La révélation

Inscription sur LeBisou

Notre super membre TêteOcarré nous avait fait part, il y a quelques temps, de l'histoire d'Emma & Valentin. Ils venaient de se rencontrer, dans un centre commercial. C'est au tour de Duodoubs de raconter la suite de cette histoire so erotic !

La Révélation

Les retrouvailles

Emma et Valentin se retrouvaient après plusieurs semaines sans se voir. Ils étaient attendus par les parents de la jeune fille, chez qui ils logeraient toutes les vacances.

Emma jouait avec Valentin, ils s’excitaient à force de paroles, caresses, baisers discrets… Enfin, ce fut l’heure où les parents souhaitèrent une bonne nuit, les laissant apprécier seul à seul leurs retrouvailles.


Ils brûlaient de désir l’un pour l’autre… Emma prit son compagnon par la main et l’entraîna dans sa chambre. Elle s’allongea langoureusement sur le lit tandis qu’il mettait une symphonie en musique d’ambiance. Elle l’attira à elle et le serra tendrement dans ses bras.

“- C’est si bon de te sentir contre moi… tu m’as tant manqué. Je t’aime.
 - Je t’aime aussi.”

Deshabillage

Il passa la main sous la robe de son amie et caressa ses cuisses, ses fesses, tandis qu’elle déboutonnait lentement sa chemisette tout en effleurant de sa bouche son torse musclé. La musique était douce et légère à leurs oreilles. Elle l’allongea sur le dos et le chevaucha. Elle aimait se pencher en avant pour l’embrasser, lui offrant ainsi une vue imprenable sur son décolleté ; lui aimait y plonger le regard mais aussi le visage tout entier, l’embrassant, la léchant sur toute la partie supérieure de la poitrine, remontant parfois dans le cou… surtout sur les côtés, cela la rendait folle, il le savait et en jouait.

En dix secondes, il pouvait lui faire tremper quoi que ce soit qu’elle portait… Ce qu’il fit. Puis il tira sur une bretelle de sa robe, faisant apparaître un sein magnifique, ferme et bronzé, qu’il caressa longuement avant d’en sucer le mamelon pointant, procurant une nouvelle vague de désir chez Emma. Elle se cambra, faisant ressortir ses fesses rebondies sur lesquelles vinrent se poser les mains de Valentin. Il releva la robe sur ses hanches, écarta le string du même bleu ciel et passa quelques doigts dessous, sentant couler sur eux la preuve du désir brûlant de son amante. Celle-ci continuait à l’embrasser où elle pouvait : sur la bouche bien sûr, le cou, le torse… Elle se dégagea ensuite de l’emprise de son compagnon, descendit ses baisers sur le ventre, ouvrit son pantalon et le lui retira. Un solo de trompette retentit dans la pièce.

Il portait le boxer qu’elle lui avait offert pour leur 1er anniversaire, tout en transparence ; au-dessous, sa virilité gorgée de sang se débattait pour trouver la place nécessaire à son épanouissement. Elle glissa sa main à l’intérieur et sentit un frisson de plaisir parcourir le corps de Valentin. Elle lui ôta donc le boxer et, sans plus de cérémonie, le prit entièrement en bouche. Après un premier sursaut de surprise, Valentin se laissa aller à une ondulation régulière du bassin, accompagnant les mouvements experts d’Emma.

Elle s’attardait un instant sur le gland, puis faisait de plus amples mouvements. Elle jouait avec sa langue sur le frein tandis que ses lèvres allaient et venaient de bas en haut, tournaient autour de la hampe au rythme des violons qui se déchaînaient. Elle s’y prenait si bien qu’après quelques minutes de ce délicieux supplice, Valentin, d’un mouvement souple et rapide, se redressa, attrapa Emma par les hanches, la mit à genoux, releva sa robe d’une main, écarta le string de l’autre, et la prit violemment.

Au son de l'orchestre symphonique

Ce fut pour tous deux une véritable délivrance, preuve en fut leur cri de plaisir. Il glissait facilement en elle, sentait la chaleur et l’humidité de son vagin étroit autour de lui. Elle contractait ses muscles, s’amusait de le sentir serré en elle. Il allait et venait avec une amplitude et une cadence folles, au son de l’orchestre symphonique qui attaquait l’allegro brio avec fureur. Le sentant perdre pied, elle s’assit sur ses talons, le gardant piégé en elle. Passant ses mains autour du buste d’Emma, Valentin ôta la robe qui contrariait leur corps à corps tout en respirant amplement pour se calmer. Il l’attira ensuite à lui et caressa la poitrine offerte de la jeune femme. Comme pour coïncider avec leurs ébats, un léger et rapide solo de hautbois s’éleva dans l’air comme une brise d’été.

Alors Emma desserra l’étreinte de son amant, l’allongea et le chevaucha. Doucement d’abord, plus intensément ensuite, elle joua avec ses nerfs à mesure que l’orchestre reprenait de l’ardeur. Elle aimait qu’un homme fasse entendre son plaisir, avec lui elle était servie. Entre deux soupirs, il lui murmurait des mots coquins. Elle continuait à contracter ses muscles intimes tout en donnant tour à tour des mouvements plus ou moins amples, rapides et énergiques. Il aimait sa façon de bouger et le lui dit. Puis il posa tendrement ses mains sur les hanches d’Emma et la guida dans ses mouvements. Il se cambrait afin de la prendre plus profondément encore. Elle soupirait, gémissait de plaisir, et cela ne faisait qu’accroître le désir et le plaisir de Valentin. Ils aimaient tous deux cette position.

Inscription sur LeBisou

Elle avait les commandes, pouvait à tout moment l’amener au point de non-retour, mais il avait également les moyens de contrer ses ardeurs et d’imposer son rythme. L’équilibre parfait. Alors la jeune femme poussa sur ses cuisses et donna de grands coups, se resserrant autour de la verge de Valentin. Elle fit ainsi monter brusquement leur plaisir avant de rejeter le buste et la tête en arrière, posant les mains loin derrière elle, le souffle court. Elle laissa alors son amant mener la danse en ondulant voluptueusement du bassin avec lui tandis qu’elle reprenait des forces.

Ils appréciaient ce jeu, élever le niveau de plaisir à la limite de la jouissance, en profiter un peu puis le laisser diminuer juste suffisamment pour garder le contrôle d’eux-mêmes et faire durer le câlin… avant de recommencer le cycle jusqu’à ce que l’un d’eux se fasse surprendre par l’autre et craque.

Orgasme

Ce soir-là, Emma se fit prendre à son propre jeu. Profitant de la position offerte de sa compagne, Valentin effectua tout à coup des mouvements amples et violents. Puis il décolla ses mains du lit et s’allongea sur elle. Elle avait la tête au pied du lit, dans le vide. Son compagnon la pénétrait langoureusement, s’amusait de son plaisir variant au gré de sa cadence. Il stimulait son clitoris par la pression de son pubis tandis qu’il la prenait au plus profond de son ventre. D’une main, il continuait de caresser ses seins, jouant avec les mamelons durcis par le plaisir. Elle poussait des gémissements de plus en plus forts. Lui aussi. Elle avait des mouvements saccadés, difficilement contrôlables. Elle s’accrochait aux draps, au montant du lit… aux fesses et au dos de Valentin, lui laissant de fines griffures sur la peau. Elle le maintenait serré contre elle, en elle. Elle aimait se frottement, elle sentait le plaisir monter en elle, inexorablement… Incapable de parler, elle se cambra, posa les mains à terre, releva les jambes dans une position digne du kama sutra et, sur un coup de rein appuyé de Valentin, hurla sa délivrance. Ce fut un orgasme long et puissant. Elle sentit longtemps les contractions de son vagin, de tout son corps en fait.

Ne voulant pas laisser son amant en reste, et jugeant qu’elle pourrait également en profiter, elle lui demanda d’une voix suave de se retirer. Elle s’agenouilla sur le lit, les mains sur le mur, les fesses remontées offrant à Valentin son sexe ouvert et trempé. “Ne me dis pas que cette vue ne te tente pas…” “Oh si mon amour, laisse-moi juste le temps de la contempler un peu avant de venir la compléter”. Alors il s’agenouilla derrière elle et la pénétra jusqu’à la garde. Ils poussèrent ensemble un cri étouffé.

Inscription sur LeBisou

Fantasmes

Ils se reposaient l’un contre l’autre tendrement enlacés, emplis de cette plénitude qu’offre la jouissance, quand Emma lui demanda :
“Dis-moi mon amour, quel est ton plus grand fantasme ?
- Je ne sais pas… peut-être un lieu, la mer par exemple. Oui, faire ça dans l’eau, là juste en bas de chez toi.
- Ah oui ? Pourquoi pas… j’ai déjà fait dans une piscine, on peut se tenir au bord. Mais dans l’océan ça ne doit pas être évident.
- Je te tiendrai, moi ! … Et toi ?
- Quoi moi ?
- Quel est ton fantasme ?
- Et bien… je pensais que tu l’aurais eu aussi. Peut-être n’as-tu pas osé le dire, dit-elle en lui caressant tendrement le torse. Tu n’imagines certainement pas, remarque, que cela pourrait m’exciter.
- Bon, dis-le moi, je commence à me poser des questions.
- N’as-tu jamais songé à faire un trio ?”

Valentin resta sans voix. Il se redressa, laissant Emma tomber sur l’oreiller.

La rencontre d'Emma & Valentin


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : J'aime le cuir

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo