Nos retrouvailles

Inscription sur LeBisou

Le prochain patient est Eduardo, un amour de jeunesse. Leurs retrouvailles vont être très coquines. Témoignage érotique d'une femme médecin.

Visite médicale

« Voilà, nous avons fini. Vous avez des questions ? Vous aurez votre prochaine visite médicale du travail dans 2 ans. Dans l’intervalle, nous restons bien sûr à votre disposition si nécessaire ». Je la raccompagne près de la sortie du cabinet et j’appelle le dossier suivant. « Monsieur Eduardo D. ». En lisant son nom sur ma fiche, je manque de prendre un malaise. Je n’arrive plus à respirer normalement. Le candidat suivant n’est pas un salarié comme les autres. Il s’avance et me serre la main. À ce moment-là, je ne suis plus sûre de rien.

Inscription sur LeBisou

Mes jambes flageolent, ma main tremble et ma voix devient moins audible. Je récupère le dossier sur la pile et j’invite cet homme à me suivre dans mon cabinet médical. Je lui fais signe de s’asseoir en face de moi. Je ne peux le croire, je lis et relis son nom, son prénom, sa date et lieu de naissance. Pas de doute, c’est lui ! 30 ans que nous ne nous sommes pas vus ! Les émotions ressurgissent immédiatement comme si elles avaient été contenues, enfermées et cadenassées pendant toutes ces années. Mon estomac se ferme, ma respiration devient pénible, mon coeur se serre, ma bouche s'entrouvre et mes yeux s’écarquillent.

J’avais 14 ans lorsque j’ai rencontré Eduardo pour la 1ère fois. Il avait 16 ans. Ses grands yeux noisette m’avaient séduite immédiatement. Il était musicien pendant son temps libre. J’étais une collégienne lambda, sans savoir-faire particulier mais avec un savoir-être à améliorer. Nous nous étions rencontrés facilement, comme le permet l’adolescence. On s’était embrassés une 1ère fois en cachette. Puis, nous nous étions revus quelques fois jusqu’au jour où j’avais décidé d’en faire mon 1ère partenaire sexuel.

Inscription sur LeBisou

studio d'enregistrement pour la musique

Je me souviens d’un rendez-vous dans sa salle de répétition de musique, une pièce confinée mais agréable. Nous nous alitâmes à même le sol. Il me fit l’amour comme un initié sans douter une seconde que, pour moi, c’était la 1ère fois.

Caresses et pénétration

Ses caresses étaient précises et tendres. Sa pénétration était forte, puissante, presque douloureuse. Eduardo semblait prendre plaisir alors que dans ma tête mes émotions s’entrechoquaient avec mes interrogations. J’avais saigné et ma vulve me faisait mal. Je comprenais alors que je venais de perdre ma virginité. Heureuse, le sexe endolori, je réalisais à peine qu’Eduardo venait de faire de moi une femme. Nous nous sommes revus deux ou trois fois mais mon manque de confiance en moi associé à mon sentiment d’infériorité m’ont poussée à le quitter. Eduardo semblait tellement expérimenté, comment pouvait-il réagir s’il apprenait que j’étais une débutante. Alors je l’ai fui. Je l‘ai aussi beaucoup aimé à son insu. Nous avons alors poursuivi chacun notre chemin de vie, jusqu’à ce jour où je le retrouve assis en face de moi pour sa visite médicale du travail.

Sans ce dossier, je ne l’aurais sans doute pas reconnu. Son corps avait changé et le mien aussi. Je lui remémore notre 1ère rencontre en quelques mots et sans m’éterniser sur les détails, je réalise qu’il me reconnaît aussi. Mon regard plonge dans le sien suspendu pendant un temps qui me semble infini. Sa bouche appelle la mienne, ses yeux bousculent les miens, mon nez s’enivre de son odeur. Toutes mes cellules baignent dans un bonheur plasmatique. J’essaie de lui prendre sa tension artérielle mais notre désir devient très fort, presque palpable.

Inscription sur LeBisou

Je m’approche de son visage et saisi sa bouche avec force et détermination. Eduardo me caresse fougueusement, relève ma robe. C’est là, sur ce coin de bureau qu’il me prend avec une brutalité saine. Il embrasse mes seins, lèche mes tétons. Je pétris son dos entre mes mains, je prends son sexe dans ma bouche, décidée à le posséder le plus longtemps possible. Les mots deviennent inutiles. Les émotions pilotent nos retrouvailles. Nous gloussons, nous mélangeons notre salive. C’est bon. On jouit l’un dans l’autre, emboités comme 2 lego. Puis on s’embrasse langoureusement pour se dire au revoir. On se reverra, c’est sûr. Mais nous ne pourrons plus projeter de faire un bout de chemin ensemble. Chacun reprendra la vie qui lui est destinée, chacun retrouvera la famille qu’il a fondée.

Témoignage érotique d'une femme médecin paru dans l'Agenda Stéphanois n°501

Jouer au jeu de rôle spécial infimière


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Photo risquée

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo