Comment utiliser le chapelet anal ?

Inscription sur LeBisou

Minouchette, membre de la communauté Lebisou, nous parle de ses diverses expériences sexuelles.

Un porno bien hard

"Mon itinéraire a souvent été chaotique. Alternant des expériences plus ou moins heureuses, j'ai finalement mis du temps à m'épanouir sexuellement et sensuellement alors que j'avais mis les bouchées doubles !

Qui plus est, parfois, des imprévus viennent perturber un plan bien huilé... Comme l'anecdote qui va suivre !

Au terme d'une journée bien remplie par de nombreux textos sexuellement explicites, mon homme et moi sommes impatients de rejoindre notre lit. Comme souvent, en préambule, nous choisissons un porno bien hard pour stimuler notre imagination. Je sélectionne une petite série où une femme mature joue avec des godes tous plus hallucinants les uns que les autres. Après avoir fortement dilaté ses orifices (que dis-je, ses gouffres !), elle s'empare d'un jouet fantastique en forme de tête d'éléphant doté d'une trompe énorme ! A grand renfort de lubrifiant, la dame défonce littéralement sa chatte gloutonne, puis s'empale par le fion sur le long nez de ce Babar fouineur ! Mon chéri me malaxant allègrement les seins, je suis de plus en plus réceptive à ces images outrancières... je me prends à rêver de pachyderme salace !

N'y tenant plus, j'écarte ostensiblement les cuisses. Mon homme comprend le signal et entreprend de me branler sans ménagement. D'ordinaire, j'apprécie un peu plus de progressivité, mais ce soir je suis déjà chauffée à blanc. Alternant les caresses circulaires sur mes lèvres et mon petit clito avec un doigtage en règle, le tout ponctué de petites tapes (terrible ça !) et arrosé de salive, monsieur fait vivre à ma chatte un délicieux supplice ! Je veux être écartelée, prise, pilonnée... ahhh je veux du gros, du lourd, du long, du fort ! Mais ce salopard me fait languir. Je proteste, agite mon bassin frénétiquement. Je supplie qu'on me finisse, je m'ouvre en grand...

Petite chienne

"Alors, on en veut plus, vilaine petite chienne ?". J'acquiesce dans un souffle. Moi qui ne supportait pas ces vulgarités il y a encore quelques mois, je revendique à présent ce statut infâmant. Oui, la petite chienne est en chaleur et elle réclame sa saillie ! Le majeur et l'index en crochet, mon homme abrège mon calvaire en dévastant l'entrée de mon con. Mes grosses lèvres son gonflées et écarlates. Je me caresse, ou plutôt je me frotte comme une forcenée. Je dégouline, ma tête bourdonne, je pars à la renverse... "Putain c'est bon !"... je suis secouée de spasmes. Mes jambes se tordent en tous sens, je me cabre, j'arrache de ma chatte cette main qui vient de me faire crever de plaisir mais qui devient insupportable maintenant que j'ai joui.

Au tour de Monsieur

Je reste quelques instants pantelante, cherchant ma respiration, peinant à reprendre mes esprits. Mais c'est sans compter l'impatience de Monsieur qui veut sa part. Il m'empoigne le bras. "Allez petite branleuse, travaille un peu". Le ton est impérieux. Je m'exécute d'autant plus docilement que je dois admettre que j'adore branler. Même dans mes périodes de pire pudibonderie (cf. le récit initial de mon parcours), j'ai toujours aimé branler des queues, car le pouvoir de mes petites mains sur un homme aux abois me fascine à chaque fois !

Inscription sur LeBisou

Mais branler ne me suffit pas. Et puis mes bras commencent à fatiguer. Alors je serre mes doigts comme un garrot autour de cette bite palpitante et porte mes lèvres sur le gland violacé par la pression sanguine. Non ce chibre ne va pas me défier longtemps ! Je le gobe tout d'une traite ! Monsieur râle de surprise, de plaisir et de douleur mélangés. Il me gifle pour punir mon audace... "Tes dents, petite pute !"... dans mon emportement, mes molaires ont rayé les délicates muqueuses. Je m'en réjouis intérieurement ! J'aime être soumise, mais je ne peux réprimer ces petites pulsions de rébellion. Malgré tout, bonne fille, je m'attelle consciencieusement à ma tâche.

Revigorée par les petites claques qui flattent ma croupe, je suce mon homme avec entrain, comme il aime, en alternant gorges profondes et pompages. Il est prêt à tout lâcher. Mais je maîtrise sa jouissance de quelques coups de langue sur son méat. Fou d'envie, il saisit ma tête à deux mains et me baise la bouche. Il me force le palais, cogne contre mes amygdales, s'engouffre dans mon œsophage... je produis un bruit de tuyauterie, j’étouffe presque, mais je reste totalement passive. Je prends tout, je suis une poupée gonflable, je me laisse violer jusqu'à vomir ! Il se retire juste à temps. Je réprime un renvoi, je pleure, salive, suffoque... mais j'ai salement aimé d'être ainsi malmenée ! Je lis dans le regard de mon homme une furtive lueur de reconnaissance et de fierté. Mais je ne veux pas d'attendrissement maintenant. Je ne suis pas encore rassasiée !

J'en veux + !

Il le comprend et m'empoigne pour me tourner. Agenouillée et aplatie au maximum, comme une tigresse en rut, je présente mon cul et me cambre, offerte et soumise à toutes ses pulsions lubriques. J'ignore tout de ses intentions... souffrance ou volupté ? Je ne sais pas ce qu'il va m'arriver dans la seconde. Je ne sais pas non plus ce que je voudrais, tant l'excitation peut transformer la douleur en plaisir et inversement. Quand il opte pour des caresses et des léchouilles sur ma petite rondelle afin de l'apprivoiser, je suis presque déçue de ne plus être violentée !

Sa langue traite mon petit trou comme si c'était ma bouche et j'ai droit à une véritable galoche de voyou ! Tournoyant, pointant, elle s'immisce dans mon anus qui lui répond mécaniquement, tout d'abord en se contractant face à l'intrusion, réflexe animal, puis en cédant le passage à ce visiteur désiré, réaction apprise au travers d'un long et difficile dressage. Sentant mes sphincters se relâcher pendant la fouille, j'exulte de cette joie perverse, de ce dévoiement: je suis bel et bien une fieffée salope !

Mon petit derche étant domestiqué, je suis prête. Je n’ai pas longtemps à attendre. Une pression sur ma corolle m’indique qu’un plug ou un autre toy anal est sur le point d’être introduit dans mon boyau, ce que j'affectionne particulièrement. Comme je suis très réceptive, il ne lui faut pas longtemps pour faire céder ma petite fleur. A l’enchaînement des insertions, je reconnais le chapelet anal ! Pour ceux qui ne connaissent pas ce merveilleux accessoire, ce sont des boules de silicone alignées de la plus petite à la plus grosse sur une tige souple. L'effet de ce petit jeu est vraiment terrifiant, surtout quand on le retire d'un seul coup ! Je reçois les boules les unes après les autres, chacune forçant un peu plus ma rondelle que la précédente. Une fois l'instrument en place, nous reprenons le cours de nos jeux. Il me lèche, me caresse mon petit minou me doigte encore et toujours… Je coule, j’ondule mon bassin, je gémis, je suis sa femelle… et je parviens peu à peu à un état de jouissance quasi extatique !

Je veux être baisée, baisée et encore baisée.

Lorsque je ne suis plus qu’un sexe béant, mon mâle se redresse, me saisit par les hanches et me pénètre d’un puissant coup de rein. La cohabitation de cette verge et du chapelet dans mes entrailles me prive de toute lucidité. Je veux être baisée, baisée et encore baisée. Et je suis servie car je suis pilonnée sauvagement et dans toutes les positions. Monsieur aussi perd son self contrôle. Nous copulons, trempés de sueur, gluants de toutes nos sécrétions. Tout en me besognant, il saisit mes chevilles, je suis clouée au matelas, j’encaisse des coups de boutoir, je suis livrée, prise, pillée. Pour terminer son œuvre, mon tâcheron me retourne à nouveau et me repose en levrette. Je suis offerte au coup de grâce quand il s’arrête soudain, l’air interloqué : « Où est ton chapelet ? Tu l’as retiré vilaine ? »…

Rejetant cette accusation, je proteste et cherche l’objet à tâtons. En effet, l'anneau qui permet son extraction n’est plus en place. Je n’ai pas souvenir de l’extraction d’ordinaire si riche en sensations. Nous entamons des recherches dans tout le lit, soulevant draps, oreillers, coussins… mais il faut nous rendre à l'évidence : il a disparu ! Et le seul endroit où il puisse se trouver est mon petit trou ! Je me rappelle alors les nombreuses anecdotes de corps de garde, sur les interventions pratiquées en urgence pour récupérer toutes sortes d’objets « égarés » dans les conduits intestinaux de gens bien comme il faut. Je commence à paniquer un peu, imaginant le moment de honte qui s’annonce.

Heureusement, rompu à l’exploration de mon troufignon, mon compagnon enduit sa main de lubrifiant et entre sans vergogne dans mon rectum. Triomphant, il en extrait les huit petites boules qui étaient tapies bien au chaud ! Celles-ci enfin extraites, nous piquons un fou rire terrible. Je suis vraiment une incorrigible coquine ! Alors, le passage étant ouvert, j’offre à mon libérateur le privilège d’envahir mon cul et d’y décharger...

A suivre !"

Inscription sur LeBisou

Un grand merci à Minouchette pour ce superbe témoignage coquin.

LeBisou est un site entièrement gratuit. Les membres de la communauté peuvent discuter entre eux librement, s'envoyer des photos et jouer aux différents scénarios sans contrepartie et sans limite. Vous pouvez vous inscrire sur lebisou en cliquant ici.


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Roman photo

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo