Petite aphrodite, ma soumise

Inscription sur LeBisou

Madame obéie.


Ce jour-là j’étais d’humeur coquine et je comptais bien profiter de ma belle.

J’ai commencé mon approche par un simple SMS innocent

« pour notre soirée tu as déjà prévu quelque chose, ou des envies particulières ? »


Madame n’a rien prévu, j’ai le champ libre. Je lui propose donc 2 choix toujours par SMS :

« soit tu gères la soirée, tu me bandes les yeux ou pas, tu mets un film ou pas tu choisie les tenues, l’endroit, le moment et surtout ce que l’on fait. Soit tu seras ma soumise, tu oublies ton prénom et tu obéiras à tous mes ordres, tu seras mon esclave sexuelle. »

#epub


Je n’avais pas besoin d’attendre sa réponse, ma femme aime être soumise, se laisser entrainer dans mes jeux.

Comme prévu elle accepte la deuxième proposition, bien qu’elle m’avoue avoir un peu peur de ce qui l’attend.

Entre temps madame est rentrée à la maison et nous faisons comme si de rien n’était mais sans quitter notre téléphone.

S’en suit la liste des règles qu’elle va devoir observer pour la soirée, le tout toujours envoyé par SMS :

    A chaque question ou ordre tu devras répondre oui mon maitre.
    Quand je te demanderais ce que tu es, tu auras seulement le choix entre je suis ta chienne, ta petite pute ou ta salope.
    Si tu oubli ces premières règles cela risque d’être douloureux.
 
Nos regards se fonts de plus en plus insistants, mais la vie courante continue.

    Pour commencer quand tout le monde sera couché tu passeras la tenue de ton choix mais avec obligatoirement des bas, un string bien serré et une laisse.
    Une fois prête je t’attendrais dans le salon.


Cet échange de message nous a bien émoustillés, je suis serré dans mon boxer et j’imagine sa culotte bien humide.

Une fois tout le monde couché nous nous installons dans le salon un verre à la main, devant un film pour adulte. Nous ne sommes pas encore dans le jeu, mais voir ses corps entremêlés à la télé, cette fellation si goulue, l’excitation commence à monter.

Madame est tendue, elle ne bouge pas d’un centimètre, assise bien droite dans le canapé, elle attend mes ordres.

Pour le moment je ne dis rien, je commence à lui caresser la cuisse par-dessus son pantalon, tout en me frottant le sexe.

Je prends sa main et la glisse sous mon boxer, on est à l’étroit la dedans, mais elle commence à me branler, l’excitation monte.

« Le moment est venu, tu vas monter et te préparer ».

Qu’elle ne fut pas ma surprise devant un refus de madame « je suis sûr que tout le monde ne dort pas encore ».

Très bien, mais ne crois pas que tu vas attendre bien sagement sur le canapé, je descends mon pantalon et mon boxer, « pour ta punition, tu vas me sucer et après tu monteras ».

Il n’y a eu aucun refus devant ce sexe tendu de désir, elle s’est agenouillée devant moi et la prise délicatement en bouche, en commençant par jouer lentement avec sa langue, puis englobant mon sexe dur et brulant dans sa bouche, ses mouvements de va et vient tout en me masturbant me font tourner la tête, mais c’est moi qui domine.


Je l’attrape par les cheveux et lui relève la tête,

#epub

« maintenant tu vas te préparer »,

« oui mon maitre ».

 
Pendant que ma belle monte se préparer j’en profite pour me rhabiller, je porte simplement un boxer, un jean et une chemise.


Elle est prête, je la vois descendre les escaliers, la lumière est tamisée, elle porte ce que je lui ai demandé, un porte jarretelle noir qui enserre ses cuisses, un string rouge qui me laisse deviné sa fente et une laisse autour du cou, ses seins sont nus, elle obéi strictement à ma demande, elle est tellement désirable mais je reste de marbre, je suis son maître.

 

Quand elle arrive elle aperçoit qu’une couverture est étalée sur le sol, notre coffre de jouets coquins et ouvert et disposé à l’opposé du canapé dans lequel je suis installé.

Elle comprend son rôle et s’agenouille devant moi, en attente de mes ordres.

Dans ma tête tout est déjà décidé mais il faut que je calme mes envies, sinon je vais la prendre sauvagement à même le sol et la soirée sera vite finie.

    « qu’est-ce que tu es ?
    Je suis ta chienne
    tu vas me montrer à quel point tu es obéissante, va à quatre pattes chercher ton gode et ramène le devant moi »

Je la vois se retourner et faire ce que je lui demande, ses fesses qui ondulent son un délice à regarder, une fois devant moi son regard baissé montre qu’elle est soumise, elle attend la prochaine étape.

« Montre-moi comment tu suces une bite, je veux jouir rien qu’en te regardant », comme elle l’a fait avec moi elle commence par lécher doucement ce jouet nervuré qui imite à merveille un sexe tendu.

Ensuite elle le suce, doucement puis de plus en plus vite, cela ne me suffit pas «  plus fort, plus profond » elle m’obéi, l’excitation de voir ma femme sucer avec tant d’envie ce jouet me met hors de moi, mais je ne le montre pas, je reste impassible.

Je mets fin à ce premier jeu et lui annonce une récompense,

« comme tu as été sage tu as le droit de m’enlever ma chemise et ensuite de m’embrasser.»

Ma chemise ne fait pas long feu et son corps brulant se jette sur le mien, sa langue force presque mes lèvres à s’écarter pour entrer dans ma bouche, elle est encore pleine de salive de cette intense fellation. Je dois la repousser, non sans en avoir profité, pour passer à la suite.

 

« tu vas t’assoir entre mes jambes, dos à moi, et te caresser la poitrine avec mes mains », j’adore quand elle fait ça, elle est plus brusque que moi, elle attrape sa poitrine avec mes mains , elle ne caresse pas, elle sert, elle tire, je lui demande de serrer ses tétons avec mes doigts, et je reste surpris par la pression qu’elle exerce, elle sert de plus en plus fort, elle se trémousse elle commence à soupirer de plaisir, et moi qui ai mes mains sur ses seins, en train de serrer ses tétons avec violence et ses fesses qui se frottent sur mon entre jambe.

Une fois de plus je mets fin à l’exercice et lui offre une récompense, elle va pouvoir m’embrasser mais d’abord elle doit m’offrir ses seins à lécher. Elle se retourne en toute vitesse et m’offre sa poitrine, ses tétons encore tout dur et tout rouges, elle en soupire de plaisir, elle réclame sa récompense, le droit de m’embrasser et de retirer un vêtement de plus, mon pantalon.

 

Je n’en ai pas fini avec elle, il reste encore des parties de son corps à explorer.

Pour le jeu suivant elle amène une chaise devant moi et s’assoit dessus à ma demande.

«  Maintenant tu vas te caresser jusqu’à ce que ton string soit trempé de ton jus ».

Je vois sa main descendre le long de son corps et commencer à se caresser la fente par-dessus ses dessous, elle fait de lents va et vient mais je sens qu’elle en veut plus, elle glisse ses doigts sous ce morceau de tissu et accède à cette zone si envoutante, humide et gonflé de désir. Se caresser ne lui suffit plus, elle commence à s’enfoncer les doigts dans son sexe brulant, sa tête est rejetée en arrière, elle est en train d’oublier tout ce qui l’entoure, seul son plaisir compte, ses mouvements s’accélèrent, le nombre de doigts enfoncés a augmenté, des gémissements se font entendre. Pour moi c’est un délice et une torture en même temps, la voir prendre tant de plaisir en étant simple spectateur me rend fou.

J’ai atteint un de mes objectifs, elle est gonflée de désir, frémissante, et sa culotte est toute mouillée, une fois qu’elle me l’a donnée je peux sentir son sexe et son envie à travers ce petit bout de tissus.

Avant d’avoir sa récompense je veux goûter à cet objet de plaisir, elle monte debout sur le canapé et écarte ses jambes au-dessus de mon visage, que je puisse lécher goulument cette chatte humide et encore frémissante, c’est un délice.

Elle vient prendre sa récompense en m’embrassant avec fougue, nos salives se mélangent avec son jus récoltés sur son sexe offert, je l’autorise ensuite à m’enlever mon boxer, je me retrouve entièrement nu, mon sexe tendu et gonflé prêt à être utilisé, mais je n’ai pas fini avec ma belle.

 

Une fois revenue à genoux devant moi je lui demande d’aller, à quatre pattes, chercher son plug anal. Je peux revoir ses fesses qui ondulent quand elle se retourne, mais cette fois son string est enlevé et sa chatte et encore toute humide.

Une fois de retour elle doit s’allonger à côté de moi, sur le ventre, les fesses relevés et bien écartés que je profite du spectacle, « maintenant tu vas caresser ton petit cul et t’enfoncer le plug ».

Sa main arrive et elle commence à se caresser timidement avec un doigt, elle aime que je joue avec son petit trou, mais elle n’a pas l’habitude de le faire elle-même. Je la sens hésitante, je l’encourage « vas-y enfonce ton doigt », et elle obéi, c’est ma petite chienne pour la soirée.

Elle commence à prendre confiance, son doigt s’active, un deuxième le rejoint. Elle va avoir besoin d’aide pour s’enfoncer ce plug et j’ai de plus en plus de mal de résister à ce cul offert.

Ma langue vient l’aider, je lèche d’abord ses doigts qui rentrent et qui sortent avec douceur, j’écarte ses fesses avec mes mains et elle me laisse le champ libre, son petit trou commence à se dilater, j’y dépose ma salive et titille son petit trou (qui n’est plus si petit), avec ma langue je lèche, le la rentre dedans, son bassin s’agite, ses fesses se trémoussent, elle est prête, sa main revient tenant ce plug qui va finir de la dilater pour me faire de la place. Elle se l’enfonce petit à petit, je vois son cul trempé, la salive dégoulinant sur sa chatte, et ce jouet qui s’enfonce toujours un peu plus, son trou qui s’élargie, et enfin il rentre. Mon excitation est à son comble, ma femme est toute mouillée elle n’attend plus que moi, mais elle à un dernier ordre auquel obéir.

 

C’est moi le maître, on est là pour mon plaisir, « tu vas me sucer comme tu l’as fait avec le gode », mon sexe est dur est tendu, je suis au bord de l’explosion, mais je me retiens, la partie n’est pas finie. Madame n’y va pas doucement, comme à son habitude, elle enfourne mon membre dans sa bouche, elle me branle, elle ressort pour me lécher les testicules, elle sait comment faire durer le plaisir, il y a de la salive partout, elle me reprend en bouche, elle me branle et me masse les couilles en même temps, je n’en peux plus, elle me met la pression, je sais ce qu’elle veut.

 

Je l’arrache de mon sexe, l’allonge violement sur le ventre et m’enfonce dans sa chatte, elle a toujours son plug que je sens presser conte ma bite. Je lui mets des grand coups de reins, elle crie, elle n’attendait que ça, que je la libère de son envie. Ce plug me nargue, il a l’air bien là où il est, je me retire, le retire, et m’enfonce en elle avec plus de précaution, doucement mon sexe s’enfonce dans son cul, il est serré mais il rentre bien, elle gémit sous mes va et viens, je sens que je vais venir, je ressors d’un coup sec de son cul et vois son trou bien dilaté.

Je replonge ma bite dans sa chatte et mes coups de boutoir redoublent de puissance, elle cri elle n’en peut plus, sa voix devient rauque, nous sommes en pleine extase, mon sperme brulant jaillit en elle, je continu de la pilonner, je m’essouffle, elle aussi, et mon corps brulant s’allonge sur le sien, mon torse contre son dos, nos corps sont repus, et nous nous délassons dans cette moiteur tellement agréable.

Eros


Les commentaires

Eros à 15:10, le 7 janvier 2019


Récit d'une soirée passée mais qui va sûrement se reproduire

L@ur à 06:54, le 11 janvier 2019


Trop beau récit. Soumise me plaît bien

Ange972g à 00:53, le 18 janvier 2019


Petite Aphrodite, cette belle soumise et son maître mon magnifiquement bien excité !

Ange972g à 00:55, le 18 janvier 2019


Si il vous prends d'en écrire d'autre je suis preneur..ces petites leçon de maître ne sont pas tombé ds l'oreille d'un sourd. Merci encore


Découvrez notre défi photo : Roman photo

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo