La piscine

Inscription sur LeBisou

Nouvelle érotique écrite par HanaKa Lin.

Le message de mon Maître

Nous devions nous voir dans quelques jours normalement et pourtant je n’avais toujours aucunes nouvelles de mon Maître, cela me rendait extrêmement nerveuse, triste et irritable. Les questions tournaient en boucle dans ma tête : avais-je commis une erreur, pire une faute ? Etait-ce une punition ? S’était-il lassé de moi ? Cette dernière idée était comme un coup de poignard dans la poitrine, je ressentais cette douleur terrible… Il est vrai que je pouvais parfois me montrer insolente, voire indocile… il est vrai aussi que ce n’est pas la première fois qu’il me laisse ainsi longtemps sans nouvelles… C’est plus fort que moi j’ai peur qu’il se lasse de moi…
La veille au soir du jour J, en pleurs dans mon lit, j’entends mon téléphone vibrer :

Rendez-vous demain à 19h30 en gare de Valence. Prends de bonnes chaussures de randonnée.

Essuyant mes larmes d’un revers de main je m’apprête à répondre par une série de questions quand un nouveau message arrive :

Ne réponds pas ! Pas de contacts avant demain 19h30 ! C’est Ordre !


FRUSTRATION !!!
Excitation et joie aussi ! Euphorie je dirais même sans exagérer. Comment cet homme peut-il avoir une telle emprise sur moi ? Je ne comprends toujours pas, mais seule la joie ressentie compte.
PANIQUE !
Que dois-je emmener ? Où sont mes chaussures de marche ? Quel train prendre dans quelle gare ? A quelle heure partir ? Qu’a-t-il encore imaginé ? A cette dernière question je ressens un petit picotement dans le bas ventre, délicieuse sensation devenue familière depuis que je le côtoie. Une furieuse envie de me caresser me prend.
Ce n’est pas raisonnable ! Je dois me préparer. Ce serait un comble si je loupais le train !

Etape n°1

#epub

Veiller à être impeccable… voila ou me mènent mes angoisses, devoir tout faire en urgence ! Réfléchir à comment être au mieux pour lui plaire… souvenir de notre dernière rencontre, frissons et frémissements, chaleur envahissent mon intimité. Envie… Non ! Il faut que je me concentre.

Etape N°2

Préparer mon itinéraire minuté. Réserver les billets.

Etape N°3

Préparer ma valise… Non mon sac à dos, c’est mieux si on doit marcher. Qu’a t-il imaginé encore ?

Préparation du rendez-vous

Hummmmm me voila allongée, nue, sur mon lit me caressant doucement. Impossible de résister alors autant céder une bonne fois pour toute. Surtout qu’il ne me l’a pas interdit. Doucement mes doigts glissent le long de ma fente humide d’envie, remontent sur mon bouton, tournent autour doucement, légèrement… hummm mon Maitre, son regard hypnotique, sa bouche sensuelle, sa voix chaude et rude ou douce, ses mains hummm… Mes doigts accélèrent leur ballet, plus appuyés.

Disparaissent de temps a autres dans la chaleur de ma grotte, puis retournent danser sur mon clitoris gonflé de désir. Je prends mon délicieux petit vibro, il me faut au moins ça ! Lui aussi glisse sur ma fente humide, j’appuie, la vibration commence, je le glisse son mon bouton d’amour, je repense à mon Maître, à ses gestes, à ses mots, à sa queue et j’enfonce le vibro en moi d’un seul coup et joui instantanément, prise de spasmes convulsifs de plaisir.


Il est presque 2h du matin ! Vite finir mon sac et dormir. Trop excitée pour réussir à m’endormir c’est avec une allure de zombie que j’arrive sur le quai du départ gare de Lyon.
A peine installée je m’écroule de sommeil.

Une fois dans le second train, j’entreprends d’aller me rafraichir dans les toilettes et me changer. J’ôte mes sous-vêtements et enfile ma petite robe légère. Je retourne m’asseoir excitée et impatiente à l’idée de bientôt le retrouver.

Rencontre avec mon Maître

Je descends du train, m’informe de l’heure sur mon portable : 19h32. SMS :

Je suis arrivée ! Où es-tu ?


Je scrute mon portable pendant ce qui me paraît être une éternité, puis instinctivement je relève la tête tu es là à quelque mètres, tu me fixes, happée par ton regard je me dirige vers toi, comme aimantée.

#epub


Tu ne me laisses pas le temps de dire un mot. Tu me prends par le bras et me dit aller viens. Tu nous prends des sandwichs au comptoir de la gare, me tends le mien sans un mot et te met en route je te suis à deux pas derrière toi comme à mon habitude, pressant le pas pour ne pas me laisser distancer. Nous arrivons devant une voiture tu prends mon sac, le met dans le coffre et te met au volant. Je me hâte de monter a tes cotés. Une fois installée je m’apprête à te poser une question, je n’ai même pas le temps d’ouvrir la bouche, l’ordre claque comme un fouet :

« Tais-toi ! »


Peinée, je ne peux que t’observer à la dérobée. As-tu senti mon désarroi ? Ta main chaude se pose sur ma cuisse se contact m’électrise aussitôt ; mon souffle devient saccadé.

« Calmes-toi petite chienne, il va falloir être très patiente »

Un soupir déçu m’échappe. Tu te mets à rire. Méchant !
Profitant d’un feu rouge alangui, ta main se fait curieuse, fouineuse même quand tu découvre mon sexe libre d’entrave et trempé. « Il va peut-être être nécessaire de faire une petite pause sur notre trajet finalement » dis-tu avec un petit sourire… satisfait ?

Je ne peux empêcher un large sourire de se dessiner sur mon visage. Je suis aux anges.


J’admire le magnifique paysage par la fenêtre. Que la France est belle ! Puis le temps commence à me sembler long… On la fait quand cette pause ? Je jette un coup d’œil sur toi, concentré sur la conduite. Je ne peux m’empêcher de soupirer brillamment. « Patience petite chienne ». La nuit est presque complète… Tu quitte la grande route pour t’engager dans un petit chemin campagnard. « On est arrivé ? » je lâche, n’y tenant plus. Tu me jette un regard sombre. Oups j’ai parlé.

« Je vais me reposer un peu » dis-tu froidement. Je fais une moue désappointée. « Tu ne peux t’en prendre qu’à toi ». Je baisse la tête. Avec toi les punitions sont vraiment des punitions pas la peine d’espérer coups de cravache où autres réjouissances. « Dors ! » Tu allonge ton siège et t’endors. Comment veux-tu que m’endorme ? Mais comme je n’ai pas d’autre choix, j’obéis. Je ferme les yeux et attends le sommeil, qui finalement vient rapidement.

L'étroit sentier

#epub

Quand je me réveille tu as déjà repris la route et le jour se lève. Enfin tu te gare près d’un étroit sentier. Tu regarde mes pieds

« -où sont tes chaussures de marche ?
-Dans mon sac.
-Bien déshabilles-toi et mets les ! »

Je te regarde incrédule. Tu me tourne le dos et te met toi aussi à te dévêtir. Du coup je t’imite un peu mal à l’aise…Je regarde alentours, il n’y a personne.
Une fois prête tu me saisi la main et me dis ; « ne t’inquiète pas, je suis là. Tout va bien se passer. Viens » tu me pose une casquette sur la tête, m’attire a toi m’embrasse sauvagement et te met en route sans me lâcher la main.


L’étroit sentier s’enfonce dans une épaisse forêt et je crois entrer dans un autre monde, mystérieux. Sortant de la forêt une vue éblouissante, dans le soleil levant, s’offre à nous. La rivière entourée de hautes falaises blanches crayeuses. La rivière et vide et silencieuse et là aux détours d’un lacet du chemin : une splendide piscine naturelle creusée dans la roche. Après avoir laissé tes chaussures tu dis : « suis-moi ! » et tu plonge dans l’onde claire.

 

Je te suis a mon tour dans les flots frais du matin, et nage jusqu’à toi. Tu m’enlace et me dis que je peux de nouveau m’exprimer, je pousse un soupir d’aise qui se meurt sur tes lèvres puisque tu viens de m’embrasser

Serrée contre toi je sens ton membre dur contre mon ventre et mes tétons dressés, écrasés sur ton torse, m’échauffent tout le corps. Je sens un doigt s’insinuer en moi doucement, quel délice, je ne peux empêcher un gémissement s’échapper de mes lèvres. Je m’accroche à tes épaules, frotte mon bassin contre ton membre, je te veux ! je veux te sentir en moi !

« Patience petite chienne en chaleur. Tu dois mériter ta récompense… »

Se disant tu t’assois sur un rocher dos appuyé aux rocs. Tu as de l’eau jusqu’à la taille, mais je vois sans peine ton chibre dressé sous l’eau limpide. Je prends une profonde inspiration et plonge la tête sous l’eau à la conquête de ce monument dédié au plaisir. Quand mes lèvres se referment sur ta tige ferme, je sens tes mains sur ma tête, l’une glisse à mon épaule et m’aide à me maintenir sous l’eau, l’autre caresse mes cheveux tendrement. Quelle sensation inédite, même si je dois reprendre mon souffle régulièrement, je tente de rester le plus longtemps immergée ce qui me donne une légère sensation de vertige agréable, euphorisante même ! Passant tes mains sous mes épaules te me redresse et m’attire a toi : « aller, viens là » et tu m’empale sur toi.

Je crois qu’une première jouissance me cueille immédiatement, tant mon envie de toi était forte. Tu reste ensuite immobile, me laissant l’initiative… je te chevauche sauvagement, pendant que tu dévore mes lèvres, la passion nous emportant tout deux aux cieux, dans une jouissance commune explosive.


Merci Maître.

Lire une autre histoire coquine


Les commentaires

Hypertension à 17:55, le 26 octobre 2018


Est ce de la patience ou ou l'en or dévorante qu'elle a pu attendre....


Découvrez notre défi photo : Photo risquée

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo