côté vieux jeu pour certaines choses, mon goût du respect mutuel également, contrastant avec mon côté progressiste et libéré. J’attends tous les jours son message exquis que j’appelle rapidement un « chocolat », un peu comme un drogué en manque comme elle le définit pour elle-même ! Le fait que non seulement elle répond à mes messages d’une façon peu déjà vue, mais qu’en plus elle définit l’attente de mes propres messages comme une drogue dure, me donne de l’assurance, de la confiance et exacerbe mon côté sapio que je connaissais déjà par d’autres rencontres. Au fur et à mesure que l’on égrène nos messages et nos expériences extras, je constate que ce côté sapiosexuel n’est pas juste une petite facette insignifiante de moi-même, mais que je suis carrément sapiosexuel ! Elle me dit qu’elle adore écouter les hommes se confier, mais les hommes ne se confient finalement peu alors qu’elle est très bienveillante, n’a pas de tabou et surtout ne juge en rien. Je ne peux donc m’empêcher de m’ouvrir totalement, plus un seul tabou, elle assiège ma forteresse dont les verrous tombent les uns après les autres ! Et j’adore ça !

Ouverture d'albums

Vint le moment de l’épreuve d’ouverture d’albums, carrefour de chemins, soit on continue chacun de son côté, soit on peut envisager de faire un bout de route ensemble. Cette épreuve est cruelle. Le risque de se faire blacklister est toujours grand, malgré une complicité naissante. J’ai déjà eu de grosses déceptions par cette épreuve, que ce soit pour moi ou pour la femme qui subit la même épreuve en simultané de l’autre côté du miroir. Autant nous ne pouvons pas forcément plaire à tout le monde, autant le respect et la politesse restent de mise et je prends un blacklistage comme un affront. Malgré mon appréhension d’expériences ratées, je reste confiant avec elle, elle a toujours fait preuve d’empathie et de respect, au pire nous nous souhaitons bonne route et il me restera cette expérience sapionesque assez unique dans son genre. Je lui laisse la main pour l’ouverture d’album, je demande le sien en parallèle, comme je procède toujours. Le suspense est insoutenable, je lis avant toute chose son message. C’est déjà bien qu’il y a un message. Elle a le don de faire durer le suspense, c’est toujours construit de manière réfléchie et ce n’est que vers la fin du texte que je vois qu’elle me trouve charmant ! Ouf ! Bon maintenant, qui est cette femme ? Quel visage ont ces écrits qui s’étendent sur plusieurs semaines ? Je clique sur son profil et j’ai ressenti un soulagement ! Ces yeux envoûtants, ce petit sourire qui promet maintes folies ! J’adore ! Je lui en fais immédiatement part, ce carrefour peut être passé en toute sérénité. Je lui laisse mon numéro et j’attends fébrilement son premier message. Il arrive rapidement et il allume une sorte de chaleur en moi.

Fantasmes et tabous


Nos dialogues sont beaucoup plus décontractés, plus directs, il n’y a plus cette attente, nous nous parlons comme si nous nous connaissions depuis toujours, sans fard. Cette touche d’humour, de folie que j’avais déjà sentie est plus prononcée maintenant. Elle est sur le même délire que moi et c’est parfait ! Nous nous ressemblons tellement ! En même temps, j’en apprends beaucoup, elle n’a plus peur de rien et aime vivre sa vie, avec ce grain de folie, je ne perds pas une miette de son parcours atypique, ses fantasmes sans tabous et complètement libérés. Je le lui rends bien en me mettant littéralement à nu dans mes propres récits, je lui parle de mon passé, de mes expériences réussies comme ratées qui ont fait ce que je suis aujourd’hui. Nous commentons nos récits, comme des réalisateurs qui parleraient de leurs films. Cela à une saveur délicieuse ! Je ne sais pas comment lui dire que j’aimerais bien la rencontrer, autour d’un café, d’une promenade, mais en ces temps troublés, c’est compliqué. Je ne veux pas la brusquer, je préfère lui laisser la main, par respect et galanterie, je ne suis pas un queutard qui veut juste baiser ce qu’il peut baiser, je veux construire proprement une relation durable.

Défis photo

Elle le comprend très bien, sans que je n’ai à lui dire et elle fait encore mieux, elle propose de sexualiser nos échanges avec des défis photo ! Je me prête au jeu avec gourmandise, j’adore jouer, j’ai gardé une part de l’enfant que j’étais. Je lui envoie donc mes défis et je lui en pose également. Je sais qu’elle a du mal à pardonner son corps, c’est la seule chose d’elle avec laquelle elle n’est pas encore en paix. Elle réussit ses photos telle une artiste, une mise en scène, suggérer sans dévoiler, je la trouve rayonnante ! J’ai une envie de la rencontrer et elle de même. Je n’ai pas envie de juste la rencontrer au détour d’une rue ou d’un parc pour 30 min en coup de vent, je veux la découvrir dans son intégralité sinon je sais que je serai bien trop frustré et l’attente d’un rendez-vous plus long me rongerait. Je lui propose assez franco de la rencontrer une après-midi à l’hôtel. Ce n’est pas le chemin normal, j’aime prendre mon temps en invitant au restaurant ou au minimum boire un verre avant toute chose, l’hôtel directement, je trouve ça rude. Néanmoins elle accepte et nous nous arrêtons sur le mercredi suivant. Je suis tellement impatient de la voir enfin en réel, la 3e dimension, la première étant le contact par les mots, la deuxième le contact par les photos et la 3e, les sens du toucher, de l’odorat, sa voix, du réel tout simplement.

Première rencontre

Mercredi 5h du matin. Je me réveille bien plus tôt de moi-même. Je me sens nerveux alors que je ne devrais pas. Je m’étais préparé la veille, douche, rasage, préparation mentale. Tout allait bien et j’avais déjà fait ces rencontres plusieurs fois, chacune était différente, celle-ci le sera également, mais j’ai acquis une maturité depuis la première qui devrait me rassurer. Pourtant je me sens stressé alors qu’elle m’a assuré qu’il n’y a aucune pression, rien n’est obligatoire, tout est possible comme sa devise sortie du monde libertin ! Je lui fais confiance, mais je ne me fais pas toujours confiance moi-même…
J’attrape la bouteille de champagne que j’avais préparé la veille, mon sac à dos, le tout dans la voiture avant que ma compagne descende les escaliers. Un petit coup de stress supplémentaire… je n’en avais pas besoin. Petit-déj et c’est parti pour le boulot. Toute ma matinée, j’ai cette rencontre en arrière pensée. C’est réellement excitant de savoir ce que l’on va faire juste nous deux, que personne d’autre ne pourrait penser une seconde que nous sommes immoraux aux yeux de la société. Je me sens toujours comme deux amants sur notre île déserte. C’est pour tout cela, pour l’adrénaline que cela procure que j’adore faire ces escapades ! Nous nous écrivons presque en temps réel, nous ne nous lâchons pas, nous ne faisons pas cavalier seul, nous sommes tellement complices.

Découverte de l'hôtel


Il est enfin venu le temps de partir, l’horloge sur mon écran d’ordinateur s’était presque arrêtée par tant d’impatience. Je me dirige vers ma voiture, la boule au ventre. J’ai sans arrêt envie d’aller pisser, sûrement le stress. Sur la route, je me demande comment vit-elle ces moments, que pense-t-elle à cet instant ? J’arrive sur la parking de l’hôtel, il y a des travaux en cours. J’entends le bruit assourdissant de démolition quand je me dirige vers la réception. Bon ben, ça ne sera pas le chant des oiseaux cette aprèm. La réceptionniste arrive et je lui demande ma réservation. Elle est désolée pour les travaux. Qu’importe, je ne suis pas venu ici pour roupiller, enfin je l’espère. Je prends ma clé, je monte à la chambre, j’ouvre la porte. La chambre n’est pas très grande et bien sûr que c’est celle qui est là plus proche des travaux….

Néanmoins, elle est suffisamment cosy pour y passer un bon moment. Je pose ma veste, mon sac, je sors la bouteille de champagne et j’envoie immédiatement les instructions à mon amie pour qu’elle puisse venir directement à la chambre en passant devant la réception comme un ninja. J’ouvre le volet, punaise les travaux sont presque dans la chambre, j’espère que cela ne va pas l'incommoder… Puis j’attends. Les minutes traînent, je tourne en rond dans les 10 m 2, j’espère que tout va bien pour elle. J’écoute les bruits dans le couloir, je guette les bruits de pas. J’entends enfin des pas de plus en plus forts se diriger vers ma porte. Je sens mon cœur battre. Soudain, quelqu’un toque de la manière presque hésitante, j’arrive à sentir son trac à travers la porte. C’est elle ! J’ouvre cette porte qui veut absolument se refermer pour la laisser dans le couloir. Je la découvre enfin ! Elle est parfaitement celle des photos, en même temps je ne vois pas comment elle aurait pu tricher ;) ! Elle est un peu plus grande que ce que je m’étais représenté, c’est mieux pour moi qui suis assez grand. Elle est élégante avec sa veste et sa robe. Nous nous faisons les bises, j’entends sa douce voix. Je la débarrasse des encas qu’elle nous a rapportés, elle enlève sa veste, on se met à l’aise. En fait, nous avions tellement échangé avant cette rencontre, que je ne suis pas dépaysé, comme si je la connaissais depuis longtemps, le fait d’être en réel l’un à côté de l’autre a juste complété ce qui me manquait pour m’en construire son image fidèlement.

C’est très bien comme ceci, je ne suis pas déstabilisé et je peux être entièrement moi-même. Je débouche le champagne, mais je panique un peu, car je ne trouve comme enlever l’aluminium sur le bouchon. Elle m’aide d’une douce voix et premier contact tactile en dehors de se faire les bises. J’aime particulièrement les premiers contacts tactiles, c’est comme un courant électrique qui nous traverse agréablement. On discute en buvant notre champagne, je lui propose de s’assoir sur le lit, c’est plus confortable et on se sent moins con que debout. On rediscute de je ne sais plus de quoi, mais tout est naturel, elle se sent à l’aise, je ressens qu’elle se sent confortable. Elle me cherche des yeux, elle cherche mon regard, elle le trouve et je lui réponds, nous n’avons aucun problème pour se parler droit dans les yeux, j’aime son assurance, elle ne fuit pas, je sens sa volonté d’aller plus loin. J’ai envie de l’embrasser, mais il est trop tôt, je veux que tous les voyants soient au vert, je veux vérifier encore et encore que je lui plais.

Premiers contacts

Elle initie des contacts avec sa main, de toucher comme elle le fait, je n’ai plus aucun doute, à moi de lui enlever ses doutes, je la touche également et je sens ce courant. Je suis dans les starting-blocks, mais elle me propose de descendre fumer une clope, j’en ai aussi envie pour décompresser, je lui dis que c’est OK pour moi, mais avant, je voudrais faire quelque chose. Elle me fait un grand sourire et me dit « ah enfin » ou je ne sais plus quoi, elle n’attendait que ça et depuis un moment, je pense ! Je l’embrasse enfin et elle me le rend bien avec gourmandise ! Elle embrasse de tout son cœur, de toute son âme, elle roule de superbes pelles avec mordillage de lèvre, suçage de langue, tout ce que j’aime ! Ce moment où l’inconnue se change en maîtresse, où le point de non-retour est dépassé ! Ce moment libère mon démon, sa cage est ouverte et il n’y retournera que bien plus tard, le plus tard possible ! J’ai tellement envie d’elle que je suis déjà prêt à l’allonger sur le lit et lui enlever tous ses vêtements. Elle est tellement réceptive, elle a cette énergie sensuelle et sexuelle, elle explose d’hormones, elle a le diable au corps! Néanmoins je tempère un peu et je lui propose d’aller fumer cette foutue clope, car je sens que l’après-midi va passer très vite. On en profite pour se découvrir un peu plus, les détails que l’on ne dit qu’une fois la première rencontre faite, comme le lieu où l’on vit.

Nous remontons dans la chambre et je sens vraiment qu’elle veut continuer ce que l’on a commencé. Aucun problème, j’ai la même envie ! Nous nous embrassons goulûment, elle me fait bander, je l’embrasse dans le cou, je sais qu’elle adore ça, comme beaucoup de femmes et effectivement, elle adore, je le sens à son souffle, je glisse mes mains du bas de son dos jusqu’à les glisser sur ses fesses sous son collant. Je lui enlève son veston puis je pelote ses seins, pas très gros, mais je m’en fous, qu’elle ait des seins énormes ou juste des piqûres de moustiques, ça ne m’importe pas. Je lui enlève son soutif, elle me caresse la queue, elle défait ma ceinture. Soudainement je la jette sur le lit, je lui enlève ce qu’il reste de vêtements entre elle et moi, je fais de même sur moi-même, mon désir est en feu, le démon s’exprime ! Je la découvre entièrement nue, enfin ! Je vois maintenant pourquoi elle est à un désaccord avec son corps, sa perte de poids extrême lui a laissé un habit de peau maintenant trop grand pour elle. Elle aurait pu être autrement, une taille mannequin ou plus de formes, ça ne changeait rien, je la désire pour ce qu’elle est dans son intégralité, son ensemble. J’ai senti qu’elle était un peu dans l’attente de ma réaction à la vue de son corps, je l’ai tout de suite rassuré en lui léchant les tétons, puis je descends le long de son ventre, je découvre sa chatte parfaitement rasée, j’en suis surpris, car dans nos discussions, elle ne le fait jamais, j’apprécie le geste pour clairement me faire plaisir !

Une découverte toute en douceur

Je goûte sa chatte, elle est humide, chaude, sucrée, je la lèche avec gourmandise, j’essaie de trouver son petit clito et surtout, je la regarde droit dans les yeux, je ne sais pas quel regard j’ai exactement à ces moments-là, mais je rends les femmes dingues quand je fais ça, sans me forcer ! La suite est un peu confuse temporellement, c’était tellement intense et fougueux, mais je me souviens de quelques moments clés. Moment quand elle me suce avec une telle gourmandise en me regardant dans les yeux, je lui mets les cheveux en arrière, elle me suce plus fort, elle me masse les couilles en même temps, elle me crache sur le gland, une vraie actrice porno ! Mais putain que c’est bon ! Je lui enfile mes doigts, je la sens excitée, naturellement nous communiquons sans mots, je suis à l’écoute de son corps, je me permets un doigt dans son cul, je pense que c’était le bon moment, même si j’aurais peut-être dû retenir ma fougue pour ça. Pour en revenir sur ses pipes d’enfer, elle en fait des variations en me suçant les boules et en me branlant en même temps, elle me caresse le scrotum, j’ai des sensations nouvelles, un courant électrique me parcours, j’ai des frissons, j’orgasme sans éjaculation pour ne pas arrêter cette fougue ! Elle me fait une pipe au champagne, encore une nouveauté audacieuse pour moi, c’est divin ! J’ai tellement envie de la prendre, j’enfile la capote et je la prends en enclume, elle aime et moi aussi !

Malheureusement, je suis un peu trop concentré sur ces sensations gommées à cause de la capote, je me dis qu'il faudrait que je retrouve ce modèle rose, à la fraise je crois, c’est celui qui donne le plus de sensations à ma partenaire et moi. Mais je passe outre, je maintiens mon érection sans jouir, de toute façon, mon désir est au taquet, ma queue ne redescendra pas tout de suite. Je la prends en levrette, position que j’affectionne beaucoup, on a une vue terrible sur sa partenaire, sur ses fesses, hanches, anus, vulve. Puis nous enchaînons avec l’amazone, je n’ai pas besoin de dire quoi que ce soit, elle prend les choses à bras le corps, elle est vraiment active, elle a tellement d’énergie à donner, elle prend soin de donner autant de plaisir que d’en recevoir ! Cette énergie me fait monter aux limites quand elle est sur moi, j’admire son corps, j’attrape ses fesses un peu molles, mais j’ai envie de tout donner, de la faire jouir autant que moi ! Elle vient ! Je sens cette décharge d’énergie, nous sommes en symbiose et je viens à mon tour quelques instants après ! Putain c’est vraiment trop bon ! Pour moi c’est le summum, la jouissance partagée et nous y sommes la première fois que nous faisons l’amour ensemble !

Un second tour


Nous faisons une pause après cette première partie endiablée, mais ma queue n’en a pas fini avec elle, le démon m’habite encore. Elle a encore de l’énergie et son énergie recharge la mienne. Elle se propose d’essayer un de mes fantasmes, un truc que les hommes hétéro s’interdisent, qu’on touche à leur cul ! Je dois me soumettre, mais elle fait ça avec une telle bienveillance, douceur, qu’on ne peut refuser un tel bonheur ! Je me retrouve soumis, à quatre pattes, comme une « chienne », je n’ai jamais osé faire ça avec qui que ce soit ! Mais elle, elle a de l’expérience, pas de gêne, sait mener la danse sans contraintes, toujours avec un grand respect. Je découvre de nouvelles sensations, je crois deviner sa langue sur mon anus et ces sensations m’emmènent voyager dans un autre univers, je suis dans un espace-temps que je ne connais pas ! J’ai un orgasme, mais sans éjaculation, pourtant je n’ai rien fait pour contrôler ça ! Mais quelle découverte ! J’ai envie d’aller plus loin, mais une autre fois et qu’avec elle.
Nos ébats continuent avec cette fougue, cette énergie qui passe de l’un à l’autre, elle a envie que je la prenne encore et encore, ce que je fais avec grand plaisir ! Je pourrais continuer toute la nuit, jusqu’à ce que ma queue me fasse mal ou que sa chatte soit en feu ! Elle a un deuxième orgasme ! Elle me dira plus tard que c’est très rare d’en avoir deux à la première rencontre ! C’est con un égo d’homme, elle le sait que ce genre de confidence les fait gonfler d’orgueil envers eux même. Cette phrase apporte de l’estime pour soi et entretien son énergie sexuelle de façon indirecte.


L’heure tournant, nous passons à la douche ensemble. Ce n’est peut-être pas significatif pour tout le monde, mais moi j’adore ce moment qui fait partie intégrante d’une tendre relation, tellement humaine et non mécanique. Pendant que nous nous lavons mutuellement, tels des lionceaux se léchant, mon démon n’est toujours pas retourné se cacher au fond de moi. Ma queue la veut encore ! Je me frotte sur ses fesses, entre ses fesses… je sens que ça l’excite, j’aurai envie de la mettre où elle a envie d’y aller, mais je n’ai pas de capotes sous la main, je ne franchirai pas cette limite. Je me reprends donc, mais cela en reste tout de même agréable, tendrement sexuel.
Cette aprèm se finit, nous devons rentrer dans nos foyers respectifs. Nous nous mettons d’accord pour écrire cette même histoire chacun de son côté et nous nous les montrerons en même temps, vraiment un truc de sapio, ce serpent qui se mord la queue, mais tellement génial ! En repartant, les galoches de l’au revoir, toujours aussi agréable, mais ayant un petit goût de tristesse de ne plus se voir pour quelque temps. Le trajet du retour se fait la tête pleine d’étoiles, je suis encore dans l’espace en train de rêver… jusqu’à la prochaine rencontre !

FIN

Auteur : Ypouli Mitch


Les commentaires

Sim camille à 17:23, le 1 janvier 2023


Superbe. Énormément d'intensité dans ce récit et ce magnifique partage à deux

Hedoniste69 à 06:44, le 4 janvier 2023


Très beau récit avec pleins de détails haletant et surtout ce crescendo de séduction et de sensualité je vous encourage à continuer et j’ai hâte d’en lire d’autres tout aussi excitants

Ypouli à 20:54, le 6 janvier 2023


Merci pour vos encouragements ! Je vais en publier d'autres dans ce cas

DidouYogi à 15:41, le 11 janvier 2023


Beau récit avec une belle évolution pour passer de la sensualité intense à du sexe effréné ! Merci ^^


Découvrez notre défi photo : Messieurs, qui va deviner votre métier ?

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo

Quoi de neuf ?