Le polyamour: une relation plurielle

Inscription sur LeBisou

Sunnyside14 vous propose aujourd'hui un article non érotique, mais tout aussi intéressant ! Bonne lecture !

Je pense qu’on peut avoir une relation suivie avec plusieurs partenaires et ceci en même temps, même si on est en couple. Je ne parle pas de polygamie, de couple libre, mais de polyamour appelé aussi poliamori ou pluriamour. Ce terme polyamour a commencé à être utilisé au début des années 1990. Les polyamoureux entretiennent plusieurs relations amoureuses à la fois, ce n'est pas une multiplication de relations sexuelles, mais bien le fait d'entretenir plusieurs relations de couple. Mais ici, aucune notion de tromperie, chacun des partenaires ne connaît l’existence des autres en l’assumant, cela ne doit être le plus transparent possible.

Définitions des termes

- Le polyamour est le fait d'avoir des relations amoureuses, affectives et sexuelles avec plus d’une personne à la fois en même temps. Dans polyamour, il y a le mot « amour, » donc on va plus loin que la simple sphère sexuelle.

- Le couple libre ou relation libre est un cadre dans lequel les partenaires ont le droit d’avoir des relations sexuelles, de flirter avec d’autres personnes, mais ne sont en couple qu’avec leur partenaire homme ou femmes attitré.

- La polygamie est connue sous deux formes : la polyandrie quand c'est une femme qui a plusieurs hommes comme maris et la polygynie quand c'est un homme qui a plusieurs femmes comme épouses.

« C’est en 1816, dans Le Nouveau Monde amoureux, que le socialiste utopiste Charles Fourier (1772-1837) jette les bases théoriques de “l’amour multiple” – une diversité amoureuse vécue et assumée, nommée, depuis les années 1990 “polyamour” en Occident : du grec poly, “plusieurs”, et du latin amor. Pour l’exubérant Fourier, les véritables avancées sociales “s’opèrent en raison du progrès des femmes vers la liberté”, d’où sa critique radicale du mariage exclusif, qui, assure-t-il, les réduit à la condition de “ménagères”, encourageant leur “asservissement” : “La fidélité perpétuelle” était selon lui “contraire à la nature humaine” et il était persuadé que le couple monogame restreint “l’essor de l’amour” et aboutit à “réprimer” et à “engorger les passions”. » (source : le blog de Frédéric Joignot, journal Le Monde)

Une nouvelle forme de relation


Cette nouvelle forme de relation pour vivre sa vie amoureuse remet en question le couple traditionnel, la monogamie, la fidélité, sans renier ses sentiments. Or, le polyamour est une remise en cause de ce modèle de relation, des valeurs normatives, des codes de la société. Pourquoi faut-il rentrer dans les cases d’un système monogame et patriarcal ??? Faut-il inéluctablement être en couple afin qu’on soit accepté par nos semblables sous prétexte qu’on ne correspond pas à un modèle sociétal ??? Être polyamoureux c’est oublier le couple et inventer ses propres valeurs d’amours, ses propres règles/codes, désirs….

La féministe révolutionnaire russe Alexandra Kollontaï (1872-1952), qui imposa en 1917 le droit de vote des femmes en URSS (aujourd’hui la Russie), est aussi considérée comme une pionnière du polyamour. En France, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre développeront des idées proches dès les années 1930, en refusant de se marier et passant entre eux un « pacte de polyfidélité ».

Françoise Simpére (elle-même polyamoureuse), est une ancienne journaliste et auteur de plusieurs livres (que je conseille) sur les amours plurielles notamment - Aimer plusieurs hommes (2002) et Guide des amours plurielles (2009). Lors de propos recueillis par Charlotte Herzog (Journal le Monde), elle dit que « c’est une nouvelle forme de relation individuelle, où l’on oublie le couple pour se baser sur les relations humaines. Le polyamour apprend à être autonome, à aimer avec détachement. On aime avec des sentiments, mais sans dépendance. Cela implique d’avoir déjà confiance en soi, pour ne pas se sentir briser si l’autre ne répond pas à ce qu’on souhaite. » Le sujet a été abordé par Isabelle Broué, réalisatrice du film Lutine, le 6 octobre 2018 au cours de la Nuit de l’amour et des idées, organisée dans le cadre du Monde Festival.

Les médias nous formatent pour que nous pensions couple (tout est mis en œuvre pour ça), car un couple consomme et stabilise ainsi la société. Le polyamour permet d’instaurer ses propres libertés/valeurs d’amour, ce qui n’est pas dans l’intérêt d’un état politique car « déloyal » commercialement parlant pour eux (lol). Cela dérange, car on se soustrait de leur contrôle pour une gratuité affective très mal admise par la société. Chacun doit trouver son bonheur là où il se sent le plus enclin à s’épanouir dans sa relation amoureuse en tant qu’être humain. Le polyamour ne convient pas à tout le monde, comme pour la monogamie il y a les versants négatifs et positifs.

Consentement et respect des partenaires

Dans une relation amoureuse avec plusieurs personnes cela nécessite de la communication, de l’honnêteté, de la sincérité, tout d’abord avec soi puis avec ses partenaires, ce sont les bases pour une durabilité sur du long terme et une relation saine épanouissante. Le consentement, le respect de chaque partenaire est primordial afin d’éviter toute incompréhension, les règles doivent être claires et bien définies. Il est plus aisé d’aborder des problématiques qui peuvent se poser, d’exprimer ses émotions/ressentis, ses frustrations lorsqu’un cadre est posé. Sentir la confiance dans une relation rassure, elle permet de libérer la parole sur des non-dits afin de déculpabiliser sur certaines situations. On ne doit pas se sentir inférieur ou moins aimé que l’autre, on aime « tout le monde » sur un même pied d’égalité, mais différemment. Il faut aussi bien prendre en compte et accepter que la personne aura de l’affection, des sentiments, de l’amour, des relations sexuelles avec un autre partenaire que soi, cela demande d’être altruiste. Ça peut être difficile à comprendre, mais néanmoins nécessaire afin d’éviter la jalousie qui peut s’installer rapidement détruisant ainsi la relation d’où l’importance encore une fois du consentement et du dialogue. Le polyamour demande de la maturité, davantage d’investissement de sa personne, d’organisation qu’une relation classique monogame. Émotionnellement parlant, ça peut être très intense tout en améliorant la confiance en soi (l’inverse est possible aussi). On peut y trouver de la sérénité, de l’apaisement, de la stabilité relationnelle. On doit éprouver un sentiment de compersion, c'est-à-dire se réjouir du bonheur qu’on peut ressentir lorsqu’on est témoin du bonheur ou de la joie de quelqu’un d’autre, par opposition de la jalousie.

Au vu des nombreux divorces qui ne cessent d’augmenter, ce modèle de fonctionnement peut être, à mon sens, un bon calque pour les couples monogames en difficulté dans leur relation. Pour ma part, je n’ai jamais eu de relation polyamoureuse, mais bon les aspirations changent !

Il y autant de polyamoureux-ses que de relation polyamoureuse, je n’en fais donc pas une réalité absolue dans mon article. Chacun à sa propre histoire, expérience, ressentie, le vit à sa manière.

Sunnyside14, auteur de l'histoire coquine "Un couple peut en cacher un autre".


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Mode et Travaux

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo