Raclette party

Inscription sur LeBisou

Sam nous comble une nouvelle fois d'excitation avec sa nouvelle histoire très coquine !

Episode 1

#epub

Je l'ai rencontré il y a quelques jours. Une toute 1ère rencontre, après de longues heures passées à discuter, de tout, de rien, de nos vies, de nos envies. Quelques clichés échangés évidemment. De ravissants clichés, il va sans dire. Sans parler des vidéos...

Rendez-vous pris donc, en tout bien tout honneur (enfin...presque !), afin de déguster un délicieux vin chaud, 2 peut-être, en cette froide soirée d'hiver. J'arrivai en avance, comme à mon habitude. Nul doute que j'allais la reconnaître, même si son visage, hormis ses lèvres adorables et gourmandes, m'était inconnu encore.
Je la vis arriver, fringante et pimpante, le rose aux joues. Froid ? Timidité ? Je penchai instantanément pour la 2nde solution, la connaissant suffisamment ...

Une conversation des plus agréables, une voix douce...Nous rougissions à tour de rôle, presque gênés de nous découvrir enfin de visu. Et pourtant, nous avions échangé à de nombreuses reprises de jolis moments intimes ... La soirée avançait et le froid mordant s'accentuait. Un restau ? Pourquoi pas...mais ce n'était pas très intime comme lieu. Je décidai alors de l'inviter chez moi, au milieu de mon bazar, pour une petite soirée raclette, agrémentée d'Apremont. Elle accepta immédiatement.

Le repas commença, ponctué de rires, de sourires et de regards tendres. L'atmosphère se réchauffait petit à petit, aidée en cela par le repas, le vin blanc et les désirs encore enfouis. Après le 2ème verre, elle m'annonça qu'elle avait très chaud et me demanda si elle pouvait ôter son pull, si cela ne me gênait pas. Quelle question !!! Bien entendu qu'elle le pouvait... Je découvris alors que, sous ce pull, elle ne portait rien d'autre que son soutien-gorge ...

Episode 2

Divine vision.

Une poitrine généreuse, sublime, encore engoncée dans ce peu de lingerie.

Je me rassis, face à elle, profitant à l'envi du spectacle qui s'offrait à moi. La conversation reprit, enflammée par les effluves du vin, mais je parvenais difficilement à conserver mon attention. Je me levai à nouveau, afin de lui resservir un verre, et, maladroitement -du moins ai-je tenté de paraître maladroit ! - ma main effleura sa bretelle qui glissa. Elle me fit un petit sourire de connivence.

"Je l'enlève, il me gêne plutôt qu'autre chose... Mais interdit de toucher ! Juste pour le plaisir de tes yeux ..." Aussitôt dit, aussitôt fait.

Ses seins, devant moi, m'apparaissaient dans toute leur splendeur. De miraculeux trésors, le Graal dont tout chevalier digne de ce nom devrait s'enquérir. Envie folle de les saisir, les pétrir, les goûter...Mais j'avais promis. Supplice de Tantale pour l'affamé que j'étais...

Mes yeux ne pouvaient se détacher de son corps, passant de ses yeux à sa bouche, de ses lèvres à sa gorge, de ses épaules à ses globes...

Elle se leva alors, se postant à quelques pas de moi, et commença à se déhancher, en une danse lascive, langoureuse et sensuelle, déboutonnant peu à peu son jean qu'elle retira prestement, me tournant le dos, en une grisante posture...

Elle s'approcha encore et ôta ce qui lui restait de lingerie ...

Episode 3

Elle se trémoussait devant moi, totalement nue, se rapprochant toujours davantage. Ses seins frôlaient mon visage, elle y prenait un malin plaisir, sachant que je tiendrais parole. Son sexe soigné, à quelques encablures de ma bouche, exhalait un doux parfum de désir...

Qu'il était difficile de résister ! De ne pas l'allonger de suite sur la table et de l'honorer comme il se devait ! La voir ainsi à ma merci, et ne rien pouvoir faire...


Je me régalais rien qu'à l'admirer, tant elle était désirable. Elle se régalait, rien qu'à me voir saliver de désir...
Elle s'assit alors sur l'une de mes cuisses, tout au bout, vers le genou, dos à moi, et elle commença à se frotter l'entrejambe en de lents mouvements appuyés. Je sentais poindre son humidité au travers de mon pantalon. Je la voyais onduler des hanches. Je traçais une ligne imaginaire de mon doigt entre sa nuque et la naissance de ses fesses. Ses cheveux soyeux virevoltaient sur ses douces épaules.

minou coquin


Elle se pencha alors en avant, très en avant, me laissant apercevoir un captivant paysage. Ses deux hémisphères charnus, tendus à souhait, le sillon qui les parcouraient, menant au seuil de sa grotte interdite.
Ses mouvements s'accéléraient, je l'entendais doucement haleter.

Elle se retourna, recommença à frétiller sur ma cuisse, le sexe béant et trempé.

Episode 4

Il était doux, tendre, chaud sous ma main.


Sa pointe érigée durcissait sous ma paume et c'était sa main qui me guidait, afin que je lui prodigue les caresses qu'elle désirait ardemment. Je lui pétrissais délicatement le sein, sur toute son ampleur, tandis qu'elle se masturbait, chevauchant ma cuisse.


Je me fis un peu plus précis dans mes caresses, saisissant son téton entre 2 doigts. Immédiatement, elle poussa un léger gémissement sous ce tendre pincement. Malignement, je jouais quelques instants avec. Je sentais que je reprenais la main, que bientôt elle me supplierait d'oublier ma promesse...

Ma douce se tortillait de plus en plus, sous l'effet simultané de mes doigts et de ses mains, en proie à un désir fiévreux. Elle longeait ses lèvres, s'imprégnait de sa mouille, montait, descendait, remontait jusqu'à son bouton éclos.

De temps à autres, son index disparaissait dans son intimité...



" Caresse-moi ..."


Le moment était donc venu. Je saisis son autre sein en main et me penchai dans l'optique de le goûter enfin. Sous ma langue, sa pointe durcit encore et je la mordillai délicatement. Elle renversa la tête en arrière, se cambra, afin de pleinement m'offrir sa poitrine généreuse.
Je la dégustais de longues minutes, pétrissant, caressant, léchant, suçant...

Je la relevai enfin et elle me regarda, interloquée. En avais-je donc fini avec elle ?! Non, bien évidemment ! On ne peut abandonner ainsi un tel festin ...
D'une main, je fis valser la vaisselle qui traînait sur la table, en dégageant une bonne partie. Elle se pencha au dessus de la table, exhibant ainsi ses fesses de rêve ...

Episode 5

#epub

La vision de ses fesses, terriblement appétissantes, me mit immédiatement en émoi. Sa cambrure évocatrice n'y était pas pour rien... Ce galbe, ces courbes parfaites, ce léger écartement encore. Je m'approchai d'elle et commençai à la caresser. Bien sagement ? Non...

chatte coquine


Ma main passa très vite de la douceur de sa croupe pour se perdre dans l'entrebaillement de ses cuisses. Je constatai vite qu'elle ruisselait de désirs, trop longtemps enfouis peut-être.

Ma main esquissait de tendres mouvements, de son Mont-de-Vénus jusqu'au bas de son dos, effleurant au passage, son clitoris, sa rondelle, ses lèvres humides. J'humectai alors, de sa propre mouille, en de légers gestes concentriques, les contours de sa rosace, y introduisant très délicatement et superficiellement l'index. Elle se raidit imperceptiblement, les muscles de ses fesses se raffermissant encore davantage... Et elle se pencha encore un peu plus vers la table.

De mon autre main, je fis sauter les boutons de mon jean, délivrant celui qui n'attendait que d'être enfin à la fête..

Je l'approchai, raide, de son dôme, en caressai du bout la vallée avant de l'arrêter auprès de son puits. Ne pas la blesser surtout... Je la pénétrai prudemment, avançant progressivement, jusqu'à me retrouver absorbé jusqu'à la garde en ce cul transcendant.

Episode 6

Fermement agrippé à ses hanches, en proie à une bestialité que je ne me connaissais pas, je m'en donnais à cœur joie...
Je la labourai, furieusement, lacérai ses entrailles, la pilonnai de mon dard proéminent jusqu'à son tréfonds. Je prenais un plaisir dantesque, à la hauteur de ce que cette croupe sublime m'avait laissé espérer. Ses seins oscillaient à chacun de mes coups de boutoir. Elle haletait, soupirait, geignait, gémissait de plus en plus fort. Ses petits cris de jouissance répétés résonnaient à mon oreille comme un souverain cadeau.


Afin de la pénétrer plus profondément encore, mes mains se portèrent sur ses épaules. J'accélérai encore le rythme, ne lui laissant aucun répit. La devinant proche de l'extase, je ralentis quelque peu, ma verge coulissant lentement, en de suaves roulis, dans son étroit corridor. Avant d'accélérer de nouveau, brusquement...
Instantanément, elle expira un puissant râle de plaisir et jouit violemment, agitée de captivants soubresauts. Elle s'affaissa, pantelante, sur la table.

sexe féminin



Je la laissai évidemment reprendre un peu ses esprits (j'en avais besoin, moi aussi !), mais le désir de la combler m'habitait toujours, à un point incommensurable...

Je la retournai et l'allongeai tendrement sur la table. Je lui caressai de nouveau les seins, longuement. Mes doigts glissaient sur sa peau trempée de sueur. Enfin, je lui écartai les cuisses, relevai ses jambes pour que ses pieds reposent sur la table.
Mon 2ème festin allait débuter ...
Et elle saisit ma main, pour la placer sur son sein.

Episode 7

J'approchai mon visage de son sexe cyclopéen. Près, tout près... Des fragrances iodées, de subtils parfums d'ardeurs et d'avidité mêlés, s'en exhalaient agréablement. Je m'en emplissais les narines de bonheur. Sa vulve, ses lèvres gonflées, luisaient de cyprine. Elle dégoulinait, littéralement...


Une oasis moite, une fontaine ruisselante de luxure où j'allais m'abreuver...

J'apposai mes mains sur l'intérieur de ses cuisses afin de les écarter davantage encore. Ma langue avide se lança à l'assaut de cette fleur éclose qui m'était offerte, nimbée de rosée. Elle lécha tout d'abord le tendre de ses cuisses, côtoyant son con soigneusement entretenu. Elle suivit le dessin de ses lèvres intimes, petites et grandes, en de savoureuses allées et venues. Ma belle gémissait derechef, écartelée, en pâture à mon appétit ogresque.

Dénichant sans peine son bouton, tant il était excité, je le suçotais, le mordillais amoureusement, jouais de ma langue pour l'aguicher encore, malicieusement.

Le festin programmé tenait toutes ses promesses. Je crus ne jamais pouvoir étancher ma soif à cette source paradisiaque. L'un de mes doigts se faufila dans le vagin de ma douce, immédiatement rejoint par un complice. Je fouillais son sanctuaire sacré, en explorais les moindres recoins et parois, m'attardais sur cette petite zone rugueuse que je débusquai...

Un formidable tremblement l'électrisa ...

(à suivre)


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : J'aime le cuir

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo