Entre....mêlée de Vanyfraiz

En exclusivité, Lebisou vous fait part de la nouvelle de Vanyfraiz, écrite à l'occasion de l'appel à textes Lebisou sur le thème : "Parce que tout commence par un baiser"

 

Entre... mêlée

Deux semaines après cette agréable soirée où nous avions fait connaissance avec Ambre et Luc, nous sommes invités chez eux. Nous avons convenu de dîner ensemble, puis les hommes sortiront entre eux pendant que nous passerons un moment de détente entre femmes. Aldric passe me chercher vers 18h30 et nous prenons la route pour nous rendre dans le petit village où ils ont élu domicile. Nous arrivons devant une maison de plain pied, d’architecture moderne mais sans artifice, nous franchissons le portail qui se referme juste après nous. A peine descendue de voiture, Ambre m’accueille avec sa tendresse habituelle, sa bouche délicate se pose sur la mienne, tout en me serrant dans ses bras, elle me bécote, se fait plus pressante, sa langue s’immisce, entre...mêlée à la mienne, tendre et fougueuse à la fois, elle se recule, je me rapproche, lui rend le même baiser passionné, nous avons du mal à nous lâcher, ma main parcours son dos, se pose dans le creux de ses reins pour l’attirer plus à moi, sentir sa poitrine généreuse contre moi, la goûter encore, ma bouche déguste ses lèvres avec gourmandise, nous avons déjà envie l’une de l’autre.


 Elle salue Aldric...moi, Luc, puis elle me prend par la main et m’emmène à l’intérieur dans le salon tandis que nos hommes se dirigent vers le coin cuisine qui jouxte la pièce, tout en gardant un œil sur nous. Je regarde autour de moi la décoration épurée des lieux mais je n’ai pas le temps de m’y attarder, Ambre m’embrasse à nouveau et la même chaleur envahie mon corps, ses mains me caressent, relèvent ma jupe dévoilant mes fesses nues.


-Tu es une sacrée coquine, me chuchote-t-elle à l’oreille.
-Tout comme toi, lui dis-je en passant ma main sous sa robe légère.
Nous sommes là debout en plein milieu du salon à exciter nos sens en nous pelotant comme deux lycéennes qui découvre les plaisirs saphiques quand nos coquins reviennent avec des plateaux bien garnis pour l’apéritif dînatoire.
Ils ont vite fait de les poser et de se mettre chacun derrière sa douce, pressés de nous caresser et nous faire sentir leur sexe gonflé d’excitation au travers de leur pantalon en se frottant à nous, pendant que nous continuons à nous pourlécher de plus belle. Je sens la main de mon fripon me caresser les fesses, tout en déposant de doux baisers dans ma nuque, puis un doigt s’inviter entre mes lèvres humides pour venir jouer avec mon clito enflé. A la respiration de la belle qui s’accélère et les regards de son chéri, je devine qu’il fait de même.


Nous gémissons toutes les deux de plaisir, quand les hommes, très synchronisés, se mettent à genoux derrière nous, nous invitant à ouvrir un peu plus les jambes pour nous honorer de leurs bouches. Mon amant écarte mes fesses, sa langue chaude me lèche en douceur puis plus intensément, je me sens très mouillée et je suis de plus en plus excitée par les coups de langue qu’il me prodigue. Je me penche un peu plus pour mieux la sentir s’insérer entre mes lèvres et profite pour prendre en bouche un sein de Ambre qui s’est échappé de son décolleté. Je l’aspire, le tête, mordille le téton durcit par le plaisir, l’orgasme la submerge et cet effet déclenche chez moi la jouissance que je retenais. Je prends Ambre dans mes bras et lui dépose un tendre baiser dans le cou.
 
Les hommes se relèvent et, comme deux gamins qui viennent de faire une bêtises, partent vers dans la cuisine. Ils reviennent quelques instants plus tard avec les verres et les boissons.
Confortablement installées sur un des canapés, Ambre se love dans mes bras.
-Ces dames vont pouvoir se remettre de leurs émotions, je suis à votre service,  dit Luc en nous servant un verre de blanc liquoreux et il s’assoit sur le canapé qui nous fait face, à côté d’Aldric.
-Ça doit être encore bien dur dans vos boxer, leur dis-je en plaisantant.
-Je confirme, me répond mon tendre coquin tout en passant sa main sur la protubérance qu’il a entre les jambes.
Nous dégustons quelques toasts et nos hôtes nous proposent de faire le tour du propriétaire.
 La maison est vaste; le salon attenant à la cuisine donne sur un couloir qui dessert un bureau, trois chambres et une immense salle de bain. L’agencement du mobilier est minimaliste et fonctionnel, à part leur chambre qui est dans un style baroque qui tranche complètement avec le reste et la chambre d’amis dans un style romantique.
Nous revenons au salon, Luc ouvre la porte fenêtre qui donne accès à une terrasse et un jardin totalement exempt de vis-à-vis.
-C’est super l’été d’être nu sans être vu et cette année nous pourrons profiter du spa que nous installerons sous l’appentis, Luc prévoit ensuite d’en faire un espace fermé pour en profiter en toutes saisons, nous dit Ambre.
-Je l’aiderai s’il a besoin, propose Aldric.
-C’est une très belle maison où tout est bien agencé, on s’y sent bien, lui dis-je.
Après cette visite, nous nous réinstallons afin de nous sustenter. Les hommes commençant à parler de grosses cylindrées et, avant que nous nous mettions à parler chiffons, dans un sourire entendu, les coquines que nous sommes ne tardons pas à nous laisser tenter à sucer.
 Nous nous approchons d’eux, prêtes à tout pour obtenir ce que nous convoitons, ils devinent nos intentions et ne se font pas prier pour se mettre à l’aise afin que nous puissions leur montrer tout notre talent de charmeuses de serpents.
Leur verre à la main, en reprenant leur conversation mine de rien, ils nous laissent mener le jeu.
Tout à coup submergés, la conversation s’est arrêtée, on n’entend plus que les râles de plaisir entrecoupés d’encouragements et d’expressions de satisfaction.

Agenouillée devant le complice de mes plaisirs, tout à lui pour le servir, rapidement sa queue bien s’est dressée, je m’applique plus encore à l’exciter, je fais tournoyer ma langue autour, emprisonnant le biscuit dans le four, alternant douceur et fermeté, lenteur et rapidité, je lui laisse comme seul secours, déverser sa crème sans détour.
Ambre, toute aussi déesse de cet acte tant apprécié, sait comment combler son bien aimé, lui l’aimant bien avide, la pipe très humide n’a plus de secret pour la sylphide, sous son air angélique elle maîtrise l’énergie hydraulique, électrifiant la barre rigide qui, dans un dernier élan, se vide de tout ses fluides.

-Vous ne pensiez pas qu’on vous laisserait sortir tendu comme des arbalètes, il fallait bien que l’on vous décharge de vos tourments, leur sort Ambre espiègle.

 Après ce moment gourmand, les hommes se préparent à partir pour jouer au billard «entre mecs» comme prévu.
-Je pense que vous n’allez pas vous ennuyer toutes les deux pendant notre absence, soyez sages mais pas trop, nous lance Aldric souriant.
-Ambre souhaite me faire découvrir des produits de beauté que l'on trouve dans la parfumerie où elle travaille. Je vais me faire chouchouter par ma douce amie, lui répondis-je.
Sur ce, nous les embrassons rapidement et les poussons vers la porte avant qu’ils changent d’avis.
-Je serais bien resté avec nos jolies coquines finalement, dis Luc presque à regret.
-Moi aussi, lui répond Aldric, mais une soirée entre hommes c’est cool, Vany m’incite un peu à faire d’autres choses, quand je ne la vois pas, je suis plutôt ours. Et puis à notre retour nous les retrouverons certainement dans les bras l’une de l’autre, et d’un air amusé:
- Tiens t’imagines si on faisait pareil tous les deux.
- J’imagine bien..., lui répond Luc en riant.

-Nos hommes vont sûrement bien se détendre à jouer... et en profiter pour mater les nanas qui seront là-bas, dis-je à Ambre, mais ça fera du bien à Aldric de se changer les idées, il est un peu ours parfois.

 Les gars font quelques parties tout en parlant de leur passion pour les jeux vidéos, l’un vante les avantages d’une bonne console et des jeux en solo, tandis que l’autre défend la préférence qu’il a eu pendant longtemps pour les PC gamer et les parties multijoueurs. Ils reconnaissent tous les deux que, quelque soit le genre, le plaisir est au rendez-vous.
Après avoir épuisé leurs pièces de 2 euros, ils s’installent au bar un peu à l’écart des autres clients du lieu. Le serveur ou serveuse, il ne savent pas trop tant l’être est androgyne, leur sert une pression chacun.
Luc en vient aux confidences.
- Je sais que je peux te raconter un truc super intime, lui dit-il.
-Ambre était assez réservée quand je l'ai connue, elle avait eu des petits copains mais rien de bien excitant finalement, par rapport à moi qui avait une belle collection d'amantes. Je crois que c'est ça qui m'a plu chez elle, j'avais besoin de me poser et je savais qu'elle était différente, coquine mais pas avec tout le monde. Nous avons expérimenté beaucoup de choses, à son rythme, je lui ai laissé le temps. Notre première nuit avait été très agréable, un an après, nous étions au restaurant pour notre anniversaire de rencontre et elle m'a fait une demande particulière, enfin pour elle, car moi j'avais déjà pratiqué.
Elle souhaitait m'offrir la virginité de son cul, comme elle a dit, tu imagines chez un mec l'effet que ça fait.
On a laissé tomber le dessert et on est allé chez elle.


Elle a sorti du lubrifiant et s'est mise sur le dos, je lui ai fait un cunni et j'ai commencé à lui lécher la rondelle, y introduire un doigt puis deux, j'ai prit tout mon temps, bien à l'écoute de ce quelle ressentait, elle se détendait au fur et à mesure, je l'ai pénétrée tout doucement. Après quelques va et vient, elle m'a demandé de m' allonger pour se mettre au dessus de moi et là c'était divin, elle s'est empalée sur mon chibre et c'est elle qui me baisait finalement. Je n'avais jamais penser faire une sodo dans cette position. C'est hard et doux en même temps, j'étais aux anges, plus elle s'agitait sur moi, plus ça me remplissait de bonheur et de fierté d'avoir une femme aussi coquine. Comme quoi la baise, ce n'est pas incompatible avec la tendresse et moi le libertin égocentré, j'ai fait un belle découverte grâce à elle.
Je lui ai demandé de vivre avec moi, je ne voulais plus me passer d'elle. Je trouvais le romantisme débile, dépourvu d’intérêt et elle m’a prouvé le contraire.

-Bon et toi? Eh sors de tes rêves mec !!
- Quoi moi? Ben, c'est beau le partage avec une femme, balbutie Aldric
-Toi... avec Vany, c'est quoi qui te fait vibrer ? OK vous n’êtes pas en couple, mais après tout ce temps, c'est pas pour rien si vous vous voyez toujours non? S'exclame Luc. Vas-y racontes !

- Pour moi, ça va te paraître tout con. Tu as eu un aperçu de ses talents tout à l’heure. Cela semble tellement basique pour nous les mecs. La première fois qu'elle m'a sucé j'ai ressenti un truc comme jamais auparavant, une pipe c’est bon, mais là! j'ai vraiment vu qu’une femme pouvait être très gourmande et coquine. Vany, elle donne tout à ce moment là et elle prend tellement de plaisir que le mien a été décuplé. C’était lors notre première rencontre, nous avions bien câliné, mon massage l'avait mise à l'aise, c'était un régal de me faire pomper, si bien qu'ensuite je l'ai prise en levrette, elle m'a avoué plus tard, qu'elle n'aimait pas trop cette position, mais qu'avec moi elle en avait vraiment eu envie. Puis elle a recommencé...


A chaque fois qu'elle me suce, je suis transporté, c'est tout le temps bon, elle s'y prend... je devrais dire elle te prend tellement bien dans sa bouche, que tu voudrais que ça ne s'arrête jamais. Là où ça a été le plus enivrant, c'est le jour où elle m'a dit qu'elle allait me faire jouir dans sa bouche, le pouvoir des mots d'une femme c'est indescriptible tellement c’est grisant, alors elle a embrassé ma bite, l'a léchée, elle s'est occupée de chaque centimètre, alternant la douceur, la rapidité, la branlette bien menée, elle a prit tout son temps, m'a fait monté et descendre, elle m'a rendu fou ! elle prenait du plaisir au travers de celui qu'elle me donnait, j'ai joui dans sa bouche, elle a tout avalé et avec un sourire coquin elle m'a dit que j'avais très bon goût. Je lui ai dit que c'était une déesse tant c’était merveilleux.


Chaque fellation c'est le même bonheur, comme une nouvelle découverte à chaque fois.
Un jour elle m'a fait la surprise en invitant un mec bi avec qui elle avait déjà coquiné, c'était notre premier trio, je t'avoue qu'une pipe à deux bouches, c'est super excitant aussi. Mais sa bouche à elle... est irremplaçable.

 Pendant ce temps là alors que nos hommes jouent avec des queues et des boules, Ambre tout en me massant le visage avec une crème de soin se confie à moi.

- Je connaissais Luc de réputation, de ce que m'en avait dit ma cousine, franchement c'était le genre de mec que je fuyais, trop queutard à mon goût, bien qu’il soit respectueux, mais quand il est resté à me regarder lorsque que j'étais avec Alice, j'ai ressenti une bienveillance de sa part et lorsqu'il m'a invitée par la suite, je savais que ma vie allait changer, que j'allais enfin pouvoir être moi, j'ai tout de suite eu confiance, la première année il a été patient, nous avons testé plein de produits pour pimenter nos ébats et toutes sortes de positions, on se voyait tous les mercredis soir et les week-end, c'était beaucoup de découvertes pour moi et il était très attentionné. Je me sentais rassurée. Le jour de l'anniversaire de notre rencontre, il m'a demandé vivre avec lui. Je me suis installée chez lui car il y avait suffisamment de place, puis nous avons acheté notre maison l'année d'après et nous nous sommes mariés.


Nous allions de temps en temps en club et je passais des moments dans les bras d'autres femmes, car depuis Alice cela me plaisait vraiment. Puis un jour il m'a dit que j'avais rendez-vous avec un couple d'amis à lui et qu'il avait prit toutes les précautions pour que je passe une bonne soirée. Il avait choisit ma tenue pour l'occasion, une robe fendue sur le côté super sexy, il m'a dit de  mettre juste des escarpins, pas de dessous.


Il m'a conduit chez eux et il est rentré à la maison. Ils m’ont accueilli comme une princesse et se sont occupé de moi sans rien me demander en retour, c'était très agréable. L'homme ne m’a pas pénétré, il m'a avoué porter une cage de chasteté et sa maîtresse-femme, une Keyholder, c’est le nom anglophone pour dire gardienne de la clé, l'autorisait à caresser les autres femmes, car c’était avant tout pour son plaisir à elle. Elle m'a fait l'amour devant lui, c'était tendre et sensuel.
Ils m'ont raccompagnée, mais ne sont pas restés. Quand je suis rentrée, Luc m'attendait et à mes yeux qui pétillaient il a vu que j'avais été comblée, il m'a dit qu'il aimait me savoir dans d'autres bras, que ça l'excitait, j'ai commencé à lui raconter la soirée pendant qu'il me léchait comme il le fait si bien, sa langue titillait mon clito, l'aspirant, le suçant, je gémissais tout en lui faisant mon récit, il me pénétrait de ses doigts, puis il s'est arrêté et m'a offert un paquet rouge entouré d'un raphia dans lequel il y avait un sextoy en bois noir doré d'une beauté incroyable et il m'a dit: « Voici une œuvre sensuelle pour le trésor de ma vie, c'est une orchidée structurée». Il s'est déshabillé et il a lubrifié l'objet avant de l'insérer en moi, en me demandant de continuer de lui raconter ma soirée.


La douceur du jouet me faisait perdre pied, il le tournait doucement, faisait levier avec, je sentais mon point G gonfler, le jouet massait mon vagin, un pur bonheur et le voir bander à mon récit en rajoutait à mon excitation. Son sexe perlait. Au moment où j'ai eu fini de raconter il a retiré le sextoy et je me suis déversée, c'était la première fois que j’avais une éjaculation, j'étais épuisée et comblée à la fois, heureuse de cette offrande que je lui faisait. Nous nous sommes lové l'un contre l'autre, tout en me caressant, il m'a dit que mon plaisir était ce qui comptait le plus pour lui, que je devais m'amuser pour mieux le retrouver mais que lui se suffisait de ce que je lui apportait, car ce côté candauliste le remplissait encore plus d'amour. Je lui ai dit que je le ferai, que je lui raconterais à chaque fois, mais qu'il devait aussi être là parfois, pour me voir. Cependant je lui ai précisé que je ne souhaitais pas forcément être pénétrée par un autre. Nous avions trouvé notre accord et cela a encore renforcé notre confiance mutuelle et nos sentiments.

-Et toi Vany? Qu'est ce que tu as le plus aimé avec ton... Chouchou, c'est bien comme ça que tu l'appelles?
- Oui c’est ça, c'est mon Chouchou, il a toujours été mon préféré quand j’avais plusieurs amants, maintenant je suis suffisamment comblée, et il aime bien ce petit nom rien que pour lui.
Et d’ajouter en riant:
-Ton récit m' a fait mouiller.
Elle m'embrasse tendrement et nous sert à boire.


-Prenons les verres et allons dans la chambre d’amis, tu me raconteras pendant que je te fais découvrir les nouvelles huiles de massage que nous avons reçues. Nous avons un rayon intime au sein de la parfumerie et la patronne tient à ce que chaque vendeuse testent les nouveautés pour savoir si nous les gardons à la vente ou pas, ainsi nous pouvons mieux en parler aux clientes.
 Ambre allume la lumière et tire les rideaux, la pièce est magnifique, je plaisante en lui disant que pour une chambre romantique, un lit une place aurait été une bonne idée, car le lit King Size n’invite pas à la proximité, sur quoi elle me répond que c’est tout le contraire, plus le lit est grand et plus on a envie de se rapprocher l’un de l’autre et pour la détente sensuelle ou le slow sexe, avoir de la place n’entrave pas les mouvements corporels ce qui est très important, sur ce elle déplie une grande serviette de bain moelleuse sur le lit. Elle allume ensuite une guirlande à led qui entoure une superbe console-miroir Louis XV et met de la musique zen, je reconnais immédiatement Karunesh, après quoi elle éteint le plafonnier en tapant dans les mains, puis revient vers moi. Nous nous embrassons tout en nous déshabillant, je m’allonge, elle s’assoit près de moi et commence à me masser avec une huile à la vanille. La senteur est douce et agréable, je me laisse aller au mains expertes de la miss et lui relate un moment fort de ma relation.

- Un jour par message Aldric m'a parlé de fist vaginal, me demandant si cela me tentait, tu sais il a dû mal à me dire les choses, comme s'il avait peur de me choquer, j'essaye de le rassurer, car avec tout ce qu'on a déjà fait il ne doit pas se sentir gêné, mais j'ai compris depuis le temps qu'il est comme ça et que je devais juste accepter. Finalement c'est bien par message de parler de nos envies ou fantasmes même les plus fous. Je ne me formalise de rien et j'ai une telle confiance en lui, je sais qu'il ne fera jamais rien pour me blesser ou m’indigner.
Quand il me fait une proposition, il me laisse le temps d'y réfléchir, si c'est impossible ou que je n’ai pas envie...je lui dis. Ma curiosité me pousse toujours plus loin, son plaisir entraîne toujours le mien, je suis tellement gourmande de lui. Ça me comble de lui donner tout ce que je peux, de le surprendre.


Donc le fist a attisé ma curiosité. Un jour j'ai essayé toute seule je lui ai envoyé des photos, il a trouvé que c'était très beau. Je l'ai laissé plusieurs fois gérer, petit à petit. Dans ma tête, c'était le plus beau cadeau que je puisse lui faire et je voulais qu'on y arrive, vivre ce moment une fois dans ma vie. Ça été long, je pense environ un an voir plus a essayer, en testant des lubrifiants, de l'huile, mais on ne parvenait pas au bout. Un jour il m'a dit que ça ne passerait jamais. J'ai senti une pointe de déception et pour moi, intérieurement, c'était hors de question de ne pas y arriver.
J'ai acheté un nouveau lubrifiant bio à base d'huile parfumée à la vanille, il aime beaucoup cette senteur et moi aussi, et un après midi pendant que nous nous câlinions, je lui ai donné le tube, j'ai écarté les cuisses et il a comprit ce que je voulais.
Il a prit tout son temps, il m' a léchée et caressée, je me détendais, c’est important le lâcher-prise, comme tu l’as eu avant d’éjaculer sur ton homme.

J'étais sur le dos, je respirais à plein poumon, concentrée sur mes sensations, il a inséré ses doigts doucement puis sa main à moitié, ça bloquait.
Je me suis mise sur le côté pour être plus ouverte.
Il me demandait souvent si ça allait, il était vraiment à mon écoute, très attentionné. Je pense qu'il avait peur de me faire mal. Je me détendais encore, je laissais tomber toutes mes appréhensions, profitant de toutes les sensations,  sa main progressait vers l’intérieur, puis il a chuchoté qu’elle était dedans, c'était intense, mon plaisir immense. Il me possédait entièrement, c'est ce que j’avais souhaité, ne plus sentir mon être m'appartenir, être toute à lui.
Je ne sais pas s'il l'a ressenti comme un cadeau, mais moi en m'offrant totalement , j'étais honorée comme rien d'autre ne peut le faire.
Il était ravi que j'ai aimé ce moment, du plaisir que j’ai eu et de l'envie de recommencer un jour. Il a retiré sa main et il s'est allongé à côté de moi, on s'est reposé un peu, j'étais tout contre lui, j'avais envie de lui dire ce que je ressentais mais c'était indescriptible ce sentiment de bien être et même plus encore.
Puis je l'ai chevauché, je voulais sentir son sexe en moi, après quelques va et vient, j'ai eu l'orgasme le plus incroyable de ma vie, j'avais envie de pleurer, il m’a dit qu’il fallait pas et tout en essayant de contenir mes larmes, je lui ai répondu que c’est dû à de bonnes émotions.
Il a fait sauter des verrous qui ne se refermeront jamais et ça restera pour toujours mon meilleur moment, il y en aura sûrement d'autres, mais le premier est tellement fort.

- Waouh Vany, j'aimerai tellement ressentir cela aussi, me dit Ambre. Luc ne m'en a jamais parlé et je devrais peut-être oser, après tout, c’est moi qui commande.
-Comment ça? Dis-je surprise.
-Eh bien, quelques temps après ce que je viens de te raconter, Luc m’a demandé si j’accepterais de gérer notre sexualité, il voulait être un peu plus soumis et porter une cage de chasteté pour me prouver qu’il n’irait pas voir ailleurs, qu’il m’appartenait. Moi qui aime tant le partage entre nous, j’ai mal prit cette demande et c’est là que j’ai compris pourquoi il avait organisé la petite soirée, pour moi, avec ses amis. Il m’a dit aussi que c’est Alice qui lui avait présenté le couple, car il aimait les femmes qui s’imposent sexuellement. Je lui ai dit que j’avais besoin de temps pour comprendre sa démarche, je me suis renseignée sur des sites spécialisés. Le premier que j’ai vu m’a effrayé, je trouvais ça barbare de mettre une queue dans une cage métallique et de fermer avec un cadenas. Surtout qu’il en a une belle! En fouinant encore je suis tombée sur un forum dédié à la chasteté masculine contrôlée non S/M, alors je me suis inscrite et j’ai discuté avec des Keyholder et j’ai été éclairée, je savais que je ne supporterai pas l’idée qu’il soit encagé, par contre le dominer de manière soft, je m’en sentais capable.


Nous avons beaucoup discutés suite à cela et je lui ai que j’étais d’accord pour porter une clé symboliquement, mais qu’en aucun cas je ne voulais enfermer son oiseau, car je veux qu’il soit à ma disposition quand j’en ai envie. Nous nous sommes mit d’accord sur le fait que c’est uniquement moi qui déciderai, qu’il doit toujours rester attentionné, et bien évidemment il peut proposer ou prendre des initiatives envers moi, mais interdiction de remettre en question mes décisions. J’avoue que c’est très plaisant d’être la reine et pas que sexuellement, tu devrais essayer d’imposer plus tes envies à Aldric, un homme dirigé et réceptif au plaisir de sa femme est un homme heureux, crois-moi !
-Nous c’est différent, nous ne vivons pas ensemble, c’est une relation de partage des plaisirs, bien que quand j’ai une envie spontanée, je ne lui demande pas son avis, en fait ... je me sers, dis-je en riant.
-Essaies quand-même! insiste-t-elle
-Parfois je féminise Luc et grâce à lui j’ai découvert... le pegging, poursuit-elle
Je la coupe:
-Le quoi?
-Pegging ! C’est quand tu sodomises un homme, tu ne connais pas?
-Je ne savais pas que ça portait un nom mais je sais que ça se pratique et puis je t’avoue que j’adorerai qu’on le fasse avec Aldric, surtout qu’il aime les nouvelles expériences, peut-être qu’il y a déjà pensé. Nous avons fait un trio avec un homme bi, il a adoré se faire sucer par un mec le coquin ! Et encore plus à deux bouches. Ce sera peut-être une prochaine étape de m’occuper de sa rondelle.
-Luc adore sucer, il m’a avoué l’avoir déjà fait et moi je trouve cela super excitant de l’imaginer avec un homme, surtout que lorsque j’exige qu’il le fasse sur un gode il se réjoui et prend son pied, seulement nous n’avons pas, euh... je n’ai pas encore eu l’occasion d’organiser cela.
Suite à ces confidences, je propose à Ambre de la masser à mon tour, je saisi un flacon d’ une huile comestible parfumée à la fraise qui excite vite mes sens.


 Le silence s’installe entre nous et la jolie coquine se détend. Je commence par ses cervicales, elle est un peu tendue, elle a trop forcée lors de sa dernière séance de sport. Je prend le temps et j’en profite pour la déguster. Je m’occupe de son dos puis mes mains s’attardent sur ses superbes fesses musclées mais pas trop. Je passe mes doigts entre et elle gémis doucement, je lui chuchote de se retourner.
Je fais couler un peu d’huile sur seins que je caresse avant de les lécher, je les savoure chacun entièrement, elle passe ses doigts dans mes cheveux, je descend ensuite sur son nombril, toujours mes mains en premier suivit de ma bouche. J’atteins le mont de Vénus quand j’entends des pas...
Je relève la tête, nos hommes sont là, ils s’assoient dans les fauteuils crapaud en silence pour profiter du spectacle et je repense à ce que Ambre m’a dit quelques minutes auparavant. Luc connaît parfaitement les consignes de sa reine et a dû en en toucher deux mots à Aldric car je suis étonnée qu’il n’ait pas fait une remarque à notre égard.


Alors j’ose une directive:
-Chouchou, tu te souviens que Ambre s’est délicieusement occupé de toi il y a deux semaines, il est temps que tu l’as remercies. Je sais que tu aimes la vanille, là tu vas adorer la fraise...Viens la lécher !
 A ma grande surprise, il obtempère et se place entre ses cuisses pour lui donner du plaisir.
-Tu vois, c’est facile n’est-ce pas ! Me souffle Ambre en me faisait un clin d’œil.

#chapeau



Consulter le profil de Vanyfraiz


Les commentaires

Jolo138 à 18:28, le 2 juillet 2018


Quel plaisir à été cette lecture.

vanyfraiz à 17:40, le 3 juillet 2018


Merci :-)

Hypertension à 17:04, le 2 octobre 2018


C bien la 1ère fois que lire et toute aussi plaisant de voir des images...