Rencontre avec une infirmière coquine

Inscription sur LeBisou

Découvrez l'histoire coquine de Tombessien, membre de la communauté Lebisou.

Rencontre coquine

Cela fait maintenant quelques semaines qu’une infirmière est en stage dans la structure où j’interviens. Je crois qu’elle n’a que 18 ans c’est sa première année. Ophélie est une jolie femme avec un visage angélique, toute menue, mais qui laisse deviner des courbes ravageuses sous sa blouse.

Je ne bosse pas vraiment avec elle, nous n’avons pas de patients en commun.

Un lundi matin, l’une des infirmières titulaires vient me voir paniquée. Une patiente s’est fait mal, le médecin n’est pas là et personne ne sait si c’est fracturé. Forcément c’est sûr moi que ça tombe. Pas grave. J’en profite pour montrer à l’infirmière comment l’on peut savoir si l’imagerie est nécessaire. Une fois cette mini formation terminée la stagiaire entre.

_ il paraît que tu veux me voir.

_ non mais maintenant que tu es là si tu veux je peux te montrer comment on fait pour savoir s’il y a des risques de fractures.

_ ah ouais ça m’intéresse...

Je lui explique tout ça et lui dit que je viendrais voir plus tard si elle s’en souvient.

Les semaines passent je la croise régulièrement, mais rien d’intéressant a par quelques regards ou sourires. Elle est plutôt timide et moi assez solitaire.

Dernier jour de stage


Nous en arrivons à ce vendredi, dernier jour de son stage. Je la croise dans un couloir désert et là surprise, elle me remercie pour ce que je lui ai appris. (c’est à dire pas grand chose lol).

_ de rien. Ça a été ton stage?

_ oui merci. Je suis contente d’être venue ici.

_ tant mieux alors. Tu reviendras nous dire bonjour?

_ peut-être... je ne sais pas... Mais c’est possible.

Un sourire se dessine sur ses fines lèvres.

_ alors à bientôt dis-je.

Je tourne les talons mais Ophélie m’attrape le bras. Et là tout chavire. Nos yeux se plongent l’un dans l’autre, je ne comprends pas vraiment ce qui se passe. Une envie irrépressible de l’embrasser m’envahit. Mais c’est elle qui agit. Nos lèvres s’effleurent, se touchent. J’aime le goût de ses lèvres. Notre baiser s’intensifie. Je sens ses mains se balader sur moi. Les bras, le dos, puis les fesses. Et moi qui pensais qu’elle était timide... je suis excité. Je la plaque contre le mur. Elle est surprise et laisse échapper un petit cri. Le couloir est toujours désert. Ça a l’air de lui plaire. Mes mains descendent sur ses hanches et glissent sur ses fesses. De toutes petites fesses fermes et musclées. Elle aime ça. Nos langues continuent de s’enlacer mutuellement. Ses mains remontent sur mon torse. Et sans que je m’y attende elle ouvre ma blouse coup sec. Les boutons pressions cèdent comme pour lui dire de continuer. Ophélie me caresse le torse, s’attarde sur mes tétons... je bande et elle le sens. J’en veux plus, bien plus. Je décide qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure. Ma main se faufile dans sa blouse. Elle écarquille les yeux. Elle ne s’attendait pas à ça. Plaquée contre le mur la respiration saccadée Ophélie se laisse faire. Je suis au niveau de son bas ventre. Petit à petit je descend cm par cm. Ses yeux me supplie d’arrêter mais son corps en veut plus. La chaleur de son intimité grandit à chaque cm gagné. Sa culotte est mouillée. Ophélie se mord les lèvres. Elle a honte d’être si excitée. A travers ce petit bout de tissu mes doigts commence à caresser le sommet de ses grandes lèvres. Ses soupirs en disent long. Je continue mon œuvre en appuyant de plus en plus. Ses jambes s’ouvrent petit à petit. Elle m’invite à aller plus loin. Sa culotte est trempée. Je passe ma main dans son sous-vêtement. Pas un signe de pilosité, rien. Une chatte douce et lisse s’offre à mes caresses. Sa chaleur envahit mes doigts. Sa liqueur aussi. Elle mouille abondamment. J’aime ça. Mon sexe est tendu au possible. Je n’ai plus de place dans ma blouse. Je reprends mes caresses. Son clitoris glisse sous mes doigts. Il est si gonflé par le plaisir que je peux jouer avec sans difficultés. Je le frotte, le frôle, le pince. Ophélie gémit avec sa petite voix fragile. Mes doigts sont recouverts de son jus. Je veux qu’elle les lèche. Je lui glisse dans la bouche. Elle n’en revient pas.

_ lèches! Goûtes à ta chatte.

Après l’hésitation, elle dévore mes doigts. Elle se délecte de son jus, joue avec sa langue sur mes doigts. J’imagine ce qu’elle ferait si c’était ma queue.

Une fois nettoyés j’enfile à nouveau ma main dans sa culotte.

_ je vais te faire jouir

_ vas-y continue ne t’arrêtes surtout pas...

L’un contre l’autre son parfum m’enivre. Je la masturbes avec frénésie. Je veux qu’elle vienne. Ses jambes sont arquées pour me laisser plus de place. Sa chatte s’ouvre de plus en plus. Je peux enfin rentrer en elle. Je commence par glisser un doigt puis deux. Sa respiration s’accélère. Son bassin ondule sous ma main. Je la doigte intensément. Elle se crispe, gémit, sert mon poignet.

_ ahhh je viens...

Je me retire et fini de la masturber. Ça y est elle convulse. Ses cris étouffés vont être entendus. Sa chatte libère toute la mouille qu’elle peut. Je suis trempé.

En me retirant je goûte sa liqueur. Quelle est bonne. En dégustant sa chatte ça doit être encore mieux.

Ophélie est rouge et honteuse. Il faut dire qu’il y a une petite trace qui coule sur sa blouse entre ses jambes.

_ vas vite te changer...

_ oui... la prochaine fois c’est moi qui te fait craquer.

_ quand tu veux....

Nous nous sommes quittés là dessus en attendant la suite.

FIN

Tombessien

 

Lire la suite


Les commentaires

Tombessien à 22:25, le 10 décembre 2019


Merci djibi

Cyra à 21:01, le 12 décembre 2019


Un joli petit moment agréablement raconté. Merci à vous

Sim camille à 21:57, le 13 décembre 2019


Bravo. Tres belle histoire. On imagine très bien la scène. Ca donne envie !

MrAndromaque à 11:31, le 19 décembre 2019


Whaou j'ai adoré je file lire la suite.... Merci c'est bien écrit et tellement excitant une rencontre pareil.


Découvrez notre défi photo : Photo risquée

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo