Silence, on tourne un film porno !

Inscription sur LeBisou

Cet homme, Messidor, membre Bisounaute a un fantasme inassouvi. Découvrez-le dans cette histoire très... chaude !

Silence, on tourne !

« Je lance la vidéo, excité et fébrile d’avance.

Je ne doute pas que tu aies suivi mes consignes. Et je t’imagine lors des quelques heures qui ont précédé la scène que je m’apprête à  découvrir.

Les préparatifs. D’abord, l’installation de  la caméra enregistreuse, braquée sur le lit. Présente mais discrète.

Mais avant ça, l’invitation de l’amant que tu auras choisi pour l’occasion. Tu lui as dit que tu voulais qu’il vienne te « voir » et que tu voulais filmer vos ébats. Tu sais que ça l’a excité et qu’il donnera le meilleur de lui-même. Tu en es trempée d’avance.

#epub

Puis ta préparation à toi. A ma demande, tu portes une belle pièce de lingerie. Bustier, porte jarretelles retenant de beaux bas noirs : la totale. Sans culotte. Un maquillage discret et un éventuel loup complètent ta tenue de scène. Ton amant sera gâté, et moi également, visuellement.

Je suis confortablement installé, devant ce film qui débute.

Le film porno commence

Tu apparais à la caméra. Encore intimidée de savoir que tu entres dans le champ visuel. Qu’à partir de maintenant, je te verrai. Mais ton amant a eu le temps et l’occasion, depuis son arrivée, de déjà t’entreprendre. Et ton excitation a déjà pris le dessus sur ton appréhension. Sa main doit d’ailleurs être trempée, enfouie qu’elle est entre tes cuisses entrouvertes.

Mon imagination tourne à  plein régime. Je pense à ce qu’il a pu se passer avant.

L’as-tu accueilli dans cette tenue ? T’a-t-il « sauté dessus » ? L’as-tu déjà pris en bouche avant de monter ? As-tu déjà joui une première fois avant d’oser affronter la caméra ? Ou bien as-tu laissé lentement monter la tension, autour d’un verre, lui laissant fugacement apercevoir ton intimité luisante entre les pans de dentelles ?

Quoi qu’il en soit, la tension est là, entre vous.

Je te vois juste dans la splendeur de ta tenue, offerte à cet homme que je ne connais pas, mais qui va jouir de toi, et te faire jouir. Vous vous embrassez fougueusement, et ses mains ont pris possession de ton corps.

Les tiennent aussi, palpent au travers du pantalon sa virilité déjà tendue.

Il te jette sur le lit. Tu résistes et reste assise. Je te connais. Tu ne vas pas laisser la situation totalement sous son contrôle. Tu vas jouer avec lui. Un peu.

Tu es donc assise, cambrée, sur le côté du lit. Et tu te retrouves à hauteur de son bas-ventre, face à toi.

Tu lèves le regard vers lui et sans le quitter, tu libères sa colonne de chair, tendue, qui jaillis devant toi.

Je souris. Ton choix a été dirigé par ta gourmandise. C’est un sexe de choix que je vois apparaitre sur mon écran. Et quand tes mains se saisissent de son imposante érection, la mienne est également ferme, entre mes mains.

Etre dans ta bouche

Doucement, tu approches tes lèvres et sans avoir quitté son regard (si, à  un moment, je t’ai vue, tu as lancé une œillade en direction de la caméra. Et j’ai pu y lire le désir, l’excitation de te savoir sous mon regard). Tu prends l’extrémité de son sexe en bouche.

Je le vois pousser un soupir d’aise, renversant sa tête en arrière. J’imagine ta langue qui entreprend un ballet sur son gland, alors que tu commences de lents va et viens. Je vois ta salive lubrifier sa colonne de chair, dure, tendue, entre tes lèvres.

Et j’ai l’impression de ressentir sur la mienne, tout aussi tendue, ces sensations, que je connais, d’être dans ta bouche.

Il accompagne ta succion appliquée par de lents mouvements de bassin. Une de tes mains est posée sur son torse, l’autre englobe ses testicules, lourdes.

Je me dis que j’aimerais être à sa place. Mais pourquoi pas à la tienne !

Soudain il se retire. Je souris en voyant un mouvement de frustration de ta part, comme si on te retirait un jouet contre ta volonté. Gourmande !

Mais elle est de courte durée. Car d’un geste ferme il te fait basculer en arrière sur le matelas.

Vu de la caméra, je te vois juste allongée, alanguie, la poitrine dressée dans la gangue de ton bustier, les jambes écartées ! Indécente et offerte.

Il vient se placer, la tête entre tes cuisses, laissant d’abord son souffle parcourir ton sexe que je sais trempé. Tu frissonnes. Il connait tes points faibles !

Je ne vois pas ce qu’il fait, mais je devine à ton sursaut qu’il vient de poser sa langue sur ton clitoris gonflé. Tu te cambres, sous l’assaut de cette vague de chaleur qui instantanément irradie ton corps.

Je devine sa bouche qui a pris possession de ton sexe et qui s’en délecte. Qui vient le fouiller, chercher au creux des chairs les vagues de plaisir... Ses mains parcourent tes cuisses, passent sur les seins, te tiennent fermement pour que tu ne t’échappes pas.

Puis glissent en toi. Un doigt, puis deux, viennent accompagner sa langue.

Tu te tends, tu te cabres ! Tu es intenable, à mesure que le plaisir monte en toi.

Explosion d'orgasmes

J’entends tes gémissements. Je les imagine emplir la pièce.

Puis soudain c’est l’explosion. Tu te figes, cambrée à l’extrême et tu hurles cet orgasme qui te traverse, qui t’envahis, tu cries ton plaisir auquel tu succombes, alors qu’il ne cesse de le créer de sa langue, qui torture ton intimité sensible.

Puis tu te relâches soudain, terrassée, haletante, vidée !

Il en profite pour remonter le long de ton corps, y déposant quelques baisers. Son sexe est toujours tendu.

Et alors que sa bouche se pose sur la tienne pour t’embrasser, il s’enfonce d’un trait en toi.

Son sexe est gros, long. Il t’investit entièrement. Tu as comme un sursaut, accompagné d’un gémissement d’étonnement.

Mais ton sexe est trempé, ouvert et il coulisse en toi.

Il commence des va et viens intenses, puissants. Tu subis son assaut, poussant des cris à chaque pénétration. Il te baise, littéralement.

Tu n’as plus le contrôle. C’est lui qui te domine.

Et pour accentuer cette domination, d’un geste il te retourne. Il est à peine sorti de toi, qu’il y replonge, par derrière cette fois. Tu cries.

Ma main coulisse sur ma queue tendue, au rythme auquel il s’enfonce en toi. J’imagine tes chairs distendues par sa bite qui te fouille.

Tu tends ton cul, et ses hanches claquent contre tes fesses. Il te baise.

Je regarde la scène, le cerveau empli de sensations. Te regarder te faire prendre, tout en sachant que ce moment est déjà passé, que c’était hier, il y a quelques jours, je ne sais pas vraiment !

J’ai perdu le fil, perdu dans ma rêverie, mais je suis attiré par tes cris qui sont différents.

Et je comprends pourquoi.

#epub

L’angle formé entre son sexe et tes fesses ne laisse pas place au doute. C’est ton cul qu’il vient d’investir !

J’aime voir ton regard mêlé d’excitation, de soumission, et d’étonnement, lorsque tu te fais sodomiser.

Je manque de jouir en voyant ça. Mais je me retiens.

Ton regard est maintenant braqué sur la caméra. Vers moi. Comme un défi.

Tu me regardes malgré le décalage temporel, alors que ton amant glisse lentement dans ton fondement. Ses allers retours sont lents, doux, mais profonds. Il tient tes hanches.

Je vois son visage se crisper pour retenir les sensations qui l’envahissent, son sexe pressé dans tes chairs étroites.

La scène dure quelques minutes. Toi qui offre ton cul, lui qui va de plus en plus fort, moi qui me branle vigoureusement devant la scène.

Puis soudain je le vois craquer. Je sais qu’il vient d’atteindre le point de non-retour.

Et je me demande si tu vas accéder à  mon ultime requête.

Oui. Tu as même dû lui dire à l’avance, que tu voulais ceci. Et j’imagine l’excitation que ça a dû lui procurer.

Le visage souillé

Il se retire alors. Et le temps qu’il enlève sa protection, tu t’es retournée, de profil face à la caméra, mais face à  lui, et c’est ton visage que tu offres.

Il n’en faut pas plus pour que son plaisir vienne. Et je vois alors les salves de sperme qui maculent ton visage. Les traits laiteux zèbrent ta bouche qui s’entrouvre, laissant ta langue recevoir quelques gouttes. Il est généreux. Et lorsque ses gémissements cessent, ton visage est couvert.

Il s’allonge alors, repus.

Et toi, tu viens t’approcher de la caméra, le corps marqué des traces de cette saillie, le visage souillé.

Tu souris à  la caméra. Tu me lance un baiser. Puis tu coupes, avec dans les yeux encore cette lueur de défi !

Le film se termine. J’ai les mains pleines de mon propre plaisir, qui s’est déversé au moment où tu recevais celui de ton amant sur toi.

Le film est terminé, mais mon imagination prend le relai. Les questions s’enchainent.

#epub

Que s’est-il passé une fois que la caméra a été coupée ? T’es-tu essuyée ? As-tu nettoyé son sexe de vos plaisirs ? T’es-tu jetée sur lui ? T’a-t-il prise et re-prise, chevauchée à  nouveau, fait jouir toute la nuit ?

Mon imagination fourmille. Et je sais déjà le plaisir que j’aurai lorsque tu me raconteras, très prochainement, la suite de ce que je viens de regarder ! »

Contacter l'auteur, Messidor


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : J'aime le cuir

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo