Dernière soirée avant son départ

Inscription sur LeBisou

Hey les bisounautes ! C'est Duodoubs ! Je viens de retrouver un vieil écrit... Je vous le partage ?


En prime, une (vieille) photo de l'époque ;) (comment ça, ENCORE du Rose ? :P)

Chaude nuit de juillet

Par une chaude nuit de juillet, me languissant de mon amoureux et ne trouvant pas le sommeil, je me surprends à me remémorer la dernière soirée avant son départ...

Je garde encore l’image du regard de Valentin sur moi… Il faut dire que j'avais tout fait pour le rendre fou de désir. Je voulais qu’il se souvienne de nos derniers ébats avant cette nouvelle période de séparation.

Au retour d'une soirée entre amis, je lui avais fait découvrir mes nouveaux sous-vêtements.

Je portais ce corsage qu’il aimait tant, et une petite jupe courte, serrée, fendue haut sur la jambe gauche, achetée un mois plus tôt, pensant qu’elle lui plairait… Sur le trajet du retour, tandis qu’il conduisait, je posai mes pieds sur le tableau de bord, offrant une vue imprenable sur mes jambes. J'entrepris ensuite de caresser, d’abord tendrement, la cuisse droite de mon chauffeur. Puis, plus sensuellement, je remontai jusqu’au bas-ventre…
Prenant dans ma main celle de Valentin, je la posai innocemment entre mes cuisses bronzées. Il détourna alors la tête de la route, sourit et releva ma jupe, laissant entrevoir un boxer en dentelle rouge inconnu de lui. J'avais piqué sa curiosité. Il avait, je le savais, envie de contempler pleinement ce nouvel ensemble, car il ne doutât pas que cela en soit un. Reposant ma main sur l’entrejambe de mon amoureux, je m'aperçus avec satisfaction que la vue et les caresses n’avaient pas fait qu’éveiller sa curiosité…
Lentement, j'avais ouvert son pantalon et passé la main à l’intérieur. Il me fut lors rapidement impossible de refermer ce que j'avais ouvert. Je le masturbais avec passion et désir, comme toujours, alternant ingénieusement mouvements amples et lents et mouvements rapides, tout en me questionnant... allait-il tenir ainsi les cinq kilomètres qui nous séparaient de notre appartement, ou allait-il s’arrêter dans les bois longeant la route de campagne comme nous l’avions déjà fait auparavant ?
Doucement, je reposai mes pieds au sol et penchai la tête en direction de ce qui m’attirait… Un léger écart de volant lorsque je le pris en bouche me signifia surprise et plaisir. Il me caressa alors sous ma jupe, sentit mon désir monter à mesure qu’il écartait la dentelle… Craignant un accident par manque de concentration du conducteur, je cessai mon petit jeu en espérant arriver le plus vite possible chez nous.

Chambre plongée dans l'obscurité

Etendue nue sur mon lit, le drap à mes pieds et la fenêtre ouverte dans l’espoir de rafraîchir un peu l’atmosphère de ma chambre plongée dans l’obscurité, je commence inconsciemment à me caresser en repensant à ce trajet...

En arrivant dans notre appartement, je le fis asseoir sur le canapé. Assise en amazone sur lui, j'avais déboutonné sa chemise, ponctuant son torse, dont j'appréciais tant la musculature, de baisers humides. Impatient, Valentin dénoua alors mon corsage, apercevant un top sexy mettant en valeur ma poitrine.
Son pantalon encore mal boutonné le mettant un peu à l’étroit, il se leva, me portant à bout de bras, et me laissant le soin de le libérer avec mes pieds agiles de sa prison de tissu. Voir mon homme ainsi excité avait toujours fait son effet sur moi. Je sentais mon shorty à présent bien humide entre mes cuisses. Couchant Valentin de tout son long sur le canapé, j'ôtai mon chemisier et m'allongeai sur lui. Sentir sa peau contre la mienne m’enveloppa d’une chaleur diffuse.
Faisant descendre mon boxer le long de mes jambes tout en embrassant langoureusement mon petit-ami, je me glissai ensuite doucement en direction de son bas-ventre, faisant courir lèvres et langue sur le magnifique corps d’un Valentin fou de désir. Je me laissai alors aller à un de mes jeux favoris : ôtant le peu de (sous)vêtement qu’il avait encore sur lui, je frottai voluptueusement mes seins gonflés par le désir contre son sexe durci. J'aimais l’observer pendant ce temps, m’amuser de son expression montrant qu’il commençait à lâcher prise…
Alors que je m’apprêtais à le prendre de nouveau dans ma bouche, il me souleva et m'allongea sur le dos, plongeant sous ma jupe retournée dans l’action, afin de plaquer sa bouche contre mon sexe chaud et mouillé. Me laissant à mon tour aller complètement au plaisir, je sentais sa langue habile jouer avec moi comme j'avais joué avec lui quelques instants plus tôt.

Ma main remplaçant à présent sa langue, je songe avec amusement aux progrès qu’il a fait en la matière depuis nos premières nuits. Il avait pourtant plus d’expérience que moi. Et aujourd'hui, nous nous connaissons si bien...

J'étais trempée, tremblante, j'avais envie de lui… De ses mains, sa bouche, son sexe… Je voulais le sentir en moi… Il jouait autant que je jouais, et c’était si bon…
Je me redressai, et après l’avoir fait s’asseoir m’était plantée là, debout devant lui, le défiant du regard, excitée et excitante dans mon top en dentelle et ma minijupe dont la fente était à présent entre mes cuisses, laissant entrevoir ma vulve toute douce… Valentin, fixé sur le spectacle que lui offrait sa belle ainsi positionnée, tendit lentement les bras, me pris par les hanches et m’amena à lui, me caressant les cuisses, le ventre, la poitrine…
N’y tenant plus, je m'agenouillai sur lui, m’empalant au plus profond de moi-même sur sa verge tendue par un désir brûlant. Me cambrant, les mains en arrière sur les genoux de Valentin, je commençai alors d’amples mouvements de va-et-vient, sentant millimètre par millimètre le contact de nos sexes mouillés. Tandis que Valentin ôtait mon top, m’embrassait, me caressait, léchait mes seins, je poussais sur mes jambes, ne prenant en moi que son gland, jouant avec et s’enfonçant tout-à-coup aussi fort que je puisse, arrachant un gémissement de plaisir à tous deux. Je le pris par les épaules et m'étendis sur le dos, accrochée à ses jolies fesses, le gardant ainsi prisonnier en moi. Par de rapides mouvements bien dosés, il savait comment me faire monter en puissance. Il s’y attela donc passionnément, augmentant en même temps son propre plaisir, jusqu’à ce que je ne me contrôle plus. Alors que j'étais au bord de la jouissance, Valentin jouait encore avec moi. Je savais ce plaisir particulier de l’amour après l’orgasme, cette agréable modification des sensations. Sans pour autant vouloir mettre fin à nos ébats, je me laissai donc aller à des contractions orgasmiques.

duodoubs sous vêtements rose


Sans répit, il prit mes jambes pour les relever jusqu’à ses épaules, augmentant le contact intime et par là-même l'intensité des sensations. Prisonnière à mon tour, je le laissai faire, plantant mon regard dans le sien, tandis que je sentais monter à nouveau le plaisir. Il me retourna alors sur les genoux en me prenant par la taille, et se plaça derrière moi dans cette position qui lui faisait toujours perdre le contrôle. Après l'avoir laissé faire un moment, je pris les commandes, donnant de forts à-coups. J'aime tant l’entendre gémir et soupirer de plaisir, le sentir s’agripper à ma taille comme pour me retenir, sentir ses mains sur mes seins lorsque je me redresse et colle mon dos à son torse...
Alternant acrobaties et positions plus traditionnelles, nos ébats semblaient ne pas pouvoir prendre fin. Alors qu’il était à nouveau sur moi, je sentis une deuxième fois cette décharge de chaleur et de plaisir dans tout mon corps. Muscles tendus, souffle haletant, je réunis mes derniers efforts pour faire venir Valentin avec moi.
Nous nous étions alors reposés, l’un contre l’autre tendrement enlacés, avant de s’offrir une douche sensuelle amplement méritée.


Apaisée par la jouissance que je me suis offerte à mesure que les images défilaient dans ma tête, je fixe à présent le rideau ondulant doucement au faible vent nocturne.
Quelques minutes plus tard, je dors enfin.

Lire d'autres histoires coquines


Les commentaires

mindou à 08:02, le 30 octobre 2019


tres tres sensuelle j'adores ton hisoire

Olivie à 21:56, le 31 octobre 2019


Très sympa!

MrAndromaque à 19:13, le 4 novembre 2019


Superbe et vous retrouver toi et Valentin quel doux plaisir... J'aime à te lire belle amie, à quand un nouveau récit réel de vos ebats sensuels et par moment tout aussi bestial.

MrAndromaque à 19:13, le 4 novembre 2019


Superbe et vous retrouver toi et Valentin quel doux plaisir... J'aime à te lire belle amie, à quand un nouveau récit réel de vos ebats sensuels et par moment tout aussi bestial.

CORVETTE@C1 à 19:41, le 15 novembre 2019


Très agréable


Découvrez notre défi photo : Photo risquée

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo