Un beau réveil - Part.1

Découvrez en exclusivité un extrait de la nouvelle Un beau réveil écrite par Mysterious.

 1ère partie

– Allez ! Debout, mon chéri ! Je sais qu’on est dimanche, et qu’en général, le dimanche, on fait la grasse mat’.

Je me retourne, toujours ensommeillé.
– Tu sais que j’aime la faire, et je sais que tu aimes la faire aussi, vu notre métier à tous les deux. Mais, aujourd’hui, c’est différent. Mes parents nous attendent pour le déjeuner. Ils t’aiment bien, tu sais, et ils sont heureux pour moi parce que tu m’aimes et parce que tu me rends heureuse.
Elle a raison, Constance… Ses parents m’aiment bien, il faut le reconnaître.
– Mais là… ils seraient capables de péter un câble si l’on ne vient pas. Et tu peux me croire… ils ne verraient pas ça d’un bon oeil. Ils nous feraient la moue pendant un bon petit moment.
Il faut que je me décide et que j’agisse au plus vite: me lever… prendre une douche… m’habiller… Mais, Constance, infatigable, insiste :
– Et crois-moi… pour redorer ton blason, il faudrait que tu te lèves de bonne heure et que tu te comportes comme un petit ange ou bien comme le gendre idéal. Allez! Debout, Lucas! Tu ne veux pas ?

#epub

Je la regarde, avec défi, et je la provoque en lui tirant la langue. Elle me répond du tac au tac, en me faisant la moue et en me tirant la langue, à son tour. Ah… la belle petite langue de ma Constance… Je ne peux pas y résister. Je ne peux pas lui résister, à elle, de quelque manière que ce soit. Elle a le don de me faire fondre. Elle seule.
– Alors comme ça… tu as décidé de me provoquer ? Tu ne veux pas te lever, mon coeur ? Très bien ! Tu l’auras voulu. De toute façon, j’ai de quoi rendre ton réveil meilleur… plus agréable… plus délicieux. Tu n’es pas près d’oublier ce réveil de sitôt. Ne bouge surtout pas, mon amour !
Les mots de Constance m’excitent… Au plus haut point. Je monte alors au créneau :
– Hmmmm… Rien qu’à t’entendre, Constance, ça égaye encore plus la perspective de se lever, et de rendre visite à tes parents. Que peux-tu donc bien mijoter, chérie ? Allez! Déballe ton sac !
– Je ne vais pas te le dire, parce que sinon, ce n’est plus une surprise, mais… je suis sûre que tu vas aimer!

Sur ces mots, Constance dépose un doux baiser sur mes lèvres, doux comme une plume, et se lève. Elle porte une jolie nuisette courte de couleur noire, en dentelle. En plus d’être canon dedans, la nuisette met ainsi particulièrement en valeur sa petite poitrine. Ses deux jolis petits seins tout mignons… Je… les… adore ! Quand mes yeux la déshabillent et se dirigent vers son sud, je vois qu’elle porte un shorty en dentelle, au combien sexy, bleu poudre. Constance est belle, et je l’aime.
– Tu n’en perds pas une miette de moi, mon amour ?
Constance ne fait que dire tout haut ce que je pense tout bas.
– Tu te régales, hein ! Tu as vu ce que ce que je porte ?


Ah ça… Tu m’étonnes que je me régale en te voyant porter toute cette lingerie qui te va bien, ma belle. On dirait bien que tu y as pris goût depuis qu’on est ensemble.
– Ça te plaît ? Ça t’excite, hein ! Avoue !
Je plaide coupable, madame la juge ! Bien sûr que tu me plais, ma Constance à moi. Il n’y a que toi qui m’excites, ma belle.
– Je me suis faite toute belle et sexy pour toi. Rien que pour toi.
Si tu me réveilles comme ça chaque matin, en portant de la lingerie sexy, je me lèverai du bon pied et je penserai à elle et à toi, à longueur de journée.


Je n’ai pas une actrice porno en face de moi. C’est ma Constance. Ma Constance à moi, en chair et en os, et elle est debout. Elle me fait face. Elle a pris une pose lascive. Elle a les yeux braqués sur moi. Constance est belle, et je l’aime.
– Hmmm… Constance… Tu y as pris goût à la lingerie, dis-moi !
Elle laisse parcourir ses mains le long de son corps.
– Je me rappelle du bon vieux temps, quand on était en licence pro… Tu étais toujours avec Lucie, Fabien, François, Capucine etc. Tu me plaisais, mais j’osais pas venir te parler. Ils étaient toujours avec toi. Tu sais à quel point j’ai pris sur moi pour te parler… Ça n’a pas été facile, mais j’ai voulu apprendre à te connaître. Et puis, un beau jour, je t’ai ouvert mon coeur, et mon coeur, il est aujourd’hui à toi.

#epub


Elle a les yeux pétillants, et je me demande s’ils ne sont pas humides, par hasard… Quand une émotion prend possession d’elle, Constance laisse ses émotions ressortir. Moi, du temps où on était étudiant, je pensais qu’elle était froide et qu’elle ne laissait pas ressortir ses émotions, mais ça, ce n’était qu’au tout début. J’ai appris à la connaître, et elle n’est pas du tout comme ça. Constance est un trésor, une femme intelligente. Certes, elle ne parle pas pour rien dire, mais quand elle vous apprécie, elle se livre volontiers à vous. Elle s’est livrée corps et âme à moi.
– Je dois t’avouer que… je ne connaissais pas cette facette de toi, Constance. Mais voilà, ça me plaît. Tu me plais. N’aies pas peur de te faire sexy pour moi, le matin. Tu ne fais rien de mal, tu sais !
Constance se mord la lèvre pour toute réponse.
– Tu le fais d’exprès de me torturer, avec toute ta lingerie, et que tu me fais face ? Avoue !
Constance se rapproche du lit. Elle se met à quatre pattes, et rampe vers moi, d’une démarche féline.
Puis, elle me dit, en se plaçant à califourchon sur moi :
– Peut-être…
Elle m’embrasse. Encore. Encore, et encore, et encore. Puis, elle éloigne sa bouche de la mienne, et pose ses mains sur mon torse nu. Elle flatte ma poitrine puis mes abdominaux, et enfin mon bas-ventre. Elle a soudain un sourire diabolique que je ne lui connaissais pas. J’ignore ce qu’elle a en tête…

Lire la suite

#epub

Envie de lire d'autres histoires érotiques ? RDV dans la catégorie Nouvelles érotiques.


Les commentaires

L@ur à 22:51, le 27 mars 2019


Hâte de connaître la suite

MrAndromaque à 23:27, le 27 mars 2019


Comme L@ur j'attends la suite

Mysterious à 15:52, le 28 mars 2019


Merci pour vos deux commentaires !


Découvrez notre défi photo : Tea Time

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo