Comment nous sommes devenus libertins

Témoignage d'achup, membre coquine Lebisou.

Comment nous sommes devenus un couple libertin

Un mardi d’avril ordinaire.
Je suis en pleine surexploitation de mon emploi du temps : déjeuner sur le pouce, iPhone en main, je cherche une occupation parmi la multitude que m’offre ma vie 2.0.
Je décide de répondre aux questions quotidiennes de notre nouveau jeu de couple, une application gentillette qu’on utilise à deux depuis maintenant quelques mois, un petit jeu de questions qui compare les réponses de chacun et attribue des points si on tombe juste, les z’amours, en moins beauf. Les thèmes sont variés (responsabilités, émotions, personnalité et bien sur sexualité), 5 questions par jour, on gagne des points si on devine juste la réponse de notre moitié.
Ma moitié, mon homme, mon amoureux transi.
Quand je repense à tous les hasards qui nous ont amené l’un vers l’autre, je ne peux m’empêcher de penser que parfois, c’est juste une histoire de chance. La femme qui m’a un jour sauvé la vie me dirai que la chance, ça se travaille, pourquoi pas…
Un samedi d’août, je croisais un beau blond dans un mariage et fut cueillie par un coup de foudre auquel, moi-même, je ne croyais pas. 17 ans et quelques enfants plus tard, je suis toujours aussi raide dingue de lui, une aubaine qui se fait rare de nos jours, si j’en crois le nombre de couples qui implosent autour de nous.
Ce petit jeu ne nous apprend finalement pas fondamentalement à connaître l’autre, mais nous replonge dans certains souvenirs, pose des questions sexy qui font naître un sourire coquin... Nous nous sommes pris au jeu presque quotidiennement tous les deux.


Me voici donc assise devant ma salade et mes questions du jour, et la rouge (sur le thème du sexe) me demande notre avis sur l’échangisme. Je souris et réponds sans arrière pensée que non merci, pas intéressée, suppute qu’il a répondu la même chose, puis compare sa réponse…
Je crois, sincèrement, que pendant deux secondes la totalité de mon sang a quitté mon corps : il aimerait bien essayer…


Je revois encore défiler dans ma tête le lot de banalités stupides et bien stéréotypées qui me sont toutes venues à l’esprit ce jour là : luxure, infidélité, en passant par le « pourquoi nous bordel ??? ».
Une fois découverte, cette jolie bombe m’a suivie toute la journée, me narguant pour savoir ce que j’allais faire d’elle : désamorcer ou laisser exploser ? Gare aux dégâts collatéraux.
On a une équipe de déminage spécialisée ? Oui, oui, on a, ça s‘appelle la communication. Basique hein, mais efficace.
Le soir venu donc, entre le dessert et la série du soir (vive la VOD), je raconte à mon amoureux ma rencontre avec la bombe. Et il s’y connait en déminage le bougre…
Il a commencé par une technique de repli,  s’excusant presque d’avoir osé exprimer un fantasme (quand j’y repense, j’ai affreusement honte de moi) pour finir par une brillante démonstration de respect et d’empathie pour mes craintes et autres a priori. Brillant vous dis-je.


Maintenant que tout danger est écarté, je peux réfléchir à tête presque reposée.


Il se trouve qu’en toute chose, je déteste par dessus tout poser une opinion tranchée sans avoir connaissance du sujet, si minime soit-elle. Et en matière de libertinage, avouons clairement mon ignorance crasse. Me voilà donc à la recherche de livres, articles et autres témoignages, pour découvrir une seconde bombe ! Maintenant que je suis rodée en déminage, ma foi, allons !
Je découvre une philosophie, beaucoup de vocabulaire (parfois drôle), un monde qui à l’air plutôt peuplé vu de ma fenêtre et surtout, des fantasmes
Je ne suis pourtant pas a priori particulièrement prude en matière de sexualité, mes copines m’ont fait une réputation de « chaudasse » ça me fait sourire et ça me surprend, pour moi la sexualité à toujours été un truc naturel, fort agréable et indispensable. A deux, certes, mais il faut bien commencer quelque part. En dehors des terribles chutes de libido après la naissance de chacun de mes enfants, des quelques dégâts d’une contraception hormonale, et de mon manque chronique de confiance en mon sex appeal, nous avons une sexualité harmonieuse et sans entrave, une jolie collection de sex toys de pratiques et de positions. Pas d’ennui ni de tabous sous la couette donc.


Il n’empêche, on parle assez peu de nos fantasmes respectifs... Mais pourquoi diable ? Aujourd’hui encore je suis encore incapable de vous répondre. Pour moi le fantasme est aussi naturel et sain que le sexe, j’imaginais que si l’envie d’en réaliser un nous prenait, il nous suffirait d’en parler et zou !
Alors parlons en ! Cette bombe là, elle a explosé, une belle explosion de plaisir et de libido, un magnifique champignon atomique dans notre lit, un véritable tsunami.
J’ai commencé gentiment par les filles, je me souviens encore de la tête de mon homme, je te demande pardon ? Ce petit sourire en coin qui lui monte aux lèvres... ça me fait craquer. Ok, il a l’air d’aimer, je peux continuer. Je m’assois à califourchon sur lui histoire de bien vérifier que je suis sur la bonne voie et lui souffle un joli scénario saphique à l’oreille. Il entre dans mon jeu (à pardon, pas queue, que !) avec délectation et nous n’avons pas le temps de finir cette douce conversation. Je ne sais pas parler et gémir en même temps...!
Il nous a fallu un peu de temps pour explorer tout cet univers de fantasme, les nuits sont trop courtes à cette période de l’année.
Mais c’est ça, précisément, qui m’a libérée.


Voir l’étincelle d’excitation dans ses yeux à l’idée de me voir avec une femme, un autre homme, sentir son bonheur à l’idée de me voir jouir dans d’autres bras c’est une sensation à laquelle je ne m’attendais pas.
J’étais libre, j’étais aimée et libre, et j’étais aimée d’être libre.
Et je venais de découvrir le libertinage, en théorie s’entend bien sûr.
Toujours commencer par la théorie…


Très bien, maintenant qu’on a abandonné toute banale conception bien stéréotypée et judéo-chrétienne (alors que je ne suis ni l’une, ni l’autre, comme quoi ils font vraiment bien leur boulot !) de la chose, me voilà proposant à mon homme d’essayer.
Celle là, il ne l’a pas vu venir, il lui a fallu un peu de temps pour la digérer, le temps de voir si je ne blaguais pas, si je ne changeais pas d’avis pour lui faire plaisir (ce qui aurait été une belle connerie soit dit en passant), bref, si c’était du lard ou de la cochonne.


Ok, maintenant que les bases sont posées, l’envie assumée, la libido en fête, on fait quoi ?
On en discute tiens, de nos envies, de nos fantasmes, de nos craintes aussi bien sûr, des infos qu’on a collectées chacun dans notre coin.
Et on se raconte nos scénarios les plus chauds les yeux dans les yeux et le désir en ébullition.
Et on s’envoie mails et sms, à lire de préférence hors contexte (au boulot, en rendez-vous chez le coiffeur… un grand moment !), histoire de se chauffer à distance, voir les effets sur l’autre, tester la puissance de notre envie et profiter de l’exquis parfum de secret et d’interdit.
On cultive le plaisir de l’autre avec encore un peu plus de passion maintenant qu’on en a compris la puissance et la beauté. On se demande pourquoi on a attendu si longtemps, tant on parait coller au profil.
Le plaisir de l’autre, tout est là. Si simple et pourtant…qui nous apprend à donner du plaisir sans attendre rien d’autre que la joie d’en être le témoin.


La clé était là, aimer, librement, sans attendre de retour, sans jugement, sans crainte. L’aimer tellement que la simple évocation de sa jouissance me tord les tripes, l’aimer au point d’être excitée de le voir dans les bras d’une autre.
Je sais, une bonne partie du monde me traitera de timbrée, de salope, de dépravée et j’en passe… et je m’en fous.
J’ai trouvé le moyen de ne plus avoir peur, vous pouvez bien penser ce que bon vous semble, je l’ai pensé aussi en d’autres temps, je ne peux pas vous jeter la pierre (Pierre).
Moi aussi j’avais peur. De le perdre, d’être plaquée pour une plus jeune, plus jolie, plus sexy. De me retrouver comme mes copines, seule avec mes quatre mômes et mes seins qui en ont vu d’autres…
Cette peur s’est envolée en même temps que les barrières que je m’étais collées.
Certes, je n’ai gagné aucune assurance anti-divorce, certains libertins le pensent, pas moi. Comme tout le monde j’ai pris ce risque la première fois que je l’ai vu et aimé.


Mais nous sommes libres de nous aimer, libres de rester soudés et complices parce qu’on en a envie et pas par contrat, obligation ou par responsabilité parentale.
Libres de rencontrer d’autres couples majeurs et consentants et de laisser parler nos fantasmes les plus fous.
Libres de s’aimer comme ça si ça nous chante.
Libres de s’aimer autrement quand ça ne nous chantera plus.
Libres d’être une belle famille bien rangée dans le monde bien pensant, et un couple débridé dans les clubs libertins (dieu que j’aime cette dichotomie !).
Libres, amoureux, heureux et très excités.


Chéri, ce soir on s’inscrit sur un site de rencontres libertines

Découvrez sans plus attendre l'interview d'achup sur le blog coquin Lebisou.

#bleu


Les commentaires

Den13 à 10:17, le 14 janvier 2019


Sans mauvais jeux de mots, tu manies la langue à la perfection, et l'humour avec une grande dextérité... te lire est un bonheur ! Merci pour ces confidences !!! En quelques lignes je pense tu arrives à décrire les craintes de certain(e)s, et tu y répond à merveille... juste envie de te dire merci pour ce récit...

Newkrix à 10:40, le 14 janvier 2019


Magnifique et élégant témoignage... mais quel style! félicitations

Syrena à 15:11, le 14 janvier 2019


Un vrai plaisir à te lire et à vous découvrir dans vos 1ers pas si touchants

Syrena à 15:11, le 14 janvier 2019


Quant à l humour ajouté, c est fait avec finesse :)

achup à 16:27, le 14 janvier 2019


Merci à tous et toutes, vous allez m’encourager à continuer !

achup à 16:27, le 14 janvier 2019


Merci à tous et toutes, vous allez m’encourager à continuer !

MrAndromaque à 17:46, le 14 janvier 2019


Achup je t'encourage vivement à nous raconter nous conter tes aventures débridées pour certain(e)s et tellement excitantes pour d'autres... Je suis friand de ce genre de lecture à Mon grand étonnement mais lorsque l'on arrive à être émoustillé et amusé alors on en demande plussss, merci de cette confession que j'espère ma tendre et douce lira. Au plaisir d'échange MrAndromaque pour t'être agréable.

achup à 18:54, le 14 janvier 2019


Chère ELD, il faut prendre le temps dont tu as besoin avant de te lancer, ou pas. C’est une aventure merveilleuse, mais tu as raison de ne pas la prendre à la légère. Je serai ravie de répondre à tes questions et te conseiller des lectures si tu le souhaite. N’hésite pas à venir me voir sur le tchat. Bisous !

L@ur à 06:45, le 15 janvier 2019


J

L@ur à 06:47, le 15 janvier 2019


J aime être une famille bien rangée et un couple débridé ! Bravo pour ce récit.

Moncoeur20 à 22:54, le 16 janvier 2019


Je suis ravie de lire une belle vision du libertinage. On ressent toujours l'amour de votre couple. Merci pour ce partage qui permet une ouverture d'esprit face a ce milieu. Pour ma part, j'ai toujours peur de ‘la bombe’ ....

Guillaume94 à 04:14, le 17 janvier 2019


Achup, j'ai dévoré ton récit avec énormément de plaisir....

Guillaume94 à 04:15, le 17 janvier 2019


Et j'e me suis empressé de les partager avec mon épouse, qui, elle aussi semble avoir apprécié.

achup à 08:45, le 17 janvier 2019


Merci à tous, je suis ravie que vous ayez apprécié et que ce témoignage soit utile.

Mlle1983 à 23:57, le 4 février 2019


Je suis sous le charme, et réaliser que d'autres vivent la même chose moi... t'aurais pu faire le récit de mon aventure et ol n'y aurait pas eu beaucoup de changements à apporter!!merci de ton partage

Ladyly à 15:57, le 12 mars 2019


Ton texte est un vrai régal à lire... il me parle vraiment...tellement ! Merci Achup !!!


Découvrez notre défi photo : Concours photo - 1 livre à gagner

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo