Comment utiliser un Martinet ?

Inscription sur LeBisou

Le cocktail enivrant de la soumission / domination

« Il y a à peine quelques jours, j'ai eu un orgasme comme je n'en avais connu qu'une fois dans ma vie et c'était il y a bien longtemps... Trop longtemps. Avant tout, il faut savoir que JAMAIS nous n'avions tenté l'expérience qui va suivre puisque nous avons littéralement échangé nos rôles habituels.

Ce soir-là, mon Apollon étant au travail, j'étais seule, avec mon imagination et ma libido. J'avais donc prévu un scénario bien rodé et l'ai mis en place dès son retour! La porte franchie, je l'installe confortablement, verre de vin à la main, et lui annonce le début du programme.

Une fois avalé (le vin...), il file donc sous la douche pendant que j'installe mes petites surprises. Propre mais prêt à se salir de nouveau, je le rejoins et lui bande les yeux. Il patiente, quelques minutes debout devant moi, et déjà je sens que cette soirée va être longue pour chacun de nous... Je l'emmène alors déguster un 2nd verre de vin, lui ôte son bandeau et lui laisse entrevoir la tenue que j'ai enfilé à l'occasion, cachée par l'un de ses longs gilets.



Je l'interroge sur ce qu'il s'attend à recevoir de ma part, tout en lui refusant tout contact physique avec moi. Verre vide, je le plains ! Il ne sait pas encore ce qui l'attend... Je le prive à nouveau de sa vue, l'emmène dans la chambre, le laisse debout, sans repère, et le jeu de sens commence. Je n'ai qu'un but :

  • alterner entre son ouïe : le laisse anticiper le bruit de mes pas
  • son odorat : l'émoustiller avec l'huile de massage aphrodisiaque
  • son goût : l'enivrer de vin en le faisant boire à même ma bouche
  • le toucher : en faisant glisser ses mains le long de mes courbes.



Et tout fonctionne à merveille, il est aux aguets mais se laisse porter par ses sens. Après avoir piqué sa curiosité par quelques baisers et caresses volés, je l'allonge sur le lit. Prête à disposer de son corps, je guide sa main et le laisse sentir que mon string a laissé place à mon sexe déjà bien humide. Sans attendre, je m'installe au-dessus de son visage. Il ne tarde pas à comprendre ce que j'attends et m'offre sa langue en guise de sextoy.

Je profite alors de ce cadeau et ondule mes hanches. La vision et la sensation de cette scène ont mis peu de temps à me provoquer quelques gémissements... Mais je m'arrête avant l'orgasme, que je réserve pour plus tard. Je me relève, prends ses mains, le remercie par un baiser langoureux et le guide sur une chaise. Les poignets noués aux accoudoirs, cette fois je le possède entièrement, il est tout à moi. Je le fais languir plus que jamais, lui tourne autours, lui susurre mes envies à l'oreille jusqu'au moment inattendu... 


Après avoir joué avec lui pendant plus d'une demi-heure, je pensais l'avoir définitivement convaincu de me faire payer cet écart. J'ai donc sorti notre nouveau jouet (qui normalement m'était destiné), un martinet. J'ai laissé glisser ses lanières le long de son torse, pensant aiguiser son souhait de l'utiliser sur moi. Mais Monsieur n'était pas de cet avis, à croire qu'il n'était pas rassasié... Lorsque je lui ai demandé s'il allait me punir d'être si vilaine avec lui, il a cru bon de me défier en me proposant de tester ses limites.

Surprise de sa réponse que je n'avais moi-même pas du tout imaginée, j'ai attendu sa confirmation avant de lancer le 1er coup, timidement sur son torse. Un petit sourire satisfait sur son visage, et le 2nd coup, plus vif, vient claquer à nouveau sur sa peau. 


A mesure que les coups suivant s'abattaient, sur son torse, ses abdominaux, ses cuisses, la tension et l'excitation montaient en chacun de nous. L'un comme l'autre, nous savions que cette frustration se transformerait ensuite en une baise épique. Pour finaliser ce supplice, je lui retire définitivement son bandeau et le laisse attaché.

 

Martinet à la main

Après avoir retrouvé ses esprits, il me découvre devant lui, martinet à la main. Mon sourire malicieux et mon corps dénudé ne semblent pas le laisser de marbre... J'affronte son regard et assume jusqu'au bout en lui délivrant quelques derniers coups de martinet. "Je veux être certaine que tu me baiseras comme il faut". Je lui glisse ces quelques mots à l'oreille, m'éloigne de lui et m'installe sur le lit, juste en face, jambes écartées pour qu'il puisse profiter entièrement de la vue.

 

Mes mains se baladent entre mon sexe et ma poitrine, déjà plus excitée que jamais, le plaisir que je me procure ne tient qu'au désir que je vois dans ses yeux. Il me fixe intensément, suit mes mains et semble vivre mon plaisir en même temps que moi. Au bord de l'orgasme, je me prive une fois de plus pour lui réserver ce plaisir. Je me rapproche de lui, lui fait promettre de ne pas bouger avant que je lui en donne l'ordre, et le libère de ses liens. Je sais en l'observant se languir une dernière fois, que la tension qui monte en lui depuis déjà trop longtemps ne va pas tarder à s'abattre sur moi. Je m'installe alors à nouveau sur le lit mais cette fois à quatre pattes, fesses tendues vers lui.

Je tourne alors mon visage dans sa direction, je sens qu'il est prêt à bondir sur moi, "c'est bon tu peux venir". La taille de son sourire et la vitesse à laquelle il m'a rejoint n'étaient qu'un bref aperçu de l'intensité de ses coups de hanches à venir. Sur le côté, le dos, le ventre, entre ses baisers, ses caresses et les fessées qui déferlaient sur mon cul, j'avoue ne plus très bien savoir dans quel ordre il a ensuite profité de mon corps.


Soumise au possible, j'ai repris mon rôle et l'ai laissé me baiser à sa guise tandis que je profitais de chacun de ses coups de hanches au fond de moi. Sur le dos, jambes relevées face à lui, sa queue n'a eu de cesse que de me procurer du plaisir. Son regard suivant le mien, son souffle haletant selon mes gémissements, tout son corps était déterminé à me faire jouir.

Inscription sur LeBisou

Sans surprise, mon Apollon m'a donc mené à l'orgasme, LE VRAI ! Ce moment, bien qu'impossible à décrire, a provoqué en moi une sensation de plénitude libératrice ! Etant d'une nature très angoissée, cet apaisement soudain, ce bien-être complet, est pour moi très rare (voir habituellement inexistant). Ce raz-de-marée d'émotions et de sensations si intenses a finalement eu raison de moi, et sans que je ne contrôle quoi que ce soit, quelques larmes de bonheur m'ont échappées.

Moi-même surprise de ma réaction, celle de mon Apollon, plus que jamais fière de lui (et de nous), m'a conforté dans l'étonnante expérience que nous venions de vivre."

Morale de l'histoire : Franchir les barrières que l'on se fixe peut mener à l'orgasme.

Une leçon que l'on va retenir à coup sûr ! ;) 

 

Lire une autre histoire coquine


Les commentaires


Découvrez notre défi photo : Liste au Père Noël

Rejoignez la communauté Lebisou et découvrez les photos coquines publiées pour le défi photo